Entretien | Alicia Vikander

Second opus de nos trois interviews à propos du film "The Danish Girl", avec la talentueuse Alicia Vikander dont l'étoile ne finit pas de monter.

0
378
Alicia Vikander
Image © Asac - la Biennale di Venezia

Voici notre seconde rencontre avec l’équipe du film The Danish Girl vu cette année à Venise, après notre entretien avec le réalisateur Tom Hooper. Le film sortira en Suisse en début d’année prochaine et figure dans le premier rôle féminin la Suédoise Alicia Vikander, jeune et talentueuse actrice enchaînant les productions et les accolades. Entre l’année 2015 et l’année 2016, elle n’a pas moins de huit films qui sortiront sur le grand écran!

C’était un plaisir autant personnel que professionnel de faire sa connaissance, durant une séance où elle nous a parlé de comment percer dans le cinéma en Suède, sa notoriété incessamment grandissante, sa préparation pour son rôle de Gerda, ses projets futurs et la variété de ses rôles.

Pour rappel, le film sortira le 20 janvier 2016 en Suisse romande.

Propos recueillis et traduits par Mark Kuzmanic

Version française plus bas.

AV : Alicia Vikander
MK : Mark Kuzmanic
AJ : Autres journalistes

AJ : How do you feel about the fact that you have seven, eight movies in 2015 and beginning of 2016, and that everything seems to be moving so fast for you these days?

AV : Well I was able to have a couple of weeks or rest this summer, which was well needed. Of course, it’s a bit of a coincidence, as these are films that I have made almost since I was in Berlin. It’s the movies that I did just after that which are now coming out, so weirdly enough, it’s a body of work that has been done over three years that has come out. But it’s been a bit overwhelming, because in one way I’ve been able to, as one does when shooting films, put my head into the sand and get a sort of tunnel vision, and don’t worry about anything else. Now, I’ve been doing a lot of press! That’s something I haven’t done in the past, and I wasn’t very used to that. I think that in the beginning I was both extremely nervous and overwhelmed, but I’m also very proud of the films, so its fun for them to come out all at once.

AJ : What do you think of becoming the favourite for the Oscar at the moment? The Americans are obsessed with this the moment the movie comes out.

AV : That’s also something to get used to. I was brought up in Sweden, which is not the biggest country. Myself, I had my own ideas of what the outer world and America, and how the industry works, so I just realised that it’s not only the Awards season; it’s everything that is buzzing with news here and there. And of course, any buzz for this film, such as the screening yesterday where we had a standing ovation, and the humble feeling you get from experiencing that, if any of us can make people go and see this film, which I think is also a great love story but also has an important subject, if that brings people to theatres it would be amazing.

AJ : The career you have now, did you dream about it being a little girl?

AV : Oh, no! I couldn’t. My mother is a stage actress, I was brought up in Gothenburg, and I left ballet school because I tried to act. But the reality in Sweden is that you can’t only do film, because it’s not enough of an industry to do that. You do theatre, and then you’re happy to do some Swedish films, and I did two of those in just two years. Both of them ended up going to festivals and suddenly I had opened the door to more auditions. Noomi Rapace was, around that same time, starting to get work abroad, but before that I didn’t even know that you could be considered. Also, I realised a few years ago when I started working on my English that it was the only large barrier. I think you can see, in any global industry, that with the ease of travel and language you can look for talent anywhere, and I think that’s lovely because it brings this variety of culture and artistry.

« The reality in Sweden is that you can’t only do film, because it’s not enough of an industry. »

AJ : Is the language still kind of a barrier? I assume that your mind still functions in Swedish.

AV : Actually, the last two months where I’ve done press, I’ve realised that I’ve come to a point where, after living abroad for two years and away from Sweden for four years, I speak more English than Swedish. Recently, when I had an interview in Swedish, I was totally thrown off and almost really embarrassed! I hard a really hard time finding some of the words. I still would say that acting still is a lot more work and requires a lot more preparation. I believe that language is a thin element between my thoughts and how I vocalise them. So if you do very emotional scenes, anything that is high-pitched, you tend to lose that rational thought process; you don’t think about the language. It needs to be pure emotion. Keeping accents and all of those things however can be tricky.

