Entretien : Jason Schwartzman

Dernier entretien venu de Locarno, avec l'acteur fétiche de Wes Anderson.

1
2325
Jason Schwartzman. Image droits réservés.

Jason Schwartzman est principalement connu pour ses collaborations avec le réalisateur Wes Anderson. Que ce soit Rushmore en 1998 ou The Grand Budapest Hotel plus tôt cette année, leur dynamique n’est plus à prouver. En plus de ses rôles dans S1m0ne, Marie Antoinette ou Scott Pilgrim vs. the World, M. Schwartzman est aussi musicien, batteur dans un groupe, et a joué à la télévision dans la série Bored to Death.

En l’occurrence, ce n’est pas pour un film de Wes Anderson que Jason Schwartzman était à Locarno, mais pour l’oeuvre intitulée Listen Up Philip d’Alex Ross Perry, jeune réalisateur américain de 30 ans. Le film a gagné le Prix Spécial du Jury lors de cette édition du festival du film, et vous pouvez lire nos pensées sur le film ici.

L’interview se passa en table ronde en compagnie de sept autres journalistes, et nous avons pu discuter du personnage de Philip, de sa relation avec Ike, de l’intérêt de M. Schwartzman pour la musique, de ses motivations pour le cinéma ainsi que pour ses rôles, mais aussi de la collaboration avec Alex Ross Perry et Jonathan Pryce, ainsi qu’une petite question sur le prochain film de Wes Anderson…

Une rencontre très détendue et conviviale, avec M. Schwartzman qui nous a tous mis rapidement à l’aise!

Avant l’entretien (en français plus bas), voici un petit teaser du film.

Propos recueillis par Mark Kuzmanic et Sven Papaux et traduits par Mark Kuzmanic

JS : Jason Schwartzman
MK : Mark Kuzmanic
AJ : Autres journalistes

AJ : Is Listen Up Philip in any way related to your show Bored to Death? Maybe just in your mind?

JS : Well certainly there are so many parallels. New York, Brooklyn, writer going through a tough time. But it’s much different, just on the surface level. One writer (Bored to Death) is a struggling writer who’s trying to get a book and be successful, the other (Listen Up Philip) has written a book that people have read and is anticipating some more success. Even though this character is not really nice all the time, I can still see the character in Bored to Death wanting to have a book that was noteworthy like that.

Also, the tone is different. Jonathan Ames in Bored to Death is a sweet, kind of daydreaming character, while Philip is naïve and has more venom to him. Jonathan is a character about two best friends. Philip doesn’t really have any friends.

MK : A question regarding the relationship between Ike (Jonathan Pryce) and Philip. I see the dynamic between the two as a sort of mutual projection of each one’s character onto the other person. Philip sees his future in Ike; whist Ike sees his past in Philip. Who do you feel is forcing the other into his world?

JS : Just to steer it into one place, and this is just me thinking so I could be wrong, the character of Philip idolizes the character of Ike. But the fact that Philip accepts going to that house tells something about him. Personally, if someone I admire told me to come for that period of time to his home, I don’t think I could do that, I’d be really nervous about it. This character not only accepts, but in fact invites himself to stay longer! When Philip is sitting outside with Ike, I believe he wants to consider himself equal to Ike in a twisted way. Even though Ike’s his idol, Philip talks to him as if he were a friend. I think Philip considers Ike as a friend, which is a somewhat deluded notion at first, but maybe not so much. Ike did invite him, and they do see something in each other, but I don’t know who’s projecting more.

Ike maybe sees himself in Philip, but still always reminds him how much more successful and better he was than Philip at his age. It’s funny watching the movie again, as I forgot how much Ike keeps putting Philip down. But Philip just seems to take it.

AJ : But Philip is the same with the people around him. It felt to me as if he were heading in the direction of ending up like Ike.

JS : Well, Ike gives him so much. At the end of the movie, Ike launches into this misogynistic rant and belittles the importance of friends, which he also stated before by mentioning that Philip doesn’t need friends, that will all eventually betray him. Imagine meeting one of your heroes and they say something so sad about life, that there was no such thing as friendship, but I guess Philip is listening. He’s soaking it up, like a little pupil. I think that Ike is not necessarily right, but he maybe is, I don’t know. In his own world he’s obviously right.

