Entretien exclusif : Jasmila Žbanić

1
269
Jasmila Žbanić discute avec nous.

Le Billet est fier et heureux de s’être entretenu en tête-à-tête pendant une quinzaine de minutes avec une réalisatrice autant acclamée et respectée que Jasmila Žbanić concernant la projection de son nouveau film Love Island au festival de Locarno.

Lauréate du prix Kairos en 2014, récompensant les artistes et journalistes européens dont le travail a un impact culturel et social majeur, Jasmila Žbanić est connue pour ses œuvres traitant des guerres en Bosnie durant le début des années 1990 et de leursconséquences, telles Grbavica (2006, Ours d’Or à Berlin), Na Putu (2010, Nominé pour l’Ours d’Or) ou Les Femmes de Višegrad (2013, Festival de Toronto), nous avons discuté de son film actuel et de la direction différente qu’il prend, ainsi que de ses projets futurs.

L’entretien se déroula en anglais et fut traduis par la suite en français. (version française plus bas)

Propos recueillis et traduits par Mark Kuzmanić.

JZ : Jasmila Žbanić
MK : Mark Kuzmanić

MK – One of your movies is screening at the Locarno Film Festival on the Piazza Grande this year, it’s called Love Island. The island is based on the Otok Svetog Nikole, the Island of Saint Nicolas, in the region of Istria near the town of Poreč in Croatia. Why did you select that specific location? Is it a personal connection with Istria?

JZ – We were searching for a location that has this special charm. Beauty of nature, as well as a mass tourism place. And for us, Istria is a combination of these things. It has beauty, it has secrecy, but also it has many tourists. We were searching for locations that are filmic-wise beautiful as well. There are many places in Dalmatia, in Istria, that are beautiful, but for the film we had to find a very specific one. And when we went to Saint Nicolas Island, it offered us a possibility as if we were in a studio. We could use all the locations on the island, we could build the rooms of Flora, of Liliane and Grebo, we could build without bothering their guests, and we could use the beaches. That was really fantastic. We were all living there and it was an absolutely beautiful place.

Also, what was interesting is that once we had the script done and we found the location, we heard the story of the Marquis Polesini, a real guy. So we though it would be interesting to include his story, as it fits into one of the subjects of Love Island, the story about one’s past and hidden histories. We then contacted the real Marquis and asked him if it would be all right to include his family name in the film. That was also part of an authentic and personal touch. The location offers you the story.

MK – When you say “we” and “us” in your answer, you mean the whole production team I suppose.

JZ – Yes, when I say that it is also my producer, Damir Ibrahimović, my screenwriter, Aleksandar Hemon, and the executive producer of course Christine Maier, so we all have to be excited about the place. If one of us thinks “This is a really bad idea” then we all think twice.

MK – You’ve mentioned that one of the movie’s themes is about one’s past and history, and it links very well to the movies for which you are known, the films about the wars in Bosnia and Yugoslavia in the 1990s. While Grbavica and For those who can tell no Tales deal with death and war, Love Island deals with passion and love. Why make such a different film now?

JZ – Actually, I wanted to do this film much earlier. Immediately after Grbavica I had an idea, not the script, but I had an idea to do something which is about holidays, about people being totally relaxed, about family structures that are challenged, but there were production issues. It was hard to find money for this subject, because if you are from Bosnia, there is this stereotype that you should always make films that are about war or that are tragedies. I think that every film needs its own timing and I was a little bit impatient to get to Love Island. But now, when I analyse everything, I think that it’s a good thing that I did everything I had done before, because my last three films are really one piece by itself while this is something very different. And I have learned so much from these films before so that I could be ready for Love Island.

« If you are from Bosnia, there is this stereotype that you should always make films that are about war or that are tragedies. […] I was a little bit impatient to get to Love Island. »

MK – So you believe the timing was right in the end?

JZ – I believe that now is a really good time and also I feel that in this world we are missing a lot of…how should I say this…many news, media outlets and films are giving attention to fear, and to the fear of others, of what is different. Whether it is the fear of destroying our little, little worlds, for example our families, our country or our nation, I feel that talking about how we could safely cross these borders is important for me.

