Entretien | Eddie Redmayne

Fin de notre petit segment sur "The Danish Girl", avec notre interview de l'acteur vedette et le vainqueur de l'Oscar du meilleur acteur en 2015, Eddie Redmayne.

0
196
Eddie Redmayne
Image © Universal Pictures 2015 - Droits réservés

Notre trio d’interviews à propos du film The Danish Girl, vu lors de notre aventure vénitienne, s’achève enfin. Et pour le dernier mot, Le Billet s’est entretenu avec le nec-plus-ultra du cinéma contemporain, un acteur primé tant pour son jeu sur pellicule qu’au théâtre (source inépuisable de talent britannique), le lauréat de l’Oscar de l’interprétation masculine pour son rôle de Stephen Hawking, le très humble Eddie Redmayne.

Je ne vous cacherai pas que c’était une expérience hautement gratifiante tant personnelle que professionnelle, et j’espère que Le Billet continuera à vous amener du contenu de qualité dans différents spectres de la culture, tant locale qu’internationale! Le film sortira le 20 janvier 2016 en Suisse romande, et dans l’attente vous pouvez relire nos discussions avec le réalisateur Tom Hooper ainsi que le premier rôle féminin, Alicia Vikander.

Avec Eddie Redmayne nous avons parlé de son approche à la préparation, la perception de ses rôles, ses expériences au théâtre et au cinéma, la genèse du film, Harry Potter, ainsi que son statut dans le monde du cinéma.

Propos recueillis et traduits par Mark Kuzmanic

Version française plus bas.

ER : Eddie Redmayne
MK : Mark Kuzmanic
AJ : Autres journalistes

MK: When I read the interview you did for The Guardian regarding The Theory of Everything, you mention how thoroughly you prepare. You met Motor Neuron Disease patients, you visited the Queen Square Centre for Neuromuscular Diseases and Tom Hooper mentioned how you took a full year for The Danish Girl. Do you consider yourself a method actor?

ER: If I’m being totally honest, I don’t really understand what a method actor is! People kept asking me that for Stephen Hawking, the question of “did you do it method?”, well at which point are you playing him method? Are you in a wheelchair all day? But what if you’re doing a day when he’s young and healthy, how do you stay in character? Because he changed, physically, in the same way that Lili changed emotionally. But I really like to do research, I think it’s a responsibility particularly if you’re playing Stephen Hawking, who is a living legend, and you’re representing a disease that many people live with. I think it’s your responsibility to try and learn as much as you can and, similarly, playing Lili, who is an icon and an extraordinary woman, you don’t take that lightly. It’s a great privilege to be playing her, so I met as many people from the trans community as I possibly could, as well as their partners, I heard their stories, and what’s extraordinary is that there is no one trans story. Everyone’s story is different; everyone’s story is unique. So I try to do as much research as possible.

« I really like to do research, I think it’s a responsibility. »

AJ: Following on that question, how do you stay in character in general? Do you take a character home when you’re done with the set?

ER: Someone asked me whether there were some traits of Lili that came home with me, and I told them that they’d have to ask my wife! (Laughter) I like to think that I’m not method, that I go home and I’m just me.

AJ: How did your wife feel when she found out you would do this role?

ER: She read the script and she was incredibly supportive.

AJ: But you must stay focused for some time, no?

ER: Definitely focused, yes, but the extraordinary thing about filmmaking is that it’s the most truncated, bitty process. It’s different on stage, when you get a run at the whole thing. On film, you can be playing Lili in a moment, and you can get to where you think she has to be right before action, and then there’s suddenly a problem with the lighting! So you have to learn how to conserve your energy to be able to find her at different moments.

AJ: What was your biggest challenge for this role?

ER: The biggest challenge for me is always the sense of responsibility. Doing the character justice and, particularly in this case and with The Theory of Everything, you don’t want to let down the people who have let you in their lives.

« The biggest challenge for me is always the sense of responsibility. […] You don’t want to let down the people who have let you in their lives. »

AJ: Is there an outsider quality to any of your personality traits, like Hawking or Lili? By that I mean, something that’s made you feel like an outsider in your own life?