AJ : Do you like the character of Philip? Do you have to like a character that you play?

JS : Me personally? Well, my relationship to that answer is always changing. I think that it’s interesting because I was listening to an interview of the American writer Thomas McGuane, reading and discussing works by other writers. The creative process always fascinates me, and since I’m a bad reader myself, interviews are a great way to glean information. But as he read the story, and this was before I’ve been sent the script for Listen Up Philip, at the end of it he says that he loves the story because he’s not sure if he fully trusts the narrator or the main character. It may seem naïve to say this, but I forgot that it might be true. In movies, you’re always drilled to trust the main character, as what he or she says is usually the truth with people then ending up in a better place.

I felt when I read the script and talked to Alex [Ross Perry, the director], we asked ourselves if we had to like this guy. I think that the more you try to make someone likable in certain situations, the more they become unlikable. When Alex and I got together one month before the movie to try different things out, I asked what things we could do to make Philip more likeable, as an experiment. We would talk about it and try those ideas out, and it just made Philip seem way worse! And I don’t know why that is! I don’t know if his character was already so set in our mind, that trying to make him likeable was counterproductive.

I loved Philip and loved the idea. Once we committed to the idea, we did just what the script said. This is a real guy, this is happening right now, let’s just do it and not try any trick to try and make him nicer. Once we committed to that, it was the most fun to play. Saying whatever is on your mind gives this honest aura, which is likeable in a certain way. Then I also got together with Elisabeth Moss when she came into the fold of rehearsals, we would talk and argue about things, and we weren’t arguing in a nice way, like a conversation, but we were almost doing it in character! I was almost saying that I completely understand why my character is doing certain things, which showed how much I got into Philip. But it was very fun to do and very enjoyable.

“I think that the more you try to make someone likable in certain situations, the more they become unlikable.”

AJ : What do you need in a project to make you want to do it?

JS : I never actually thought about it. I recently had the good fortune of working with Tim Burton (editor’s note : on his next project called Big Eyes), and one thing I really love is getting to know the people I work with and spending time with them before shooting, if possible. Especially if it’s a writer/director, then so much about the script becomes clear in person. But in the case of Tim Burton, I wasn’t afforded that time. I don’t have that kind of luxury, I’m not one of the main characters and it’s a bigger movie. So to try and understand Tim Burton more, I read all of his interviews, all the Burton on Burton, and he said that when he works, he just needs to find a hook. The hook can be something very small or very large, and when he said that, it made sense to me. What I really need is just a hook. Something that feels right.

The truth is, to answer your question; I’m not a big enough actor to be in a position of making demands. So what does it take for me to be in a movie? It takes that I want to do it, they want me to do it, somehow there’s money to do it. Everything has to happen. For me, I never know, it’s always changing. You read the script, you find something about it that’s interesting or it’s a kind of movie you want to experiment with and make it, or in this case I wanted to work with Alex.

But then I felt that when I read the script, when I read the first five pages, I wasn’t so sure anymore. I put the script down, I went to do some other things, and an hour later I started wondering what was going to happen to Philip. So I went back, opened the script, read some more and though that it was terrible, that I couldn’t possibly do that, so I put it down again. That happened throughout the day! I read the script more like a book, and the fact that it kept making come back to find out what happened was a good sign. I thought it was weird that I was having such a violent, negative reaction to the script, but that I would want to keep reading it.

I think the ultimate thing was that I sat down with Alex in New York, and within one minute of talking I knew that if he wants me to be in this movie, then I want to be in this movie. We were laughing about the same things, we were interested in many things, and he had this specific idea about how to make the movie. I also admired his precociousness, because most scripts are 110 pages, whist his was 190. So the idea of this 29-year old director at the time writing this almost 200-page script was funny and intriguing to me. He was very precise about what he thinks, and I just had a feeling we had to work together.

« One thing I really love is getting to know the people I work with and spending time with them before shooting. »

AJ : On a very basic note, what motivates you to work as an actor?