MK – Love is a very subjective notion. I was wondering if you could briefly give me your definition of love. What does love mean for you?

JZ – It’s first of all the chemistry of our bodies. Emotionally, it’s connecting with human beings, but I believe it is also applies to animals. I was just reading a fantastic book, called Molecules of Emotion (by Candace Pert). Emotions are in our molecules, in the essence of our existence. And love is an emotion that can create miracles. It can cross you, it can give you strength, and it can make you do things you though you were not capable of doing. You are learning because of love, you are traveling because of love, you are going crazy or being smart because of it. It’s such an amazing power and it is like glue. It gives you hope when situations seem helpless and is very natural to every being in the world, it’s a part of us and it is a power that is stronger than fear.

MK – It’s interesting for you to say that, because I can clearly see instances of what you describe in Love Island, which brings me to my next question. Liliane obviously loves Grebo and Flora. Is it the same kind of love, or is it different?

JZ – I think that because people are different, we all are different, so we love everybody in a different way. We love our children in a certain way and our spouses in a different way. I even thought that we should have different names for love, for different relationships. There are different kinds of love. But to love several people at the same time, in this sexual, erotic way, I think that it’s very natural for all of us. But because of economic, religious and social barriers, we are not openly expressing it or we are afraid to talk about it. If we were raised in a way that we could say to our husband “Oh, today I fell in love with this guy, because I just think he is beautiful” it would be much different. And it’s true that we do fall in love every second day. (laughs) We just don’t talk about it! We are afraid.

« I even thought that we should have different names for love, for different relationships. There are different kinds of love. But to love several people at the same time, in this sexual, erotic way, I think that it’s very natural for all of us. »

MK – Something far from a serious topic, but I need to ask where did you get the inspiration for the ice hockey team on the island?

JZ – Once, I was in a similar kind of resort and there was this hockey team who was obviously there for a training camp. And I found it amusing, this contrast of an ice-hockey team on the seaside, running around with their sticks amongst us as if they were crazy. So I thought, “Ok, I need to have this. As a picture, I like it a lot.” And then of course, through the script we developed, they are also involved slightly in the plot.

MK – Now that Love Island is finished, you mentioned earlier in our discussion that you feel as if your last three movies constituted one cycle. Is this the beginning of another cycle? What are your next projects now, especially after winning the Kairos prize at the beginning of the year?

JZ – I would love to go further in this direction, but I also am working on something that is also very heavy, with very hard subjects. So I don’t know where it will take me.

MK – I suppose it again depends on the timing for production.

JZ – Yes. You always dig into something and think you know how much time you need, but it’s the subject that tells you how much time you need. How much time the subject needs, so I have to see. I now have both options.

MK – So if you do project number one, will you do project number two later?

JZ – Maybe, yes, if it doesn’t die I will always keep it in my heart!

MK – Thank you very much for your time!

(Editor’s note : the Marquis Polesini is portrayed in the film by Franco Nero, best-known for Django in 1966 and for appearing in Django Unchained in 2012.)

MK – Un de vos films est projeté au Festival du Film de Locarno sur la Piazza Grande cette année, appelé Love Island. L’île est basée sur le Otok Svetog Nikole, l’île de Saint Nicholas, dans la région de l’Istrie proche de la ville de Poreč en Croatie. Pourquoi avoir choisi cet endroit spécifique? Est-ce une connexion personnelle avec l’Istrie?

JZ – Nous cherchions un endroit ayant ce charme spécial. La beauté de la nature, ainsi qu’un endroit hautement touristique. Et pour nous, l’Istrie est une combinaison de ces choses. Elle possède la beauté, ses secrets, mais accueille aussi de nombreux touristes. Nous cherchions aussi des endroits qui seraient beaux à filmer. Il y a de nombreux endroits en Dalmatie, en Istrie qui sont beaux, mais pour le film nous devions trouver quelque chose de très spécifique. Et lorsque nous sommes allés sur l’île de Saint Nicholas, cela nous offrait tant de possibilités que l’on se croyait dans un studio. Nous pouvions utiliser tous les endroits de l’île, nous pouvions construire les chambres de Flora, de Liliane et Grebo, nous pouvions le faire sans déranger les visiteurs de l’île, nous pouvions utiliser les plages. Ce fut vraiment fantastique. Nous habitions tous sur place et c’est un endroit absolument magnifique.