ER: I’m sure that there are many little things. I’m not sure I want to reveal them though, if that’s all right with you. But I think that the notion of finding yourself, and I’m not sure if it’s outside or being authentic, is one of the most intriguing things about this film. It’s such a simple term, “just find yourself”, but the complexity of that, especially if you are a trans person, is on the most extreme end because of what you have to content with in society. There’s an amazing drawing of Lili when she was living as Einar, where she was wearing this collar that was up to the jaw and that felt to me like she was in an exoskeleton. It was a sort of masculinity that was imposed on her, and I tried to unravel that through the process.

AJ: There’s quite a lot of gender acting going on. You are an actor portraying a man, or rather a woman who’s acting as a man, and who is posing as a woman later on. Was it at any point confusing to find your way through all of it?

ER: It wasn’t confusing due to the fact that I had met so many people who had been so transparent and generous with their stories. Across the board, every trans woman would say, “Ask me anything”. The need to educate and to really make sure that I understood was astounding. Every role is challenging, but I’m not sure it was that confusing.

AJ: Did you film chronologically?

ER: No, and in this case it was rather strange. Tom [Hooper] did keep sections in chronology, but we shot all the interiors in Copenhagen first, then we did Paris and then we went to do the exteriors. What was difficult is that we did the beginning of Copenhagen and then we went straight to when she comes back from Paris, and that I found difficult. I hadn’t had the Paris time and I wanted to, because one of the women who became a friend described this period of hyper feminisation when she was transitioning, where she would wear too much makeup maybe, would wear clothes that were maybe wrong or would walk in an exaggerated manner, and she described it as being a sort of teenage girl going through adolescence, discovering, making mistakes and finding herself. I wanted to go through that aspect of Lili as she was investigating other people’s femininity and finding that herself. By the end, it’s her own hair, the makeup is toned down, she’s content in her own skin and even vocally, she found her own voice. What was difficult was jumping from the beginning part of Copenhagen and then the end, without having done her part in Paris.

AJ: Everyone has both a masculine and feminine side to their personalities, but you don’t look afraid at all showing your femininity!

ER: I don’t think about it in a binary world of male and female. It’s interesting when you think about things like, “playing sports is masculine”, those concepts feel so antiquated. For me there’s a spectrum on which people sit at different places, and that diversity is wonderful and should be celebrated. For me, it was just a privilege to play her. Of course, one investigates oneself and finds parts of yourself that perhaps you haven’t accessed before.

AJ: I read about Lili and her transition and how she had five operations and how she became obsessed by them. The film doesn’t show it, but can you understand where that urge comes from?

ER: The amount of operations is indeed completely cut down for the film, but I can see it also from the terms in which it was described. Having talked about gender on a spectrum, I feel like that period was a riveting time for gender politics. The War had just happened, all the men had gone to war, women were now doing men’s jobs and functioned quite brilliantly too! Suddenly, all the men came back home and tried to reinstate a patriarchy, but architecturally you have Art-Nouveau and its femininity, and in fashion haircuts are getting shorter for women, there’s a certain androgyny in the clothes, and you had Claude Cahun and other amazing artists who were playing with gender boundaries. But, you still had the way in which you were judged if you were male or female, which were with gonads and ovaries. That became one of Lili’s obsessions and, because she had no predecessor or none that I’m aware of, she had no one to discuss it with, no one to communicate with.

« I feel like [Lili’s] period was a riveting time for gender politics. »

MK: How has your life or your career changed after your Academy Award, or even after your Tony Award in 2010 for Red?

ER: Well, you’re so much into the whole feeling that you don’t know! You can’t really take it in. I suppose that, until very recently, you’re used to auditioning and really fighting for jobs and roles. What’s been lovely in this past year is that you get choice. And choice is something I’ve never had before, and that’s a lovely thing. But as actors, we’re all on a list. Sometimes you’re towards the top of the list, and then you have a few flops and fall down. It’s an ephemeral thing, so you try and make the most of it when you’re having a nice moment and use that opportunity to choose interesting things.

MK: Do you still do theatre?

ER: Oh, I hope to! Absolutely. Of course, it’s a question of when and what, but I love theatre.

« As actors, we’re all on a list. Sometimes you’re towards the top of the list, and then you have a few flops and fall down. It’s an ephemeral thing. »

AJ: Can you still walk on the street in London in peace?

ER: I can! I really can. I get on the tube. Occasionally you get someone asking for a selfie, but it’s really not that big. People don’t seem to really care!

AJ: You also did the publicity for Burberry, where you seem to play that perfect, ideal Brit! What are your thoughts of the perception of you as the incarnation of the ideal Brit?