JS : Many things! I love interviews, as I was saying, and many times you hear actors say that they simply had to play a certain part in order to express themselves. That’s not what motivates me. I don’t feel that way. I don’t feel that Inside of me, Jason, there’s this thing that I must express. It’s a little bit different for me. I respond more to reading the script and feeling that I want to be a part of it, of the story of this movie. I want to be in that and be part of the making of it, be in that adventure. It’s much, much later that I think about what I want to get from it. It’s there, of course, but I just think more about the story and being a part of it. That’s the main thing.

The other thing is that I love physical and awkward people. I just like physical movement, in real life, and that’s something that you just can’t express in music for example. Movement is just fun to me, that’s why I love actors such as Jean-Pierre Léaud, who is my favorite actor even though I don’t speak French, just because of the way he moves his body.

A funny thing happened in an email conversation between Alex and myself. Alex wrote me that Jean-Pierre Léaud would be in Locarno (editor’s note: he received the Pardo alla carriera for the entirety of his career), and that we had to meet him. I simply said: “No. We can’t meet him. I don’t want to do that. It’s too scary.” So that’s an example that ties to our discussion earlier: Alex would accept an invitation to Ike’s home. I would never do that.

“Movement is just fun to me, that’s why I love actors such as Jean-Pierre Léaud, who is my favorite actor even though I don’t speak French, just because of the way he moves his body.”

AJ : What was it like, working with Alex?

JS : It was great, I loved it. He’s very young as I mentioned, and this is the first time that I’ve worked with a younger director. It was really interesting, as I didn’t think of myself being in such a situation so soon, I’d thought it would happen later in my career. On one hand it was interesting because he would ask me my advice. I’d never had a director asking for my advice! He would ask me about handling certain situations with actors, and I had to think for a while, think about my experience in those situations. So it was a nice position to be in, interesting. But Alex is by no means inexperienced. By the time he was 22, he managed the store called Kim’s Video and Music, which was a sort of Mecca for movies in New York.

Working with him was amazing because he’s so open, wanting to collaborate. We spent a month together and he gave me time to do it, but what I loved about him was that he almost mathematically knew how much time each event would take. I liked this weird contradiction about him that someone so open-minded could be so precise. I also loved working on the movie, since most of the time shooting a scene feels like you’re in a play. Alex organized the set so that everyone felt free in their movements, whether it is the sound people, or the actors, or the cameras.

AJ : And what did you learn from Jonathan Pryce, working with him?

JS : I don’t believe that I’ve learned just this one thing from him, and I feel this is not just about acting, but it’s about life. Typically, you would think that as a person gets older, he’d become more of a grouch, very set in their ways. This movie was Alex’ highest budget movie, and at the time my lowest budget. Even on Wes [Anderson]’s movies, there are no trailers for the actors. There’s just a green room and he keeps it tight. Part of me wondered if Jonathan was going to be up for that or if he was going to be demanding. And he was up for anything! He was very open to the whole experience, and the one thing I took from him was to always be like that. Always be up for any experience, don’t become set in your ways.

“[Jonathan Pryce] was up for anything! He was very open to the whole experience, and the one thing I took from him was to always be like that. Always be up for any experience, don’t become set in your ways.”

AJ : Do you ever think about coming back to music Jason?

JS : Always. I always do music. Last night, I was up late doing music in my room. Not drums, because the kind of drumming that I love, which is playing in a band, is the loneliest instrument. There’s no one around, there’s no song. Unless you’re the kind of drummer who likes to push the edges of rhythm, which I admire, I like to play as part of a song. It’s lonely, that’s why I find it hard to play drums by myself.

Every day, as much as I can, I do music. I love writing songs, I love listening to music and reading about music, to me, especially when you’re writing music, my brain just feels so good.

I even put out two records the last few years under the name Coconut Records, and that’s just me, by myself. But I named it a record label because I thought that the opposite of being by yourself is being a record label. So it’s called Coconut Records and it’s basically just me on the records. The only reason it’s just me is because I write and figure the songs out, but in the studio I need to multitrack them, hear them in that context and I don’t want to waste anyone else’s time.

At the end of the talk, we couldn’t resist…

MK : Anything you can tell us about Kiwi Kiwi All Over?

JS : [short pause] What’s that?

MK : It’s a poster leaked on the internet, supposed to be for the next Wes Anderson movie?

JS : I don’t know anything about it.