AJ : Speaking of the film, as a Dane, it is kind of strange hearing all the Danish people speaking English. Did you do any specific Danish research for the role?

AV : Well I did actually push for Danish in the film! Regarding the role, I did already the film A Royal Affair, so in one way, as a Scandinavian person, I kind of feel a bit at home there. I lived in Copenhagen for two months, preparing for A Royal Affair, and Nikolaj Arcel (the director of A Royal Affair) is a dear friend of mine now. Even though he lives in Los Angeles, he was there for the shooting of The Danish Girl. So I was able to bring around the crew of the movie and I was very proud of having my Danish friends that could take us out to great places!

MK : Regarding all the new activities and events you have to get accustomed to, the films, the press, you’ve become the latest égérie for Louis Vuitton as well, what is the thing you enjoy doing most in life?

AV : All of the things you mentioned are incredible. I don’t know how many times I’ve pinched my arms. I had my mother here with me, yesterday, and she was the bridge that reminded me the dear things I’ve been through or been invited to experience, or even the people I’ve met, directors, actors, producers. When I was fourteen, I was in Turkey looking at some fake Louis Vuitton thinking that it is something I wanted to be able to buy, and now I’m collaborating with the real brand! But apart from that, in life, I like hanging out with my friends and I like to travel when I can.

AJ : Regarding the travel, you’ve done two movies in Australia and New Zealand, Son of a Gun and The Light Between Oceans. Is the latter going to be a romantic film?

AV : Well regarding the recent filming of The Light Between Oceans, in the script it’s actually explicit that the city doesn’t exist; it’s fictional. Even though you can easily guess and assume that it’s in Australia. We shot it in New Zealand and the last two weeks we were in Tasmania. However, while we were shooting the film, I have a sister who was getting married in Melbourne at the same time, and she had invited me to her wedding 18 months before that! And even with all the planning in advance, she was very understanding. She called with the invitation, saying that she knew I probably wasn’t going to be able to attend, which was so sad but was also true. That has probably been the toughest on me these last couple of years; I can never plan, even for my sister’s wedding. In the end, I was able to call her three months before the wedding, telling her that I’ll be shooting a film in Tasmania and that I’ll be able to attend after all! About The Light Between Oceans, I don’t know if you’ve read the book, but the large part of the film is this married couple that goes out on this island. I would say that there is a strong relationship, but it’s the journey and the things that those people go through, and the consequences of their decisions which are the top subjects. If you’ve seen Derek Cianfrance’s two previous films, they are quite full-on emotional. I’ve seen the late cut of this one, and it’s the same ride. I’m very proud and excited for it.

« That has probably been the toughest on me these last couple of years; I can never plan. »

AJ : Can you tell us more about the work you did for the role of Gerda?

AV : First of all, we had the novel The Danish Girl. However, that’s already a fictionalised version. We all agreed to go back and find as much information about Lili and Gerda as we possibly could, and then keep artistic freedom of course. I studied most of her paintings, doing research online, and I took a lot of courses to get a bit into the painting world. I wanted that minimal artistic freedom of feeling like I dared to paint for myself. On the other hand, we had these very strong contacts with people in the trans community, which I think was one of the biggest assets for all of us. They gave us this insight into how it must have been for them, even though the film is set in a time where there were no outer references. I remember that I picked up a book that was recommended to me, called “My Husband’s a Woman Now”, written by Leslie Fabian. When I read it, I called her just to tell her that it was quite remarkable to read a story that I felt was parallel to Gerda’s own story, even though it was set in another time and place. Also there were many documentaries in addition to meeting people, but my key thing was, when I met people who had someone close to them who were in transition, they wanted very much to explain to me how hard it is. For example Leslie, who is still with her spouse even though she now has transitioned, told me how she had always supported her husband, especially now, because she loves that person more than anything. But people sometimes forget that, the whole time, the partner is also on a transition of their own. And that concept is something that gave me an insight. I felt honoured to portray the role of a woman that impresses me personally, and try to push out all of the heavy emotions of needing to let somebody go, because the person you love, and because you’ve loved them, you need to let them go on this personal journey. You also may need to sacrifice the relationship between the two of you, as a couple, and that was for me extremely selfless and impressive throughout.