ER: If I played the perfect, ideal Brit, I’m not sure that I’d play him very well! (Author’s note: he was drinking coffee during the interview. Not tea.) What was lovely about that experience is that [the designer] Christopher Bailey is such a supporter of young, British actors and musicians. I was doing a play at the Donmar Warehouse, at a time when I was struggling to pay my rent [in 2008], and suddenly he comes and supports you and that gives you the opportunity to choose jobs you want to do.

AJ: Have you ever met the Queen? More importantly, how was your Oscar experience and where do you keep the statue?

ER: I actually met the Queen once with Tom. She had a BAFTA gala at Windsor Castle, and she was very lovely! The Oscar is standing on a side table in my apartment, and it still doesn’t look real!

AJ: What do you think about the Oscars coming to these sorts of stories?

ER: Well for me, it’s been four years since Tom gave me this script. I hadn’t seen the film until last night and all that you are feeling is to be protective of this thing going out to the world, but you’re also scrutinising all the things you did wrong. Frankly, it’s just about getting it out to the world. That’s all you can really focus on. Last year was just the most amazing, wondrous frenzy; it was extraordinary. But you don’t think in those sorts of terms. Having said that, I have a great deal to be thankful for towards Julianne Moore. I did a film with her called Savage Grace in 2007, and she really fought for me to be in that film when the financers didn’t want me. So I was extremely thrilled for her as well when she won it last year; it felt really lovely. She was saying to me “[Now that we both have Oscars,] maybe some people will go and see that film we did that no one saw, the one about incest” (laughter).

« I have a great deal to be thankful for towards Julianne Moore. »

AJ: This film is about loving yourself, about becoming the most authentic person you can, and about the barriers that keep us from that. Do you have any hurdles of your own?

ER: Hurdles that keep me from the best version of myself? Oh, I really can’t answer that, it’s far too personal. But I’m pleased that you say that’s what the film is about, because it’s the most extraordinary, unique love story. It talks about love as being something other. It’s not about gender, it’s not about sexuality, it’s not about the body; it’s about the soul. But it’s also about the fight of being true to yourself. I think that what Lili went through is utterly courageous and huge. In everyone’s life there are hurdles, and I’m probably not going to let you into mine, if that’s all right!

MK: Speaking of the choice of roles you now possess, people are about to discover you as Newt Scamander in the fabulous world of Harry Potter. Are you a fan of the series? How did that project come about?

ER: That project came about because I had a meeting with David Yates, the director, and he talked me through the world that J.K. Rowling was creating. I got to read a script and it blew me away. I’ve loved those films, I’ve read the books when I was younger and the idea of entering that world and getting to work with J.K. Rowling, David Yates and this extraordinary cast and crew is quite a dream. We’ve just started filming two weeks ago (editor’s note: end of August 2015), so I’m back on set tomorrow morning actually. I’m really enjoying myself, but I literally can’t say anything else about it, or I’ll get shot! (Laughter)

AJ: How important was the influence of Lana Wachowski?

ER: I was attached to this project before I did Jupiter Ascending, but I talked to Lana about Lili and she was the first person to point me in the direction of where I should be reading. She actually owns artwork by Gerda and talked to me about how iconic Lili was, and what a responsibility it was to play her. She pointed me to the book Conundrum, by Jan Morris, which is the most sensational book, and also to Gender Outlaw, by Kate Bornstein. Lana was wonderful in introducing me to Lili.

AJ: I asked Tom [Hooper] about the nude scene and how it was a turning point for Lili. He said it was probably harder for him to direct it than for you to play it, but how did you cope with it?

ER: Whenever I get asked about doing love scenes, it’s exactly the same answer. It’s exactly like you getting naked in front of a group of people, it’s not like actors are used to this and that it’s perfectly natural. On the other hand, that scene was really more about Lili finding herself. For me, it ended up being more about her face than her body, as in what she was seeing in herself.

AJ: You have several scenes with Ben Whishaw, so did you talk a lot about the subject between shots?

ER: One of the great privileges of this job was working with some of my favourite actors. Mathias [Schoenaerts], Alicia [Vikander], Sebastian Koch, who I think is amazing, but Ben Whishaw is literally one of my favourite actors in the world. I’ve seen him on stage last week in London, and I enjoyed playing with him so much, he’s such a formidable talent. I was thrilled that he did this film, and we talked extensively about many things related to the subjects.