AJ : Est-ce que Listen Up Philip est lié d’une manière ou d’une autre à votre série TV Bored to Death? Peut-être même juste dans votre esprit?

JS : Il y a certainement de nombreuses similitudes. New York, Brooklyn, écrivain passant à travers une période difficile. Mais c’est très différent, rien qu’en surface. Un écrivain (Bored to Death) éprouve des difficultés en essayant d’avoir un bouquin et du succès, tandis que l’autre (Listen Up Philip) a déjà écrit un bouquin qui a été lu et il anticipe davantage de succès. Même si le personnage n’est pas vraiment agréable tout le temps, j’imagine quand même que le personnage de Bored to Death voudrait avoir un livre qui soit reconnu de cette façon.

L’atmosphère est différente aussi. Jonathan Ames dans Bored to Death est un personnage affable, un peu la tête dans les nuages, tandis que Philip est naïf et crache du venin. Jonathan est un personnage à propos de deux meilleurs amis. Philip n’a pas vraiment d’amis.

MK : Une question par rapport à la relation entre Ike (Jonathan Pryce) et Philip. Je vois la dynamique entre les deux comme une sorte de projection de la personnalité de chacun sur l’autre. Philip voit son avenir en la personne d’Ike, tandis que Ike voit son passé en Philip. À votre avis, qui force davantage l’autre dans son propre monde ?

JS : Pour donner une direction à mon raisonnement, et ce sont juste mes propres pensées, le personnage de Philip voit le personnage de Ike comme son idole. Mais le fait que Philip accepte d’aller dans cette maison en dit beaucoup sur lui. Moi personnellement, si une personne que j’admire me demande de venir chez elle pour une période autant longue, je ne pense pas que j’en serais capable, je serais très nerveux. Ce personnage non seulement accepte, mais en plus s’invite à rester pour une durée prolongée! Lorsque Philip est assis dehors avec Ike, je pense qu’il veut se considérer en tant qu’égal avec Ike, d’une façon assez étrange. Malgré le fait qu’Ike soit son idole, Philip lui parle comme s’il était un ami. Je pense que Philip considère Ike comme un ami, ce qui peut paraître comme une notion totalement illusoire à première vue, mais peut-être pas tant que cela. Ike l’a invité à venir chez lui, et ils voient très certainement quelque chose l’un dans l’autre, mais je ne pourrais pas dire qui force l’autre.

Ike se voit peut-être en Philip, mais il lui rappelle sans faute à quel point il était meilleur et avait davantage de réussite que Philip à son âge. C’était intéressant de revoir le film, parce que j’avais oublié à quel point Ike rabaisse constamment Philip. Mais Philip semble le prendre sans broncher.

AJ : Mais Philip se comporte de la même façon avec les gens autour de lui. J’ai ressenti comme s’il est sur le chemin de finir comme Ike.

JS : Bon, Ike lui donne tellement. A la fin du film, Ike se lance dans cette tirade misogyne et mentionne à quel point nos amis sont insignifiants, ce qu’il a dit plus tôt en mentionnant que Philip n’a pas besoin d’amis, qu’au final tous ses amis le trahiront. Imaginez que vous rencontrez un de vos héros et ils disent quelque chose d’autant triste à propos de la vie, que l’amitié n’existe pas, mais au final je crois que Philip l’écoute vraiment. Il absorbe tout, comme un petit élève. Je pense qu’Ike n’a pas nécessairement raison, mais qui sait? Dans son propre monde il a certainement raison.

AJ : Est-ce que vous appréciez le personnage de Philip? Est-ce que vous êtes obligé d’aimer un personnage que vous interprétez?

JS : Personnellement? Ma réponse à cette question change constamment. C’est intéressant, car j’écoutais une interview de l’écrivain américain Thomas McGuane, qui était en train de lire et de commenter des œuvres d’autres écrivains. Le processus créatif me fascine toujours, et étant donné que je suis un mauvais lecteur, les interviews sont pour moi un excellent moyen pour acquérir de l’information. Mais au fur et à mesure qu’il lisait l’histoire, et ceci se déroulait avant que l’on ne m’envoie le scénario pour Listen Up Philip, à la fin il disait qu’il appréciait l’histoire car il n’était pas certain s’il faisait confiance complètement au narrateur ou au personnage principal. C’est peut-être naïf à dire, mais j’ai oublié que ce peut être vrai. Dans les films, on nous conditionne toujours à faire confiance au personnage principal, comme si ce qu’il ou elle dit est la vérité avec des personnes qui s’en sortent pour le mieux.

