Téléfilm – The Normal Heart

On parle d'un téléfilm produit par HBO.

0
329
Matt Bomer et Mark Ruffalo - Image droits réservés

Hier soir, j’ai décidé de me faire un film et mon attention s’est arrêtée sur ce téléfilm très attendu aux Etats-Unis mais très peu du côté du « Vieux Continent » : The Normal Heart. Ce téléfilm, produit par HBO, traite du VIH et du combat mené par une poignée de militants face à cette épidémie qui a touché de plein fouet la communauté homosexuelle. Une sombre période.

The Normal Heart, de son nom, peut déjà se targuer d’avoir un gros casting ainsi qu’un réalisateur de renom aux commandes avec Ryan Murphy. Rien de mieux que d’avoir un poids lourd de la télévision pour adapter cette pièce de théâtre délicate de Larry Kramer. Loin d’être un film gentillet, The Normal Heart démontre cette difficulté d’être entendu – et pris au sérieux – dans les années 80, surtout quand il s’agit d’une épidémie violente comme le sida. Faisant la sourde oreille face aux innombrables alertes des militants de la cause gay, le gouvernement sera pris « à la gorge » par l’abnégation de Ned Weeks (Ruffalo).

the-normal-heart-poster03

Touchant dans son interprétation, Mark Ruffalo symbolise ce combat que menaient les homosexuels durant cette période charnière pour la cause homosexuelle. Très impliqué dans son rôle, l’américain se montre à la hauteur tout comme Taylor Kitsch (jamais aussi bon) ou un Matt Bomer qui casse son image de « sex symbol » avec une mine de déterré. Considérablement amaigri, Bomer démontre que son jeu est à la hauteur de son physique.

Particulièrement ému par cette oeuvre, je suis resté scotché durant les 135 minutes sans broncher. The Normal Heart frappe de plein fouet (bien qu’un peu too much à certains instants) par un contenu bien élaboré. Peut-être pas parfait dans sa réalisation et sa direction, le résultat reste d’une qualité excellente. Oui, le sida, c’était ça!

Réalisé par : Ryan Murphy
Production : HBO

Avec : Mark Ruffalo, Julia Roberts, Matt Bomer, Jim Parsons, Taylor Kitsch, Joe Mantello, Alfred Molina

 

Bande-annonce :