« Ben Whishaw is literally one of my favourite actors in the world. […] He’s such a formidable talent. »

MK : Lorsque je lis l’interview que vous aviez effectué avec The Guardian à propos d’Une Merveilleuse Histoire du Temps, vous parlez de la façon méticuleuse avec laquelle vous prépariez le rôle. Vous aviez rencontré des personnes atteintes de dystrophie neuromusculaire, vous aviez visité un institut de recherche étudiant cette maladie et Tom Hooper a mentionné que vous aviez pris une année entière pour The Danish Girl. Vous considérez-vous comme un acteur suivant La Méthode?

ER : Si je suis parfaitement honnête, je ne comprends pas vraiment ce qu’est un acteur qui pratique La Méthode! On me le demandait souvent pour Stephen Hawking, cette question de l’interprétation Méthode, mais alors jusqu’à quel point est-ce qu’on reste fidèle à la Méthode? Est-ce qu’on reste dans une chaise roulante toute la journée? Mais que se passe-t-il lorsque l’on filme un jour dans sa jeunesse, lorsqu’il fut en bonne santé, comment fait-on pour rester dans le même personnage? Parce que le personnage a changé, physiquement, d’une façon similaire à ce que Lili a changé émotionnellement. Mais j’apprécie énormément de faire de la recherche, je pense que c’est une responsabilité particulière si vous jouez Stephen Hawking, qui est une légende vivante, et que vous représentez une maladie touchant de nombreuses personnes. Je pense que c’est votre responsabilité d’essayer d’apprendre autant que vous pouvez et, de façon similaire, en jouant Lili, qui est une icône ainsi qu’une femme extraordinaire, vous ne le prenez pas à la légère. C’est un grand privilège d’interpréter Lili, donc j’ai rencontré autant de personnes de la communauté trans que possible, ainsi que leurs partenaires, j’ai entendu leurs histoires, et ce qui est incroyable c’est qu’il n’y a pas une histoire trans. Chaque histoire est différente; chaque histoire est unique. Donc je fais le plus de recherche possible.

« J’apprécie énormément de faire de la recherche, je pense que c’est une responsabilité. »

AJ : Continuant sur cette question, comment restez-vous dans la tête de votre personnage en général? Vous « prenez » le personnage à la maison une fois le tournage terminé?

ER : Quelqu’un m’avait demandé si il y avait quelques traits de Lili qui sont restés avec moi, et je leur ai répondu qu’il fallait demander à mon épouse! (Rires) J’aime l’idée que je ne suis pas la Méthode, que je rentre à la maison et je suis moi-même.

AJ : Quelle était la réaction de votre épouse justement en découvrant que vous alliez attaquer ce rôle?

ER : Elle a lu le scénario et m’a grandement encouragé.

AJ : Mais vous devez surement garder votre concentration pendant de longues périodes, non?

ER : Rester concentré, certes, mais la chose incroyable à propos d’un tournage de film est que c’est un processus extrêmement saccadé et discontinu. C’est différent sur une scène de théâtre, lorsque l’on joue la pièce d’un trait continu. Dans un film, vous pouvez être en train de jouer Lili à un moment, et vous pouvez préparer le personnage jusqu’à ce que la caméra se mette à filmer, et subitement il y a un problème avec l’éclairage! Donc on doit apprendre comment conserver son énergie pour retrouver le personnage à différents moments.

AJ : Quel était votre plus grand défi pour ce rôle?

ER : Le plus grand défi pour moi est toujours le sentiment de responsabilité. De rendre justice et, particulièrement dans ce cas ainsi que pour Une Merveilleuse Histoire du Temps, vous ne voulez pas décevoir les personnes qui vous ont accueillies dans leurs vies.

« Le plus grand défi pour moi est toujours le sentiment de responsabilité. […] Vous ne voulez pas décevoir les personnes qui vous ont accueillies dans leurs vies. »

AJ : Vous reste-t-il des qualités de vos personnages, tels que Hawking ou Lili, dans des facettes de votre personnalité? Quelque chose qui vous a fait ressentir comme un étranger dans votre propre vie?

