Montreux Jazz Festival | Le rap américain s’envole

Loin,loin, vers d'autres cieux...

0
161
Image droits réservés - 2016 FFJM - Daniel Balmat

Lundi soir, le Montreux Jazz Festival accueillait trois cadors de la scène hip-hop américaine. Reconnus pour avoir ses différents styles et ambiances dans chaque coin du pays, les États-Unis ont envoyé à Montreux trois artistes représentant les trois plaques tournantes du rap américain. À savoir, A$AP Ferg originaire de Harlem à New York, Ty Dolla $ign originaire de Los Angeles, mais aussi et surtout Young Thug, nouveau phénomène représentant la scène prolifique d’Atlanta. La scène du Lab s’est donc payé le luxe de pouvoir traverser trois différentes ambiances du monde hip-hop en l’espace d’une soirée.

Avec environ une heure de performance à leur actif, chaque rappeur a délivré une performance digne de leur statut en n’oubliant pas d’afficher leurs origines au public montreusien.

Avec Let It Go, Ferg, premier de la soirée, fait son entrée sur scène. Le rappeur faisant partie du collectif d’A$AP Rocky a tout d’abord pris la peine de chauffer la foule montreusienne avec des titres de son premier album, Trap Lord. En passant par Shabba ou encore Work, Ferg plonge le public dans une ambiance très sombre et psychédélique agrémentée de puissantes basses. Bienvenue dans le manoir hanté de Fergavicious. Souvent accompagné par Marty Baller, l’un des membres de sa clique, lors de quelques couplets, l’artiste new-yorkais issu du quartier de Harlem s’est souvent amusé à interagir avec le public. Les extraits de son nouvel album se sont ensuite enchaînés avec des morceaux comme Hungry Ham, Beautiful People ou encore Strive, un morceau typé house qui a électrisé la foule. Bête de scène au niveau de pouvoir transmettre une énergie incroyable à la foule avec des hits tels que New Level ou Hella Hoes, il s’en est fallu peu pour Ferg de mettre le public dans sa poche.

http://www.montreuxjazz.com/sites/default/files/photos/MJF_20160704_LAB_AsapFerg_DanielBalmat_DL0I4326.jpg
Image droits réservés – 2016 FFJM – Daniel Balmat

D’un parfum plus suave et sensuel, Ty Dolla $ign a ensuite apporté le soleil californien dans l’enceinte du Lab. Dans une salle plus scintillante, l’ambiance s’est avérée plus radieuse et festive avec les morceaux mielleux du Dolla. Fort du succès de son premier album nommé Free TC, le chanteur R’n’B transforme le Lab en Venice Beach grâce à ses couplés chantés et les gros synthés à la sauce R’n’B. Avec des morceaux comme Wavy, Only Right ou encore Long Time, il s’en est fallu peu au californien pour se mettre dans l’ambiance. Dommage que quelques refrains ont continuellement été effectués en playback alors que la voix atypique de l’artiste peut clairement se passer de cette méthode. Arrosant la foule de quelques shots de son Bombay Gin, Ty Dolla a conclu le spectacle avec dix minutes non-stop de Blasé, hit le plus puissant et énergique de sa discographie.

http://www.montreuxjazz.com/sites/default/files/photos/MJF_20160704_LAB_TyDollaSign_EmilienItim_21.jpg
Image droits réservés – 2016 FFJM – Emilien Itim

Pour clôturer la soirée, le grand (et maigre) Young Thug est venu réaliser à Montreux son unique performance festivalière sur le sol helvétique cet été. En effet, sa venue à l’Open Air de Frauenfeld a finalement été annulée quelques jours plus tard pour des raisons médicales. De ce fait, il ne fallait en aucun rater les soixante minutes exclusives du nouveau phénomène de la scène d’Atlanta sur le sol montreusien. Accompagné de tout son cercle d’amis (Ralo, sa copine, son garde du corps, etc.), le jeune voyou était aussi assisté par TM88 qui officiait de DJ durant tout son concert. Pour information, le célèbre producteur à hits trap est issu de la clique 808 Mafia. Excentrique et possédant toujours son flow atypique, le rappeur s’est donné à cœur joie pour exploiter les meilleurs morceaux issus de ses récents projets, à savoir, les trois volumes de Slime Season mais aussi son EP I’m Up. Ne laissant pas respirer le public, on se rend compte directement que l’on a à faire à une véritable machine à hits malgré son jeune âge, les morceaux comme Fuck Cancer, Best Friend, King Troup ou encore Digits sont tous passés. Finalement, ses plus anciens morceaux qui l’ont dévoilé aux yeux du grand public comme Stoner ou Danny Glover ont également fait surface pour la grande joie de ses fans de la première heure.

http://www.montreuxjazz.com/sites/default/files/photos/MJF_20160704_LAB_YougThug_DanielBalmat_DK9I4814.jpg
Image droits réservés – 2016 FFJM – Daniel Balmat