J’ai ressenti en lisant le scénario et en parlant avec Alex [Ross Perry, le réalisateur] que l’on s’est demandé si on devait aimer ce type. Je pense que plus on essaie de rendre quelqu’un aimable dans certaines situations, plus ils deviennent détestables. Lorsque Alex et moi nous sommes rencontrés un mois avant le film pour essayer diverses approches, j’ai demandé ce qu’on pouvait faire pour rendre Philip plus agréable, simplement pour expérimenter. Nous en parlions et nous essayions par la suite, mais le seul résultat fut que Philip paraissait encore pire! Je ne sais pas si le personnage était déjà tellement défini dans nos têtes, que d’essayer de le rendre agréable fut contreproductif.

J’ai adoré Philip et j’ai adoré l’idée. Une fois que nous étions dévoués à l’idée, nous avons suivi le scénario à la lettre. C’est un vrai type, tout se passe maintenant, allons-y et n’essayons rien pour le faire paraître plus amical. Une fois que c’était clair, c’était tellement amusant à jouer le rôle. De dire tout ce qui vous passe par la tête donne une certaine aura d’honnêteté, qui rend la personne agréable d’une certaine façon. Après j’ai joué avec Elisabeth Moss lorsqu’elle arriva pour les répétitions, nous discutions et nous avions des désaccords à propos de certains sujets, et nos débats n’étaient pas des plus civilisés, comme par exemple une conversation posée, mais nous étions presque comme nos personnages! Je disais presque que je comprenais parfaitement pourquoi mon personnage faisait certaines choses, ce qui montrait à quel point je me suis approprié le personnage de Philip. Mais c’était très amusant à faire et très agréable.

« Je pense que plus on essaie de rendre quelqu’un aimable dans certaines situations, plus ils deviennent détestables. »

AJ : Que vous faut-il dans un projet pour que vous ayez envie de le faire?

JS : Je n’y ai jamais vraiment pensé. J’ai récemment eu la chance de travailler avec Tim Burton (ndlr : pour son prochain projet intitulé Big Eyes), et une chose que j’aime vraiment est de faire la connaissance des personnes avec lesquelles je travaille et de passer du temps avec elles avant le tournage, si possible. Particulièrement s’il s’agit du scénariste/réalisateur, c’est alors que tellement de choses à propos du scénario deviennent claires une fois que l’on parle en personne. Mais avec Tim Burton, je n’avais pas ce genre d’opportunité. Je n’ai pas ce luxe, je ne suis pas un des personnages principaux et il s’agit d’un film plus conséquent. Donc pour essayer de mieux comprendre Tim Burton, j’ai lu tous ces interviews, tout le Burton on Burton, et il a dit que lorsqu’il travaille, il a besoin de juste trouver une accroche. L’accroche peut être une chose très petite ou très grande, et lorsqu’il a dit ça, ça faisait du sens pour moi. Ce dont j’ai besoin, c’est simplement une chose qui m’accroche. Quelque chose qui donne un bon sentiment.

Pour répondre à votre question, la vérité est que je ne suis pas un acteur assez reconnu pour exiger quoi que ce soit. Donc que faut-il pour que je sois dans un film? Il faut que j’aie envie de le faire, qu’eux aillent envie que je le fasse, qu’il y ait de l’argent quelque part pour financer le tout. Tout doit tomber en place. Pour moi, je ne sais jamais, ça change tout le temps. Vous lisez le scénario, vous y trouvez quelque chose d’intéressant ou c’est un film avec lequel vous aimeriez expérimenter, ou bien dans ce cas je voulais travailler avec Alex.