« I felt honoured to portray the role of a woman that impresses me personally. »

AJ : Can you understand the couples that decide to stay together after transition? A friend of mine had a husband who was very macho, who suddenly became transgender, and yet they still are together and still live together.

AV : When reading the script, I related to any kind of transition that a relationship could go through, and what you do in order to fight and keep it all together. I am very impressed with all the kinds of people that I’ve met, as every single of their journeys were different, which is the beauty of it. It’s just people trying to be themselves, which also defines how everyone is their own human being. Everyone has their own different relationship to people, so I do understand it in some way.

AJ : Why do you think that the transgender issues seem so popular these days?

AV : Well in this film, we bring up subjects that have always been there. It’s sad to know that it was as late as the 1920s, when you think of all the people that were repressed and couldn’t express themselves. Thank God it was somewhat of a movement that started and I’m just so happy to know that, we still have such a long way to go for the transgender community, but we’re talking about it. Some transgender people still can’t get work, or still face many risks in life, there are so many issues that we could talk about. If this film can be in any part add to what has happened in the last year around the world, which is a tiny bit more light being shed on the subject, conversations getting started, awareness being raised, then I’m really happy.

AJ : Obviously most people are calling this an art-house film, with its niche audience, as opposed to being a blockbuster. How important is it for you to be doing the big blockbusters as well?

AV : It’s something I’m going to try as well, with the future Bourne movie, but I’ve never thought about scale in a movie. When it comes to film, it’s really the part and especially the people involved that draw me to a project. Also maybe the fact that it could be a part different from anything I’ve done before, and Paul Greengrass (director of the Jason Bourne saga), whom I believe to be an extremely great filmmaker, was so open when I met him by telling me that this was going to be a “popcorn movie”. And yet, I get a script that has been reworked for the better part of eight years (The Bourne Ultimatum came out in 2007), with a society that has changed. Now it’s more about subjects such as privacy. I love that they were able to bring some really good subject matters into something that is “supposed to be” and hopefully will be very commercial.

MK : We’ve mentioned the other genres you’re involved with, you’ve tasted historical dramas with A Royal Affair, you’ve been in science fiction with Ex-Machina, and you’re about to be discovered in the action/comedy genre with The Man from U.N.C.L.E. or even Bourne. Is there a genre you personally feel an affinity towards?

AV : A good film. (Laughter) It’s hard to say, because I can’t exclude anything. I know myself in very different genres, with all the beautiful work that has been done and that impresses me. There are different reasons to make certain genres, but take Tomas Alfredson for example, with Let the Right One In, who despite the horror genre manages to come up with a profound story and characters. So I believe in anything, I believe that as long as you have a good story to tell with profound characters there’s no limit to what you can make.

« I believe that as long as you have a good story to tell with profound characters there’s no limit to what you can make. »

AJ : Any projects next for you, with Swedish directors?

AV : I have people that I’m very much hoping to work with, yes.

AJ : How do you feel about Michael Fassbender’s chances of winning the Oscar for Jobs? (editor’s note: Him and Alicia Vikander were dating at the time of the interview) And how is the Oscar experience going to be different for you this year?

AV : I can’t wait to see Jobs. I’ve read the script and it’s one of the best ones out there, Aaron Sorkin is great so I can’t wait. I was at the Oscars when A Royal Affair was nominated, but I didn’t know that the red carpet was that long! For this year, we don’t even know if I’ll have the chance to get nominated, but we’ll see!

