Venise 2015 – Taj Mahal

Mieux vaut garder son sang froid dans "Taj Mahal" de Nicolas Saada.

0
368
Taj Mahal - © Asac - Venise 2015 - Photo credits : Joe D Souza

Louise a 18 ans, elle habite à Paris et doit suivre – pour le travail de son père – ses parents à Bombay sur une durée de deux ans. Avant d’emménager dans une maison, la famille loge dans une suite du Taj Mahal Palace. Un soir, les parents de Louise partent dîner dehors. La jeune fille décide de rester tranquille pour lire et regarder un film. Mais voilà que l’hôtel se fait attaquer par des terroristes et plonge Louise dans une profonde angoisse. Avec comme unique lien son téléphone portable, Louise tentera de garder son sang froid en attendant ses parents.

Un début tout en douceur, où nous apercevons la magnifique silhouette de Louise (Stacy Martin) qui se rend chez le médecin pour effectuer les derniers vaccins avant son départ en Inde. La suite le sera moins. Promenade dans les rues de Bombay, découverte d’une nouvelle culture. Louise profite de son temps libre, elle trompe la solitude comme elle peut.

Arrive cette embuscade, et tout bascule pour Louise. Devant l’ampleur de la situation, la jeune fille tente de garder la tête froide et débute le mode « survie » pour échapper aux griffes des terroristes qui assiègent le Taj Mahal Palace. Dans une ambiance « Hitchcockienne », Taj Mahal entre dans un huis-clos étouffant sur fond de guérilla urbaine. Livrée à elle-même, Louise se démène pour garder un contact permanent avec ses parents toujours retenus dans la vaste circulation de Bombay.

Tiré de faits réels – de nombreuses attaques ont été perpétrées le 28 novembre 2008 -, Taj Mahal suit une trame bien définie. S’inspirant de l’histoire réelle de la vraie Louise, prisonnière dans sa chambre d’hôtel comme dans le film, Nicolas Saada tente de donner du relief tant bien que mal à son récit. Saada met un point d’honneur à mettre en scène une atmosphère irrespirable et laisse de côté la direction d’acteur qui pêche sensiblement. Un casting brouillon, emmené par la performance peu convaincante de Stacy Martin. Loin de sa performance subjuguante dans Nymphomaniac ou celle de Tale of Tales, Martin n’arrive jamais à s’abandonner au personnage de Louise. Pièce maîtresse du bon déroulement du métrage, Stacy Martin porte le film timidement, bien loin des standards de la jeune comédienne.

Ode à la lucidité, Taj Mahal ne parvient jamais à atteindre les ambitions élevées de son réalisateur. Le travail sur les décors est minutieux et certaines séquences sont très intéressantes. Malgré tout, Nicolas Saada se fourvoie dans une oeuvre trop « molle », manquant cruellement d’intensité, qui ne parvient jamais à prendre son envol. Une déception durant cette Mostra…

Bande-annonce :





Fiche technique :

Réalisé par : Nicolas Saada
Date de sortie : 2 décembre 2015
Durée : 1h31min
Genre : Drame
Nationalité : Français, belge
Scénario : Nicolas Saada
Photographie : Léo Hinstin

Casting :

Stacy Martin
Louis-Do de Lencquesaing
Gina McKee
Alba Rohrwacher
Frédéric Epaud
Praveena Vivekananthan

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleLes Mille et Une Nuits
Next articleVenise 2015 – Tempête
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.