Le « 48 hour film project » fête ses vainqueurs!

La remise des prix du "48 hour film project" a eu lieu dans le cadre du festival "Tous Écrans" à Genève. Le concours propose aux équipes participantes de réaliser un court-métrage du début à la fin en un week-end! Gros plan sur les vainqueurs.

2
790
La cérémonie s'est déroulée dans le cadre du festival Tous Écrans à Genève.

Imaginez un directeur de publicité crapuleux qui sème la terreur auprès de ses employés. Imaginez un agent immobilier expulseur, fraudeur et cocaïnomane. Qu’ont en commun ces deux figures ? Ce sont les protagonistes des deux films lauréats du « 48 hour film project« . Les personnages malveillants semblent avoir inspiré les participant au cours de l’édition suisse romande 2015.

Fabrice Ravier, représentant de l'équipe des Wantoutri.
Fabrice Ravier, représentant de l’équipe des Wantoutri. Image: AJR.

Deux équipes se cachent derrière ces productions. Les Wantoutri, dans leur film, racontent l’histoire de Thierry Rossigneux, directeur de pub’ tyrannique envers ses employés. Vainqueurs de quatre prix pour le seul film « Clôture de conte », (meilleure écriture, meilleur film de l’édition genevoise, premier prix du public et grand prix de Suisse romande), l’équipe genevoise remporte un billet d’avion pour aller présenter son film à la compétition internationale FilmaPalooza à Atlanta. Les courts-métrages de 130 équipes du monde entier y seront projetés. Les Wantoutri s’opposeront notamment au film d’animation  « Hartstocht », vainqueur de Rotterdam, ou encore à « Surface to air » de la ville de Paducah (USA).

L'équipe "Imajack", émue après avoir remporté l'édition lausannoise 2015!
L’équipe « Imajack », émue après avoir remporté l’édition lausannoise 2015! Image: AJR

L’équipe Imajack, quant à elle, remporte le prix de Lausanne avec son film « Aller-retour« . Il sera aussi projeté à Atlanta mais le billet n’est pas offert par les organisateurs. Imajack s’y rendront-ils quand même ? « Peut-être à la rame ! » répondent-ils ! A la sortie de la cérémonie, l’ambiance est à la fête et ces questions se poseront plus tard. L’un des membres nous confie que le film a failli être hors-délai : « On a eu des problèmes à l’export, jusqu’au dernier moment on s’est demandés si ça allait le faire ou pas ». Bien heureusement pour le public, ils y sont parvenus et livrent l’histoire d’un agent immobilier détestable qui rachète ses péchés d’une façon pour le moins particulière. A découvrir ici!

Mais au total, 44 équipes ont participé au concours, à l’instar des triclapesque que Le Billet a suivi pour vous au cours de l’édition de Lausanne. Le résultat, c’est ici ! Le festival récompense aussi les participants qui ont su utiliser les éléments imposés du concours. L’équipe des Astro Flamingos s’est vue récompensée du prix de la meilleure utilisation de la ligne de dialogue imposée (« pourquoi est-ce qu’il pleut toujours sur moi? »). Le court-métrage, dont le personnage principal a reçu un prix (sic! vous comprendrez pourquoi…) est à voir ici (notez, pour les regards attentifs, que le film a été tourné en un plan séquence…)!

On se réjouit de l’édition 2016, à l’année prochaine!

Anne-Julie Ruz