Par dessus tout cela, une fois que le scénario fut bouclé et que nous avons trouvé le lieu, nous avons entendu l’histoire du Marquis Polesini, une vraie personne. Nous pensions que ce serait intéressant d’inclure son histoire, puisqu’elle colle dans un des sujets de Love Island, à savoir l’histoire du passé de chacun et des histoires cachées. Nous avons ensuite contacté le marquis pour lui demander son accord pour l’utilisation son nom de famille dans le film. Cela faisait partie d’une approche personnelle et authentique. C’est le lieu qui apporte l’histoire.

MK – J’imagine que lorsque vous dites « nous » dans votre réponse, vous pensez à votre équipe de production?

JZ – Oui, toute mon équipe y compris mon producteur, Damir Ibrahimović, mon scénariste, Aleksandar Hemon, et bien entendu la productrice déléguée Christine Maier, donc nous devons tous être excités pas l’endroit. Si l’un de nous pense « C’est une très mauvaise idée » alors nous allons tous y repenser à deux fois.

MK – Vous avez mentionné qu’un des thèmes du film traite du passé de chacun. C’est un lien très fort avec les films pour lesquels vous êtes connue, ceux à propos des guerres en Bosnie et ex-Yougoslavie dans les années 1990. Alors que Grbavica et Les Femmes de Višegrad parlent de la guerre et de la mort, Love Island parle de passion et d’amour. Pourquoi faire un tel film maintenant ?

JZ – Pour être honnête, je voulais faire ce film bien plus tôt. Immédiatement après Grbavica j’avais une idée, pas le scénario, mais j’avais une idée de faire quelque chose en lien avec les vacances, avec des personnes étant totalement reposées, à propos de structures familiales qui sont remises en question, mais il y avait des soucis en production. Ce fut difficile de trouver de l’argent pour ce projet, car si vous venez de Bosnie, il y a ce stéréotype que vous devriez toujours faire des films qui parlent de la guerre ou qui sont des tragédies. Je crois que chaque film a besoin d’avoir sa place appropriée dans le temps et j’étais un peu impatiente d’arriver à Love Island. Mais maintenant, avec du recul, je pense que c’est une bonne chose d’avoir fait tout ce que j’ai fait auparavant, car mes trois films précédents sont vraiment une œuvre à part entière, tandis que ce film est quelque chose de très différent. Et j’ai appris tant de choses de ces films précédents pour être prête pour Love Island.

« Si vous venez de Bosnie, il y a ce stéréotype que vous devriez toujours faire des films qui parlent de la guerre ou qui sont des tragédies. […] J’étais un peu impatiente d’arriver à Love Island. »

MK – Vous pensez donc que le temps était opportun au final?

JZ – Je crois en effet que maintenant fut une très bonne période pour réaliser ce film, car je pense aussi que dans ce monde nous manquons beaucoup de…comment dire…de nombreux flux d’information, de médias et de films font la part belle à la peur et à la peur des autres, de ce qui est différent. Que ce soit la peur de détruire nos petits mondes personnels, par exemple nos familles, nos pays, nos nations, je pense qu’il est important de parler à propos de moyens nous permettant de traverser sereinement ces frontières.

MK – L’amour est une notion très subjective. Pourriez-vous brièvement me donner votre définition de l’amour, et ce que cela représente pour vous?

