Les projets de Gaspard Ulliel, cet acteur qu’on ne voit pas assez

Focus sur l'un des acteurs les plus talentueux du cinéma français.

0
3425
Gaspard Ulliel - Image droits réservés - © Paul Schmidt

Gaspard Ulliel, voilà un acteur qu’on voit peu, beaucoup trop peu. Sans refaire sa carrière dans les moindres détails, nous le découvrons dans Le Pacte des loups pour la première fois, en 2001. Une année plus tard, nous le retrouvons dans Embrassez qui vous voudrez, de Michel Blanc. Même si Le Pacte des loups fut un succès, la carrière du français prend un autre tournant avec son rôle dans Un long dimanche de fiançailles, film qui lui procurera une popularité certaine.

S’ensuivent quelques films – citons Paris, Je t’aime -, mais Gaspard Ulliel ne trouve toujours pas un rôle à la hauteur de son talent. En 2007, il sera enrôlé pour camper le jeune Hannibal Lecter de Peter Webber, et qui plus est pour son premier rôle en langue anglaise. Descendu par la critique et peu rentable, Hannibal Lecter : Les Origines du mal ne sera pas le succès escompté. Entre-temps, Ulliel tourne avec Eric Forestier, Laurent Tuel ou encore Alain Tasma. En 2010, Gaspard Ulliel interprète Henri de Guise, dans La Princesse de Montpensier. Présenté en Compétition à Cannes, le film hérite d’une critique très positive et les compliments pleuvent à propos de la performance de Gaspard Ulliel.

Mais le véritable tournant de la carrière de Gaspard Ulliel, reste son rôle de Yves Saint Laurent en 2014. Extraordinaire dans le rôle du couturier, Ulliel nous éclabousse de tout son talent et de sa justesse. Spectral et charismatique, ce rôle lui sied à merveille et démontre toute l’étendue du talent de l’acteur français. Voilà le rôle référence d’un acteur au talent indéniable, mais trop peu exploité par le cinéma français.

N’oublions pas de citer ses apparitions remarquées pour Chanel, sous la houlette de Martin Scorsese. Une appartenance assez marquée au monde de la mode, puisque nous le voyons régulièrement présent à des défilés. Du reste, Chanel ne fut pas la seule marque avec qui il a collaboré, il fut le visage de Longchamp en compagnie de Kate Moss.

Bleu de Chanel | The Film

Et maintenant ? C’est ce que nous allons voir à travers cet article. Nous avons démarré une petite enquête, et vous allez vous apercevoir que les deux futurs projets du comédien, sauront captiver toute l’attention des cinéphiles les plus avertis.

JUSTE LA FIN DU MONDE

Adapté de la pièce de théâtre du même nom de Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde s’intéresse au retour d’un écrivain dans son village natal. Après douze d’absence, l’écrivain vient annoncer sa mort prochaine et irrémédiable. Des retrouvailles familiales qui vont faire ressurgir des tensions et des souvenirs douloureux.

Réalisé par le prodige Xavier Dolan, Juste la fin du monde compte dans ses rangs des acteurs et actrices tels que : Marion Cotillard, Vincent Cassel, Nathalie Baye, Léa Seydoux et Gaspard Ulliel. Difficile de faire mieux comme casting francophone.

Pour ce film, Gaspard Ulliel campe Louis, l’auteur qui se rend chez lui pour annoncer son futur décès. Sous la houlette du surdoué Xavier Dolan, nous ne pouvons que nous réjouir de voir Gaspard Ulliel à l’affiche d’un film extrêmement prometteur.

Si les informations à propos du film filtrent très peu, Juste la fin du monde sera bel et bien au prochain Festival de Cannes. Le film est annoncé pour le 21 septembre dans les salles. D’ailleurs, petit détail, nous savons que le tournage s’est déroulé sur 28 jours, au Québec, et non pas en France comme annoncé par quelques médias.

Si le tournage est terminé et que le film est prêt à être dévoilé, nous pouvons patienter avec l’affiche officielle du film. Une affiche inspirée du peintre Olivier Morin.

Juste la fin du monde - Image droits réservés - © MK2 Productions
Juste la fin du monde – Image droits réservés – © MK2 Productions
THE DANCER (LA DANSEUSE)

Autre projet tout aussi captivant, The Dancer de Stéphanie Di Giusto. Premier long-métrage pour cette jeune réalisatrice, dont le scénario est l’oeuvre de Sarah Thibau. Notons la collaboration de Thomas Bidegain, scénariste reconnu pour ses nombreux travaux avec Jacques Audiard.

Avec Gaspard Ulliel, nous retrouvons Soko, Mélanie Thierry, François Damiens, Lily-Rose Depp – oui, la fille de Johnny Depp – ou encore Denis Ménochet, l’inoubliable Johan Bruyneel dans The Program. Gros casting pour un film qui, on vient de l’apprendre, sera présenté à Cannes dans la section Un Certain Regard.

The Dancer (La Danseuse) est une histoire inspirée de Loïe Fuller, une cowgirl très charpentée. Cette femme, campée par Soko, deviendra une icône des cabarets parisiens de La Belle Epoque, si bien qu’elle se produira à l’Opéra de Paris. Cette femme, originaire du grand ouest américain, sera tout simplement la pionnière de la danse moderne.

Au-delà de la distribution, la production sera l’oeuvre d’Alain Attal, ainsi qu’une coproductions de Wild Bunch, des Films du Fleuve et Sirena Films. Le tournage s’est déroulé entre la France et la République Tchèque. Voilà pour les détails techniques.

Pour le cas Ulliel, nous savons qu’il campe Louis. Très peu d’informations sur l’ampleur du rôle, mais à n’en pas douter, il ne fera pas de la figuration.

La véritable Loïe Fuller - Image droits réservés - © Red List
La véritable Loïe Fuller – Image droits réservés – © Red List