Mais j’ai ressenti lorsque je lisais le scénario, en lisant les premières cinq pages, je n’étais plus tellement convaincu. J’ai posé le scénario, je suis parti faire d’autres choses, et une heure plus tard je me suis demandé ce qui allait arriver à Philip. Donc j’y suis retourné, j’ai ouvert le scénario, j’ai lu un peu plus et j’ai pensé que c’était horrible, que je ne pourrais jamais faire ça, alors je l’ai posé encore une fois. Ceci se répéta durant toute la journée! J’ai lu le scénario comme un livre, et le fait que j’y retourne parce que je voulais découvrir ce qui allait se passer était un bon signe. J’ai trouvé très étrange le fait d’avoir une réaction si violente et négative au scénario, mais qu’en même temps j’aille envie de continuer à lire.

Je pense qu’au final ce qui a scellé le tout fut ma rencontre avec Alex à New York, et durant la première minute j’était convaincu que si lui voulait que je sois dans ce film, alors je voulais vraiment être dans ce film aussi. Nous rigolions à propos des mêmes choses, nous étions intéressés par de nombreuses choses, et il avait cette idée spécifique de comment faire ce film. J’admirais aussi son talent précoce, parce que la majorité des scénarios contiennent 110 pages, tandis que le sien en avait 190. Donc je trouvais amusante et intrigante l’idée qu’un réalisateur de 29 ans à l’époque écrive un scénario de quasi 200 pages. Il était très détaillé et méticuleux à propos de ce qu’il pense, et mon sentiment était que l’on était obligés de travailler ensemble.

« Une chose que j’aime vraiment est de faire la connaissance des personnes avec lesquelles je travaille et de passer du temps avec elles avant le tournage. »

AJ : Sur un thème très basique, qu’est-ce qui vous motive à travailler en tant qu’acteur?

JS : De nombreuses choses! Comme je l’ai mentionné, j’adore les interviews, et de nombreuses fois on entend des acteurs dire qu’ils étaient simplement obligés de prendre un certain rôle pour s’exprimer. Ce n’est pas ce qui me motive. Je ne ressens pas les choses comme cela. Il n’y a pas quelque chose en moi, Jason, que je doive exprimer. C’est un peu différent pour moi. Je réagis davantage en lisant le scénario et en ressentant que je veux en faire partie, faire partie de l’histoire et du film. Je veux y jouer un rôle et faire partie de sa création, faire partie de l’aventure. Ce n’est que bien plus tard que je pense à ce que je vais en retirer. J’y pense, bien entendu, mais c’est davantage l’histoire et le plaisir d’en faire partie. C’est ma raison principale.

L’autre chose est que j’adore les personnes qui sont tactiles et un peu maladroites. J’aime bouger dans la vie de tous les jours, j’aime le mouvement du corps, et c’est quelque chose que vous ne pouvez pas exprimer en musique par exemple. Je prends du plaisir à bouger, et c’est pour cela que j’aime des acteurs tels que Jean-Pierre Léaud, qui est mon acteur favori malgré le fait que je ne parle pas français. J’adore sa gestuelle, la façon dont il se déplace.

Il s’est passé quelque chose d’amusant dans un échange d’emails entre Alex et moi. Alex m’a écrit en disant que Jean-Pierre Léaud serait à Locarno (ndlr : Il a reçu le Pardo alla carriera pour l’ensemble de sa carrière), et qu’on est obligés de le rencontrer. J’ai seulement répondu : « Non. On ne peut pas le rencontrer. Je ne veux pas faire ça. J’ai trop peur. » Donc c’est aussi un exemple lié à notre discussion plus tôt : Alex accepterait une invitation chez Ike. Je ne le ferais jamais.

« Je prends du plaisir à bouger, et c’est pour cela que j’aime des acteurs tels que Jean-Pierre Léaud, qui est mon acteur favori malgré le fait que je ne parle pas français. J’adore sa gestuelle, la façon dont il se déplace. »

AJ : Comment était-ce de travailler avec Alex?

JS : C’était génial, j’ai adoré! Il est très jeune, comme je l’ai mentionné, et c’était la première fois que je travaillais avec un réalisateur plus jeune que moi. C’était très intéressant, étant donné que je ne pensais pas vivre une telle situation si tôt dans ma carrière. D’un côté c’était intéressant parce qu’il me demandais mon avis sur certaines choses. Je n’avais jamais eu le réalisateur venir me demander mon avis! Il me demandait comment gérer certaines situations avec les acteurs, et j’ai du réfléchir un moment, repenser à mes expériences dans des situations similaires. C’était une position assez agréable, très intéressante. Mais cela ne veut pas dire qu’Alex est inexpérimenté. Lorsqu’il avait 22 ans, il était responsable d’un magasin qui s’appelait Kim’s Video and Music, une institution à New York et qui était une sorte de Mecque pour les films.