ER : Je suis certain qu’il y a de nombreuses petites choses. Par contre je ne suis pas certain de vouloir les partager ici, si ça ne vous dérange pas. Mais je pense que la notion de trouver qui l’on est vraiment, et je ne sais pas si c’est quelque chose qui vient de l’extérieur ou si c’est authentique, est une des choses les plus intrigantes de ce film. C’est une expression si simple, « se trouver », mais la complexité de cela, particulièrement si l’on est une personne trans, est extrême à cause de ce que vous devez faire face dans la société. Il y a une esquisse incroyable de Lili lorsqu’elle vivait en tant qu’Einar, où elle portait un col qui lui remontait jusqu’au menton et qui me faisait penser qu’elle était dans un exosquelette. C’était une sorte de masculinité qui lui était imposée, et j’ai tenté de découvrir cela lors du processus.

AJ : Il y a énormément de temps passé à l’écran qui transcendent les sexes. En tant qu’acteur vous jouez un homme, ou plutôt une femme qui se fait passer pour un homme, et qui se comporte en tant que femme plus tard. Etait-ce confus de garder cette direction durant tout le projet?

ER : Ce n’était pas confus grâce au fait que j’ai rencontré un très grand nombre de personnes qui étaient très ouvertes avec leurs histoires. À l’unanimité, chaque femme trans me disait « Pose-moi n’importe quelle question ». Ce besoin d’éduquer et de s’assurer que je comprenais était bouleversant. Chaque rôle au cinéma représente un défi, mais je ne pense pas que ce fut confus.

AJ : Vous aviez filmé de façon chronologique?

ER : Non, et dans ce cas c’était assez étrange. Tom [Hooper] a gardé certaines sections de façon chronologique, mais nous avions premièrement filmé toutes les scènes à l’intérieur de bâtiments à Copenhague, après nous avions tourné à Paris et nous avons terminé avec toutes les scènes extérieures. C’était difficile parce qu’on avait fait le début de Copenhague et ensuite nous avions filmé directement quand elle revient de Paris, et ça j’ai trouvé difficile. Je n’avais pas eu l’histoire de Paris alors que je voulais vraiment le faire, parce qu’une des femmes qui est devenue une amie m’avait décrit cette période d’hyper féminisation lorsqu’elle était en transition, où elle portait beaucoup trop de maquillage, elle portait des habits que n’allaient pas ou encore elle marchait de façon exagérée, et elle l’avait décrit comme si elle était une fille pré pubère qui découvre l’adolescence, qui découvre la vie, fait des erreurs et essaie de se trouver. Je voulais traverser ce processus pour Lili, car elle examinait la féminité d’autres personnes pour se trouver. Ä la fin, ce sont ses propres cheveux, le maquillage est plus sobre, elle est à l’aise dans sa peau et même, vocalement, elle a trouvé le ton de sa propre voix. Ce qui était difficile était de sauter du début de Copenhague à la fin, sans avoir fait Paris.

AJ : Chaque personne a des traits tant masculins que féminins à sa personnalité, mais vous ne semblez pas du tout gêné d’exhiber ainsi votre féminité!

ER : Je ne le vois pas comme un monde binaire entre hommes et femmes. C’est intéressant de voir comment certains concepts sont devenus archaïques, comme « faire du sport est une activité masculine ». Pour moi, il y a un spectre sur lequel différentes personnes se situent à différents endroits, et cette diversité est incroyable et devrait être célébrée. Pour moi, c’est juste un privilège de la jouer. Bien entendu, on traverse une certaine introspection et on découvre des choses sur soi que peut-être nous n’avions pas remarqué auparavant.

AJ : J’ai lu à propos de Lili et sa transition, ses cinq opérations et comment elle est devenue obsédée par cette idée. Le film ne le montre pas, mais pouvez-vous comprendre d’où vient cette pulsion?

ER : Le nombre d’opérations est effectivement réduit dans le film, mais j’arrive à le comprendre dans les termes qui sont décrits. Ayant discuté de sexe masculin et féminin étendu sur un spectre, je pense que la période du film était fascinante pour l’égalité des sexes. La [Première] Guerre [Mondiale] venait de s’achever, tous les hommes étaient partis à la bataille, les femmes étaient en train d’effectuer tous les travaux et tâches des hommes et s’en sortaient brillamment! Soudainement, tous les hommes sont rentrés à la maison et tentèrent de réintroduire cette patriarchie, mais vous aviez l’Art-Nouveau et ses touches féminines dans l’architecture, la mode évoluait avec les femmes qui adoptaient de coupes de cheveux plus courtes, il existait une certaine androgynéité dans les habits, et vous aviez Claude Cahun et d’autres artistes incroyables qui jouaient avec les frontières des sexes. Néanmoins, il persistait cette façon sur laquelle on était classé en tant qu’homme ou femme, qui était d’avoir des gonades et des ovaires. C’est ça qui était devenu une obsession pour Lili et, puisqu’elle n’avait aucun précurseur ou du moins aucun que je ne connaisse, elle n’avait personne avec qui en parler, personne avec qui communiquer.

