Eclectisme et innovation au GIFF

Pour sa 23ème édition, le GIFF propose un voyage immersif et novateur au sein de ce qu’il se fait de mieux aujourd'hui dans les sphères cinématographique, télévisuelle et digitale.

0
350

Anciennement Festival Tous Ecrans, le Geneva International Film Festival (GIFF) / le Festival International du Film de Genève s’avance comme le rendez-vous phare du monde de l’audiovisuel en Suisse romande. Entrecroisant genres et disciplines, il constitue une expérience complète célébrant l’innovation et la diversité. Sur une durée annuelle de neuf jours, le GIFF propose un voyage immersif centré autour de l’image, du son et des nouvelles formes narratives. Tous formats audiovisuels confondus, le GIFF invite le public à s’interroger sur les articulations entre le cinéma, la télévision et le digital, tout en mettant un point d’honneur à souligner la place des auteurs au sein du processus artistique.

Depuis sa création en 1995, le GIFF s’est largement transformé et a su acquérir une notoriété internationale tout en affirmant sa renommée sur le plan national. Unique festival genevois à être reconnu par l’Office fédéral de la culture (OFC), le GIFF multiplie les collaborations aux quatre coins du monde à travers son programme PLUGS, notamment avec le Festival de Cannes, le Locarno Festival, le Zurich Film Festival, South By Southwest à Austin, HUBweek de Boston, ou encore le Festival du Nouveau Cinéma à Montréal.

A l’occasion de cette 23e édition, plus de 170 œuvres, 12 premières internationales, 88 premières suisses, un dôme pour films à 360°, 600m2 dédié à la réalité virtuelle, un programme professionnel, cinq soirées Nuits blanches ou encore des discussions avec des personnalités internationales rythmeront le coeur de la Cité de Calvin. Comme énoncé par le Directeur du Festival Emmanuel Cuénod, « le GIFF entend affirmer sa vision profondément transversale et plurielle des arts audiovisuels ».

Nathalie Baye, Laura Smet, Gideon Raff, Tony Gatlif, Xavier Beauvois, les frères Foenkinos, Abel Ferrara, Jean-Luc Bideau ou encore Audrey Fleurot feront le déplacement spécialement pour l’occasion.

Affiche de la 23ème édition du GIFF, réalisée par l’illustrateur et artiste genevois Thomas Perrodin.

Concernant le cinéma, la coproduction suisse Les Gardiennes, de Xavier Beauvois avec Nathalie Baye, ouvrira les festivités. Dans ce programme varié et surprenant, on trouvera notamment Suburbicon, le dernier George Clooney scénarisé par les frères Coen, Thelma de Joachim Trier, How to Talk to Girls at Parties, le film glam- punk de John Cameron Mitchell avec Nicole Kidman et Elle Fanning ou encore Djam de Tony Gatlif. La télévision ne sera pas en reste. En effet, une vingtaine de pilotes de séries seront par ailleurs projetés en Première suisse, avec notamment The Deuce, la dernière production HBO de David Simon et George Pelecanos (The Wire), avec James Franco et Maggie Gyllenhaal, The Sinner de Derek Simonds, avec Jessica Biel dans le rôle-titre, ou encore la série genevoise Quartier des Banques, coproduit par la RTS.

Quant au digital, l’espace Territoires virtuels accueillera 26 créations venues du monde entier. Audace et innovation étant les maitres mots de cette sélection digitale, il sera possible de découvrir entre autres Alice, the Virtual Reality Play, de Marie Jourdren et Mathias Chelebourg, œuvre qui transpose le public dans l’univers psychédélique de l’héroïne de Lewis Caroll, ou encore Whist de Aoi Nakamura et Esteban Fourmi, oeuvre s’inspirant des travaux de Freud qui invitera le public à voyager hors du temps et de l’espace, avec une pièce mêlant immersion, théâtre et performance live. Entre les œuvres interactives, les projets de réalités virtuelles ou encore les séries web, le GIFF prouve que le champ de l’innovation numérique a de beaux jours devant lui. De plus, le fulldome installé dans la cour de la Maison communale de Plainpalais sera le théâtre de projection d’images et sons à 360°.

Le GIFF, c’est aussi un programme événementiel qui prendra cette année encore plus d’ampleur avec en tout cinq Nuits blanches, où performances live et DJ sets se succéderont jusqu’aux aurores : l’occasion de découvrir Blackmail – Cinémix par Chloé, qui revisite le film d’Hitchcock du même titre, un concert du mythique groupe de rap français La Rumeur, un live unplugged d’Abel Ferrara ou encore Shadow, une création portée par les artistes genevois Phillipe Pelaud et Pascal Greco, avec la complicité d’Asia Argento et de sa fille Anna Lou Castoldi.

La thématique de l’affiche cette année s’insère dans l’ambivalence du numérique, entre les bons et mauvais côté de l’avancée numérique et technologique, tels que nous les vivons aujourd’hui. Finalement, entre utopie et dystopie du digital, l’oeuvre de l’artiste Thomas Perrodin invite totalement les festivaliers à se plonger dans l’univers psychédélique, dark et à la fois vibrant, de la Californie au tournant des années 60.

La 23ème édition du GIFF se tiendra du 3 au 11 novembre prochain à Genève.

www.giff.ch