Dour, Day 1

Arrivée et premier jour à Dour. En avant!

0
1092

Jour du départ!

L’itineraire m’indique 7h de voyage. Toute seule. Avec Tatami (c’est ma voiture qui a déjà 240’000km).

Huile-eau-air vérifiés, bagages empaquetés, me voilà prête à prendre la route!

Après quelques heures de conduite, par 37•C, le voyant de température du moteur se met à clignoter… La seule solution: allumer le chauffage a fond pour que Tatami refroidisse, ouvrir les fenêtres en grand, pour que moi je supporte!

J’ai donc fait Besancon-Dour, dans un habitacle surchauffé et accompagnée d’un bruit et d’un vent ahurissant!

Après 8h de route, j’arrive enfin à destination… que je crois!

il faut maintenant trouver le point où chercher mon bracelet, reprendre la route dans les bouchons pour me rendre au parking, marcher en portant tout mon barda jusqu’à l’accueil du camping, me refaire une heure de queue au point sécu du camping et là… Deux heures dans une file d’attente interminable pour arriver jusqu’au camping D (le plus éloigné, le seul où il reste de la place).

L’avantage des files d’attente, c’est qu’on y fait des rencontres! Ainsi, de toute seule, je suis passée à membre d’un campement, dans lequel on m’accueille chaleureusement (surtout à cause de ma pompe pour les matelas)!

21:50, ma tente est montée, je suis prête à aller sur le site même du festival!

Mais d’abord, refaire la queue pour acheter des tickets boissons, faire la queue pour acheter des tickets food et faire la queue pour aller au petit coin…

Il faut marcher environ 20mn du camping jusqu’aux concerts, mais la balade est marrante et agréable, bordée d’arbre et parsemée de personnes aux looks et aux états bien barrés!

Mercredi soir, à mon programme: SBTRTK La foule est compacte! Le son est super! Très bon pour un début de festival!

Comme je suis super naze et que je veux me garder un peu en forme pour la suite, parce que demain est une grosse journée, je décide de revenir à mon campement… Et là, c’est le drame… Rapidement, le quartier a tellement changé que c’est seulement au bout d’une grosse heure a tourner en rond que je mets enfin le pied dans ma tente. Joie!