« Je pense que la période du film était fascinante pour l’égalité des sexes. »

MK : Comment votre vie ou votre carrière a-t-elle changé après votre Oscar l’année passée, ou même après votre Tony Award en 2010 pour Red?

ER : Vous êtes tellement envoûtés par toute l’expérience que vous ne vous en rendez pas compte! On n’a pas le temps de l’assimiler. Je pense que, jusqu’à récemment, on est habitué aux auditions et à devoir vraiment se battre pour un rôle. Durant cette dernière année, c’est très agréable d’avoir le choix. Je n’avais jamais eu le choix auparavant, et c’est un sentiment merveilleux. Mais en tant qu’acteurs, nous sommes tous sur une liste. Parfois on est vers le sommet de la liste, et après vous faites quelques flops et vous vous retrouvez en bas. C’est une chose éphémère, donc vous essayez de l’exploiter la situation au maximum tant que vous avez un bon moment et utilisez cette opportunité pour choisir des projets intéressants.

MK : Vous faites toujours du théâtre?

ER : J’espère vraiment pouvoir continuer! Absolument. Bien entendu, c’est une question de quand et quoi, mais j’adore le théâtre.

« En tant qu’acteurs, nous sommes tous sur une liste. Parfois on est vers le sommet de la liste, et après vous faites quelques flops et vous vous retrouvez en bas. C’est une chose éphémère. »

AJ : Vous pouvez toujours vous balader dans les rues de Londres en paix?

ER : Je peux! Vraiment, je peux. Je prends le métro. De temps en temps vous avez quelqu’un qui demande un selfie, mais ce n’est pas vraiment énorme. Les gens semblent ne pas s’en soucier.

AJ : Vous avez aussi collaboré avec Burberry, où vous semblez jouer ce Britannique idéal! Que pensez-vous de l’idée que vous êtes perçu en tant qu’incarnation de l’homme typique britannique?

ER : Si je devais jouer le Britannique parfait et idéal, je ne suis pas certain que je le jouerais très bien! (Ndlr : il était en train de boire du café durant l’interview. Pas du thé.) Ce qui était génial à propos de cette expérience est que [le couturier] Christopher Bailey est un grand avocat de jeunes acteurs et musiciens britanniques. Je jouais une pièce au Donmar Warehouse, à une époque où j’avais des difficultés à payer mon loyer [en 2008], et de nulle part il arrive et t’apporte son soutien, et cela te donne la possibilité de choisir d’autres rôles.

AJ : Avez-vous déjà rencontré la Reine? Comment était votre expérience aux Oscars et où gardez-vous la statue?

ER : J’ai rencontré la Reine une fois avec Tom- Elle organisait un gala pour les BAFTA au Château Windsor, et elle était charmante! La statue est sur une table de côté dans mon appartement, et je n’arrive toujours pas à y croire!

AJ : Que pensez-vous du fait que les Oscars se rapprochent de ce genre d’histoires?

ER : Pour ma part, cela fait quatre années que Tom m’a transmis le scénario. Je n’avais pas vu le film jusqu’à la première hier soir et le sentiment prévalent était de protéger cette création pendant qu’elle est présentée au monde, mais en même temps on passe au crible toutes les choses que l’on a fait faux. Franchement, c’est arrivé à un point où il fallait le montrer. C’est tout ce qui monopolise vos efforts. L’année passée était une expérience incroyable et frénétique; c’était extraordinaire. Mais vous ne réfléchissez pas dans ce genre de termes. Cela dit, je suis extrêmement redevable envers Julianne Moore. J’ai fait un film avec elle intitulé Savage Grace en 2007, et elle s’est démenée pour que je sois dans le film alors que les producteurs ne le voulaient pas. Du coup j’étais incroyablement heureux pour elle aussi lorsqu’elle a remporté l’Oscar l’année passée; c’était un sentiment magnifique. Elle m’avait dit « [Maintenant qu’on a les deux un Oscar,] peut-être que les gens iront enfin voir ce film que personne n’a vu, celui à propos d’inceste » (rires).