De travailler avec lui était incroyable car il est tellement ouvert, voulant toujours collaborer. Nous avons passé un mois ensemble et il m’a donné tout le temps pour le faire, mais ce que j’ai adoré chez lui est qu’il savait avec une précision quasi-mathématique combien de temps chaque chose prendrait. J’appréciais cette contradiction étrange que quelqu’un autant ouvert d’esprit pourrait être tellement précis. J’ai adoré le tournage aussi, car la majorité du temps filmer une scène ressemble à un acte de théâtre. Alex organisa le tout de façon à ce que chacun se sente libre et à l’aise dans leurs mouvements, que ce soit l’équipe du son, ou les acteurs, ou les caméras.

AJ : Et qu’avez-vous appris de Jonathan Pryce, en travaillant avec lui?

JS : Je ne pense pas avoir appris juste une chose par dessus tout, mais je pense que ce n’est pas lié au jeu d’acteur, mais que ça vaut pour la vie en général. On pense que plus une personne devient âgée, plus elle devient grincheuse, très fixée dans ses habitudes. Ce film fut la plus grosse production dans la carrière d’Alex, et ma plus petite. Même dans les films de Wes [Anderson], il n’y a pas de mobile homes pour les acteurs. Il y a juste une chambre verte et il tient tout en ordre. Une partie de moi se demandait si Jonathan serait d’accord avec cela ou si il allait exiger un certain traitement. Mais il était ouvert à tout! Il était très ouvert à l’expérience, et la chose que j’ai apprise de lui est de toujours être comme ça. Soyez toujours ouvert pour une nouvelle expérience et ne vous figez pas dans vos habitudes.

« [Jonathan Pryce] était ouvert à tout! Il était très ouvert à l’expérience, et la chose que j’ai apprise de lui est de toujours être comme ça. Soyez toujours ouvert pour une nouvelle expérience et ne vous figez pas dans vos habitudes. »

AJ : Pensez-vous revenir à la musique Jason?

JS : Toujours, je joue toujours de la musique. Hier soir, je jouais de la musique jusqu’à tard dans la nuit. Pas de la batterie, parce que de jouer de la batterie comme je l’aime, c’est-à-dire en faisant partie d’un groupe, c’est quelque chose de très solitaire. Il n’y a personne autour de vous, il n’y a pas de chanson. À moins d’être le genre de batteur qui aime repousser les limites du rythme, ce que j’admire, j’aime être un composant d’une chanson. On se sent seul, et c’est pour cela que je trouve difficile de faire de la batterie tout seul.

Chaque jour, autant que possible, je m’occupe autour de la musique. J’adore écrire des chansons, j’adore écouter de la musique et lire à propos de la musique, particulièrement lorsque l’on écrit une chanson, mon cerveau est stimulé.

J’ai même sorti deux albums ces dernières années sous le nom Coconut Records, et c’est juste moi, tout seul. J’ai l’ai nommé en tant que maison de disques parce que je considère que l’opposé d’être tout seul c’est d’être une maison de disques. Donc je l’ai appelé Coconut Records et c’est juste moi sur les albums. L’unique raison pourquoi je suis seul dessus est que je rédige et découvre les chansons, mais dans le studio je dois faire les multiples pistes comme je l’aimerai, les entendre dans le contexte, et je n’aimerai pas faire perdre du temps à d’autres personnes.

À la fin de l’entretien, on n’a pas pu s’empêcher…

MK : Vous pouvez nous confier quelque chose à propos de Kiwi Kiwi All Over?

JS : [courte pause] Qu’est-ce que c’est?

MK : C’est un poster qui circule sur internet, supposé être le prochain film de Wes Anderson?

JS : Je n’en sais absolument rien.

Mince donc! Pas de scoop au final, mais un entretien très agréable. Merci M. Schwartzman!