Venise 2014 : Nobi (Fires on the Plain)

Shinya Tsukamoto nous propose un remake du film de 1959 à propos de l'effroi de la guerre.

0
274
Venise 2014 - Nobi (Fires on the Plain)

Dans quel aspect Nobi est-il un bon film ?

Tout comme la Guerre du Pacifique dans les derniers jours de la Seconde Guerre Mondiale, le film est complètement fou. Il s’agit d’un voyage martyrisant jusqu’en Enfer.

Nobi nous raconte l’histoire du soldat Tamura qui, après avoir contracté la tuberculose, se retrouve à errer dans la jungle sur une île. Malade, affamé et en proie à la folie, Tamura se verra confronté aux pires situations pour tester son envie de survivre.

Etant donné que ce film fut déjà produit en 1959, lui-même tiré d’un roman, la question se pose si la version de Shinya Tsukamoto était vraiment nécessaire. Je dirais plutôt que non.

Le film veut montrer l’horreur, la folie et la nature inhumaine de la guerre. Soit. Mais si en l’an 2014 on ne le sait pas encore, alors il faut se poser certaines questions. Est-ce un film artistique? Peut-être si vous considérez du cannibalisme, de la chair en putréfaction, des vers sortir de cadavres, des cervelles répandues sur les champs dans des explosions, des exécutions très explicites, des cris stridents et très agressifs, alors oui. Sinon, passez votre chemin.

La seule qualité rédemptrice reste la mise en scène ainsi que les plans immersifs. La caméra suit souvent la folie du soldat Tamura; instable dans son environnement, ses sens agressés et n’ayant aucune idée où regarder. Intéressante, certes, mais diantre que le contenu est répulsif. Il s’agit ni plus ni moins d’un film destiné à donner la nausée, forçant le malaise dans la salle, troublant de violence et au final sans intérêt.

Parallèlement, des ignames restent au centre des débats. Ils sont la seule chose de comestible dont l’armée japonaise dispose et créent une tension entre les soldats. Le tout est destiné à renforcer le sentiment que la survie n’est pas une chose facile, mais pourtant Tamura trouve tout le temps un moyen d’échapper à la mort. Le plus fascinant dans tout cela c’est la façon dont il retrouve après chaque massacre les mêmes personnages.

Vous voulez un film psychologique sur les affres et la folie de la guerre? Allez vous (re)faire un Full Metal Jacket. Vous voulez davantage de sang? Allez voir Grotesque (japonais en plus). Mais la version actuelle de Nobi ne mérite pas sa place à Venise.

Noté : 1.5 / 5

Bande-Annonce

Indisponible actuellement

Casting

Shinya Tsukamoto
Riri Furanki
Tatsuya Nakamura
Yuko Nakamura

Détails

Date de sortie en Suisse: Inconnue
Réalisateur: Shinya Tsukamoto
Pays de production: Japan
Durée du film: 87 minutes
Genre: Horreur

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleVenise 2014 : Sivas
Next articleVenise 2014 : The Smell of Us
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!