Version française:

AJ : Comment vous sentez-vous à propos de vos sept, huit films différents en 2015 et 2016, et que tout semble évoluer si rapidement pour vous?

AV : J’ai réussi à avoir quelques semaines de repos bien méritées cet été. Mais le fait que tous ces films sortent à la suite est un peu une coïncidence, puisque certains des films étaient prêts depuis que j’étais à Berlin. Ce sont les films que je viens juste de faire qui commencent à peu près à sortir, donc de façon assez étrange, c’est un travail constant depuis trois années qui est présenté. Mais c’est évidemment énormément de choses à accepter, parce que j’ai réussi lorsque je tournais ces films d’enfouir ma tête dans le sable telle une autruche et avoir cette sorte de vision du tunnel qui m’empêchait de trop penser à ce qui se passe autour. Maintenant, je fais énormément de rencontres presse! C’est quelque chose que je n’avais pas autant fait par le passé, et je n’y étais pas habituée. Je pense qu’au début j’étais à la fois très nerveuse et accablée, mais je suis très fière des films et c’est amusant de les voir sortir en si peu de temps.

AJ : Que pensez-vous d’être pressentie en tant que favorite pour un Oscar en ce moment? Les Américains sont obsessionnels avec ce sujet dès qu’un film est présenté.

AV : C’est aussi quelque chose à quoi je dois m’habituer. J’ai grandi en Suède, qui n’est pas le plus grand pays du monde. J’avais mes propres idées à propos du monde ailleurs et de l’Amérique, à propos du fonctionnement de l’industrie, donc j’ai récemment compris que c’est n’est pas juste la saison des prix; c’est un bourdonnement incessant de d’informations et de nouvelles. Et bien entendu, toute exposition pour ce film, telle que la première hier où nous avions cette ovation, ce sentiment d’humilité que l’on en retire, si n’importe quoi que nous faisons peut pousser les gens à aller voir ce film, un film que je considère traiter d’un sujet très important en plus d’être une fabuleuse histoire d’amour, si cela fait venir du monde au cinéma alors ce serait magnifique.

AJ : Aviez-vous rêvé de la carrière que vous avez maintenant lorsque vous étiez enfant?

AV : Pas du tout! Je ne pouvais pas. Ma mère fait du théâtre, j’ai grandi à Göteborg et j’ai quitté l’école de ballet parce que j’essayais de devenir actrice. Mais la réalité est qu’en Suède on ne peut pas faire uniquement du cinéma, car l’industrie n’est pas assez développée pour le permettre. Vous faites du théâtre, et ensuite vous êtes heureux d’apparaître dans quelques films suédois, et j’ai réussi à en faire deux en deux ans. Les deux ont fini par aller à quelques festivals et soudainement j’avais ouvert la porte à d’autres auditions. Noomi Rapace commençait à obtenir des rôles à l’étranger à cette même période, mais avant cela je n’étais même pas consciente que l’on puisse être considérée pour ça. Aussi, j’ai remarqué il y a quelques années en perfectionnant mon Anglais que c’était la seule grande barrière. Je pense qu’on peut voir, comme dans chaque industrie globale, qu’avec la facilité de voyager d’aujourd’hui et la langue il est possible de chercher du talent partout dans le monde, et je pense que c’est génial car cela apporte une variété de culture et d’interprétation artistique.

« La réalité est qu’en Suède on ne peut pas faire uniquement du cinéma, car l’industrie n’est pas assez développée. »

AJ : La langue est-elle encore une barrière? J’imagine que votre cerveau raisonne toujours en Suédois.