« Je suis extrêmement redevable envers Julianne Moore. »

AJ : Ce film est à propos d’amour propre, à propos de s’aimer et de devenir la personne la plus authentique possible, mais aussi des barrières qui nous empêchent de le devenir. Avez-vous de ces barrières vous-même?

ER : Des barrières qui m’empêchent d’être le meilleur de moi-même? Oh, vraiment, je ne peux pas répondre à ça, c’est bien trop personnel. Mais cela me fait plaisir que vous dites que c’est un des thèmes, parce que c’est une histoire d’amour extraordinaire et unique. Ça montre l’amour en tant que quelque chose de différent. Ce n’est pas à propos du sexe ou de la sexualité, ni à propos du corps; c’est à propos de l’âme. Mais c’est aussi à propos de cette lutte pour être honnête envers soi-même. Je pense que ce que Lili a vécu est courageux et monumental. Dans la vie de chacun il y a des obstacles, et je ne vais surement pas vous indiquer les miens si cela ne vous dérange pas!

AJ : En parlant du choix des rôles dont vous désormais disposez, le monde va vous découvrir en tant que Newt Scamander (Norbert Dragonneau) dans le fabuleux monde de Harry Potter. Etes-vous un fan de la saga? Comment est né ce projet?

ER : Le projet est né lorsque j’ai rencontré David Yates, le réalisateur, et qu’il m’a raconté le monde que J.K. Rowling était en train de créer. J’ai eu l’occasion de lire une version du scénario, et j’étais sans voix. J’ai adoré ces films, j’ai lu les livres quand j’étais plus jeune et l’idée de faire partie de ce monde et de travailler avec J.K. Rowling, David Yates et cette incroyable équipe d’acteurs ainsi qu’équipe technique est un véritable rêve. On vient juste de commencer à filmer il y a deux semaines (ndlr : fin août 2015), et je suis de retour sur le tournage demain matin. J’y prends un plaisir fou, mais je ne peux littéralement plus rien dire dessus ou bien on va me réduire au silence! (Rires)

AJ : L’influence de Lana Wachowski était-elle importante sur vous?

ER : J’étais lié à ce projet avant d’avoir fait Jupiter, mais j’ai parlé de Lili à Lana et elle était la première personne à m’indiquer ce que je devais lire. Elle possède en fait des œuvres d’art de Gerda et m’a raconté à quel point Lili est une icône de la communauté, et quelle responsabilité c’était de l’interpréter. Elle m’a montré le livre Conundrum, par Jan Morris, qui est un livre incroyable, et aussi Gender Outlaw, par Kate Bornstein. Lana était très généreuse en me présentant Lili.

AJ : J’ai interrogé Tom [Hooper] à propos des scènes de nu et à quel point c’était le tournant pour Lili. Il avait dit que c’était probablement plus difficile pour lui de le réaliser que pour vous de le jouer, mais comment avez-vous préparé?

ER : À chaque fois qu’on me demande à propos de scènes d’amour, je donne la même réponse. C’est exactement comme si vous étiez nue devant un groupe de gens, ce n’est pas comme si les acteurs sont habitués à ça et sont totalement désinhibés. Cela dit, cette scène était davantage à propos de Lili qui se trouve. Pour moi, au final c’était plus à propos de son visage que de son corps, et ce qu’elle voyait en elle-même.

AJ : Vous jouez plusieurs scènes avec Ben Whishaw, du coup est-ce que vous parliez des sujets du film entre les prises?

ER : Un des grands privilèges de ce rôle était de travailler avec quelques uns de mes acteurs préférés. Mathias [Schoenaerts], Alicia [Vikander], Sebastian Koch, qui selon moi est incroyable, mais Ben Whishaw est littéralement un de mes acteurs préférés au monde. Je l’ai vu sur scène au théâtre la semaine passée à Londres, et j’ai énormément apprécié de jouer avec lui ici, il possède un talent incroyable. J’étais ravi qu’il ait fait ce film, et nous avions longuement parlé de nombreuses choses liées au sujet.

« Ben Whishaw est littéralement un de mes acteurs préférés au monde. […] Il possède un talent incroyable. »

Chapeau maestro!

SHARE
Previous articleClôture de Filmar : « y el ganador es…»
Next articleBy The Sea (Vue sur mer)
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!