JZ – C’est avant tout la chimie de nos corps. Emotionnellement, c’est de connecter avec des êtres humains, mais je pense que les animaux l’éprouvent aussi. Je suis en train de lire une œuvre fantastique qui s’appelle Les Molécules de l’Emotion (par Candace Pert). Les émotions sont dans nos molécules, dans l’essence de notre existence. Et l’amour est une émotion qui peut réaliser des miracles. L’amour peut nous rendre énervé, il peut nous enforcir, et peut nous aider à accomplir des choses dont nous ne pensions pas être capables. Nous apprenons grâce à l’amour, nous voyages grâce à lui, nous devenons fous à cause de lui ou devenons plus intelligents grâce à lui. C’est une force tellement extraordinaire et c’est comme une colle. Elle nous donne espoir lorsque les situations semblent perdues et c’est une émotion très naturelle à tous les êtres sur terre, cela fait partie de nous et c’est une force plus puissante que la peur.

MK – C’est intéressant de le phraser comme cela, étant donné que je vois clairement des instances de ce que vous décrivez dans Love Island, ce qui m’amène à ma question suivante. Liliane aime visiblement Grebo et Flora. Est-ce la même sorte d’amour, ou est-ce quelque chose de différent?

JZ – Je pense que du fait que les gens sont différents, nous sommes tous différents, alors nous aimons chacun d’une façon différente. Nous aimons nos enfants d’une certaine façon et nous aimons notre époux d’une façon différente. J’ai même pensé que l’on devrait avoir des noms différents pour chaque relation que l’on a. Car il y a différents types d’amour. Mais d’aimer plusieurs personnes en même temps, de cette façon sexuelle et érotique, je pense que c’est très naturel pour nous tous. Mais à cause de barrières économiques, religieuses et sociales, nous ne l’exprimons pas ouvertement ou nous sommes apeurés d’en parler. Si nous avions été élevés d’une façon qui nous permettait de dire à notre mari : « Oh, aujourd’hui je suis tombée amoureuse de cet homme, parce que je pense qu’il est juste beau! » ce serait bien différent. Et c’est vrai que nous tombons amoureux chaque jour! (rires) Nous n’en parlons juste pas! Nous avons peur.

« J’ai même pensé que l’on devrait avoir des noms différents pour chaque relation que l’on a. Car il y a différents types d’amour. Mais d’aimer plusieurs personnes en même temps, de cette façon sexuelle et érotique, je pense que c’est très naturel pour nous tous. »

MK – Une question loin des thèmes sérieux, mais je dois vous demander d’où vient l’inspiration d’inclure sur l’île cette équipe de hockey sur glace?

JZ – Une fois j’étais dans un village balnéaire similaire, et il y avait cette équipe de hockey sur glace qui était venue en camp d’entraînement. Sur le moment, je trouvais très amusant la notion de contraste entre une équipe de sports d’hiver à la mer, en train de courir parmi nous avec leurs crosses, comme si ils étaient fous. Alors j’ai pensé : « Ok, je dois incorporer ça. En tant qu’image, je l’aime beaucoup. » J’ai ensuite développé à travers le scénario comment les incorporer dans l’histoire.

MK – Maintenant que Love Island est terminé, vous avez mentionné plus tôt que vous considérez vos trois films précédents comme un cycle. Est-ce le début d’un autre cycle? Quels sont vos projets pour l’instant, particulièrement après avoir remporté le pris Kairos au début de l’année?

JZ – J’adorerai aller plus loin dans cette direction, mais je travaille aussi sur quelque chose qui est très lourd, avec des sujets très durs. Alors je ne sais pas où cela me mènera.

MK – J’imagine que cela dépendra à nouveau si un moment propice se présente.

JZ – Oui. En se lançant dans un projet, on pense toujours savoir le temps dont on a besoin, mais c’est le sujet qui dicte cela une fois commencé. Combien de temps faut-il pour traiter le sujet, je devrai voir. En ce moment j’ai ces deux options.

MK – Donc si le projet numéro un se concrétise, vous réaliserez le numéro deux par la suite ?

JZ – Peut-être, oui, si le projet ne meurt pas alors je le garderai toujours dans mon cœur!

MK – Merci beaucoup pour votre temps!

(Ndlr : le Marquis Polesini est interprété dans le film par Franco Nero, connu pour le rôle de Django in 1966 et pour son apparition dans Django Unchained en 2012.)

Merci à Madame Žbanić pour cet entretien, et nous vous laissons avec un teaser du film!