AV : En fait, les deux derniers mois où je faisais tous ces évènements presse, j’ai remarqué que je suis arrivée à un point, après avoir vécu à l’étranger pendant deux ans et loin de la Suède durant quatre années, où je parle davantage Anglais que Suédois. Récemment, lorsque j’ai effectué une interview en Suédois, j’étais complètement déboussolée et presque très embarrassée! J’éprouvais énormément de peine à trouver les mots. Mais je dirais quand même que le jeu d’acteur me prend davantage d’efforts et requiert plus de préparation. Je crois que la langue est un élément entre mes pensées et comment je les vocalise. Donc s’il y a des scènes très émotionnelles, quoi que ce soit qui demande une voix stridente, on oublie le processus rationnel; on ne pense même plus à la langue. Ça doit être de l’émotion pure. De garder les accents et les éléments du genre peut s’avérer difficile par contre.

AJ : En parlant du film, en tant que Danois, je trouvais toujours étrange d’entendre tous les personnages danois parler Anglais. Avez-vous fait de la recherche spécifiquement à propos du Danemark pour le rôle?

AV : J’ai pourtant vraiment tenté d’avoir du Danois dans le film! Ä propos du rôle, j’avais déjà joué dans le film Royal Affair, donc d’une certaine façon, en tant que Scandinave, je me sens à la maison là-bas. J’ai vécu à Copenhague pendant deux ans, pendant la préparation de Royal Affair, et Nikolaj Arcel (le réalisateur du film) est devenu un très bon ami. Même s’il vit maintenant à Los Angeles, il était en ville pour le tournage de The Danish Girl. Du coup j’ai pu amener l’équipe du film et j’étais très fière d’avoir mes amis danois qui pouvaient nous emmener dans les meilleurs endroits!

MK : A propos de toutes les nouvelles activités et les évènements auxquels vous devez vous habituer, les films, la presse, vous êtes devenue la nouvelle égérie de Louis Vuitton, qu’est-ce que vous appréciez faire le plus?

AV : Toutes les choses que vous avez mentionnées sont incroyables. Je ne sais pas combien de fois j’ai du me pincer le bras pour m’assurer de ne pas être dans un rêve. Ma mère était ici hier, et elle était ce pont qui m’a fait remarquer toutes les belles choses que j’ai traversées ou que j’ai partagées, ou les personnes que j’ai rencontrées, les réalisateurs, les acteurs, les producteurs. Lorsque j’avais quatorze ans, j’étais en Turquie et je regardais de faux Louis Vuitton en pensant que c’était quelque chose que je voudrais pouvoir m’offrir, et maintenant je collabore avec la vraie marque! Mais à part cela, dans ma vie hors du cinéma, j’aime traîner avec mes amis et j’aime voyager quand je peux.

AJ : En parlant de voyages, vous venez de faire deux films en Australie et en Nouvelle-Zélande, Son of a Gun et The Light Between Oceans. Est-ce que le second sera un film romantique?

AV : Dans The Light Between Oceans, le scénario mentionne explicitement que la ville où se déroule l’action n’existe pas; c’est une ville fictive. Même si on peut facilement imaginer et assumer que c’est en Australie. Nous avions tourné en Nouvelle-Zélande avec les deux dernières semaines en Tasmanie. Mais, lorsque nous étions en train de filmer, une de mes sœurs avait son mariage à Melbourne en même temps, et elle m’y avait conviée 18 mois auparavant! Et même avec toutes les planifications, elle comprenait parfaitement ma situation. Elle m’avait appelée avec l’invitation en me disant qu’elle savait que probablement je ne pourrais pas être présente, ce qui était très triste, mais pourtant vrai. C’est ce qui était probablement le plus difficile pour moi ces dernières années; je ne peux jamais prévoir à l’avance, même pas pour le mariage de ma sœur. Au final, j’ai réussi à l’appeler trois mois avant la cérémonie pour lui dire que je serai en Tasmanie et que je pourrai tout de même assister à son mariage! A propos de The Light Between Oceans, je ne sais pas si vous avez lu le livre, mais la grande partie du film parle de ce couple marié et de leur vie sur cette île. Je dirai qu’il y a une relation très forte, mais les thèmes principaux restent leur odyssée, les choses que ces personnes traversent et les conséquences de leurs choix. Si vous avez vu les deux films précédents de Derek Cianfrance (Blue Valentine, The Place Beyond the Pines), ils sont extrêmement émotionnels. J’ai récemment vu une version du film, et c’est dans le même style. Je suis très fière et très excitée.

« C’est ce qui était probablement le plus difficile pour moi ces dernières années; je ne peux jamais prévoir à l’avance. »

AJ : Pouvez-vous nous en dire davantage à propos de votre travail pour le rôle de Gerda?

AV : Nous avions principalement le roman The Danish Girl. Toutefois, c’est déjà une version fictionnalisée des faits. Nous étions tous d’accord de chercher le plus d’information possible à propos de Lili et Gerda, tout en gardant cette liberté artistique. J’ai étudié la majorité de ses peintures, effectuant de la recherche sur internet, et j’ai pris quelques cours pour m’immiscer dans le monde de la peinture. Je voulais avoir ce minimum de liberté artistique de me sentir capable d’oser faire de la peinture toute seule. De l’autre côté, nous avions ces contacts très proches avec les personnes de la communauté trans, qui je pense étaient notre plus précieuse source. Ils nous ont donné ce point de vue très personnel, même si le film se déroule à une époque où les protagonistes n’avaient aucune aide extérieure. Je me souviens d’avoir lu un livre qui m’était recommandé, intitulé « My Husband’s a Woman Now » (Mon mari est maintenant une femme), écrit par Leslie Fabian. Lorsque je l’ai lu, je l’ai appelée pour lui dire à quel point il était remarquable de lire une histoire que je trouvais si similaire à celle de Gerda, même si la sienne se déroule à une autre époque dans un autre endroit. De plus, il y avait de nombreux documentaires par dessus toutes les rencontres de différentes personnes, mais l’élément clef pour moi était, lorsque je rencontrais des personnes dont des proches étaient en transition, qu’ils voulaient me faire part de la difficulté de la situation. Par exemple Leslie, qui est toujours avec son conjoint même si ce dernier a effectué sa transition, m’a raconté comment elle a toujours soutenu son mari, surtout maintenant, parce qu’elle aime cette personne plus que tout. Mais les gens oublient parfois que le partenaire subit tout le long une autre sorte de transition. Je me suis sentie honorée de jouer un rôle d’une femme qui m’impressionne autant d’un point de vue personnel, et d’essayer d’amener à l’écran toutes ces émotions puissantes que l’on ressent lorsque l’on doit laisser partir quelqu’un, parce qu’on aime cette personne et parce qu’on l’a aimée, on se doit de la laisser suivre son propre voyage. Il faut aussi être prêt à sacrifier la relation entre les deux, en tant que couple, et cela était impressionnant et altruiste le long de l’histoire.

« Je me suis sentie honorée de jouer un rôle d’une femme qui m’impressionne autant d’un point de vue personnel. »

AJ : Comprenez-vous les couples que décident de rester ensemble après la transition? Une amie à moi avait pour mari un homme très macho, qui subitement est devenu transsexuel, et pourtant ils sont toujours ensemble et vivent ensemble.

AV : En lisant le scénario, j’éprouvais de l’empathie envers toute forme de transition à laquelle des couples font face, et ce qu’il faut faire pour lutter et continuer à faire fonctionner ce mode de vie. Je suis très impressionnée par toutes les personnes que j’ai rencontrées, car chacune d’entre elles ont des parcours différents, ce qui rend ce thème encore plus beau. Ce sont juste des gens qui essaient d’être eux-mêmes, et c’est aussi ce qui définit comment chacun est son propre être humain. Chacun a une relation différente avec les autres êtres humains, donc je le comprends d’une certaines façon.

AJ : Pourquoi pensez-vous que les thèmes transsexuels soient si populaires de nos jours?

AV : Dans ce film, on parle de thèmes qui on toujours été présents. C’est triste de penser que c’était jusqu’aux années 1920, quand on pense à toutes ces personnes qui étaient opprimées et ne pouvaient pas s’exprimer. Dieu merci, cette sorte de mouvement naquit là et je suis très heureuse de savoir que, bien qu’en ayant encore un long chemin à parcourir pour la communauté transgenre, on en parle ouvertement. Certaines personnes transsexuelles ne peuvent toujours pas obtenir d’emploi, ou font face à de nombreux risques dans la vie. Il y a tellement des choses à propos desquelles on pourrait parler. Si ce film peut de n’importe quelle façon contribuer au mouvement qui a progressé cette dernière année à travers le monde, à savoir de mettre un peu plus de lumière sur ce thème, d’initier des conversations, de le rappeler dans la conscience publique, alors je serai très heureuse.

AJ : De façon prévisible, de nombreuses personnes considèrent The Danish Girl comme un film art-house, avec son public de niche, plutôt qu’un blockbuster. A quel point est-il important pour vous d’aussi être impliquée dans des blockbusters?

AV : C’est quelque chose que je vais aussi essayer, avec le prochain Jason Bourne, mais je n’ai jamais abordé un film par rapport à son ampleur. Lorsqu’on me parle d’un film, c’est vraiment le rôle et surtout les personnes impliquées dans le projet qui m’attirent. Aussi peut-être le fait qu’un projet pourrait être différent de tout ce que j’ai fait précédemment, et Paul Greengrass (le réalisateur de la saga Bourne), que je considère comme un excellent réalisateur, était si ouvert avec moi lorsque je l’ai rencontré en me disant que le film serait un « film popcorn ». Et pourtant, je reçois un scénario qui fut retravaillé pendant la majorité des huit dernières années (The Bourne Ultimatum est sorti en 2007), avec une société qui a changé. Maintenant, les thèmes sont davantage orientés vers la protection de la sphère privée. J’aime le fait qu’ils aient réussi à apporter des excellents thèmes dans quelque chose qui « devrait être » et j’espère sera un succès commercial.

MK : Nous avons parlé des différents genres dans lesquels vous avez joué, avec des drames historiques tels que Royal Affair, de la science fiction avec Ex-Machina, nous allons vous découvrir dans de l’action/comédie avec The Man from U.N.C.L.E. et même le Bourne. Y a-t-il un genre qui vous attire particulièrement?

AV : Un bon film. (Rires) C’est difficile à dire, parce que je n’exclus rien. Je me connais dans différents genres, avec tout l’exquis travail d’accompli qui m’impressionne. Il y a différentes raisons pour faire certains genres, mais prenez par exemple Tomas Alfredson par exemple, avec Let the Right One In, qui malgré son genre d’horreur réussit à transmettre une histoire profonde avec des personnages nuancés. Du coup je crois en tout, je crois que tant qu’on a une bonne histoire à raconter avec des personnages développés, il n’y a aucune limite à ce qu’on peut faire.

« Je crois que tant qu’on a une bonne histoire à raconter avec des personnages développés, il n’y a aucune limite à ce qu’on peut faire. »

AJ : Avez-vous d’autres projets avec des réalisateurs suédois?

AV : Il y a certaines personnes avec lesquelles j’aimerais vraiment collaborer, oui.

AJ : Que pensez-vous des chances de Michael Fassbender aux Oscars pour Jobs? (ndlr : lui et Alicia Vikander étaient en couple au moment de l’entretien) Et en quoi votre expérience aux Oscars sera différente cette année?

AV : J’ai très hâte de voir Jobs. J’ai lu le scénario et c’est ce qui se fait de mieux, Aaron Sokin est génial donc j’ai très hâte. J’étais aux Oscars lorsque Royal Affair fut nominé, mais je ne savais pas que le tapis rouge était si long! Pour cette année, on ne sait même pas si je serai nominée, mais on verra!

Quelle humilité…<3

SHARE
Previous articleDaughter – Numbers
Next articleUn mois de novembre au Romandie…
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!