Berlin 2016 | Smrt u Sarajevu (Mort à Sarajevo)

Récompensé à la Berlinale par l’Ours d’argent du Grand Prix du Jury, « Smrt u Sarajevu » est venu tout droit de Bosnie-Herzégovine à un carrefour entre passé, présent et avenir, orchestré avec aplomb par le réalisateur Danis Tanovic.

0
1352
Smrt u Sarajevu, par Danis Tanovic
Snezana Markovic dans le rôle de Lamija. Image @ Margo Cinema & SCCA/pro.ba

Lauréat de l’Oscar du meilleur film étranger en 2002 pour le phénoménal No Man’s Land, lauréat déjà à Berlin de ce même Prix du Jury en 2013 pour An Episode in the Life of an Iron Picker, Danis Tanovic confirme un peu plus son statut en tant qu’un des meilleurs cinéastes européens. Ses œuvres engagées dans le deuil et le travail de mémoire de sa patrie traversent les barrières culturelles et linguistiques, et Smrt u Sarajevu se hisse très haut parmi les œuvres complexes des guerres yougoslaves.

Le 28 juin 2014, Omer (Izudin Bajrovic) est le gérant de l’hôtel Europa à Sarajevo. Jadis le fleuron de la capitale bosnienne, l’hôtel, comme la ville, a connu des moments sombres durant la guerre dans les années 1990, mais revit chaque jour davantage. Le point culminant pour Omer est la tenue d’un sommet de l’Union Européenne dans son hôtel, ainsi que la venue d’un éminent citoyen français (Jacques Weber). Pourtant, un obstacle majeur se dresse au bon déroulement de la réception: les employés de l’hôtel, menés par Hatidza (Faketa Salihbegovic), impayés depuis plusieurs mois, décideront de faire grève devant les médias du monde entier. Omer fera tout pour assurer le bon déroulement du sommet européen, lui qui doit rembourser un prêt bancaire urgent. Simultanément, sur le toit de l’hôtel se déroule une interview menée par la présentatrice Vedrana (Vedrana Seksan) à l’occasion du centenaire de l’attentat contre l’archiduc austro-hongrois François Ferdinand par Gavrilo Princip. L’invité de Vedrana se nomme justement lui aussi Gavrilo Princip (Muhamed Hadzovic).

Que d’Histoire, que de tristesse, que de mort dans cette ville qu’est Sarajevo.

Librement inspiré d’une pièce de théâtre de Bernard-Henri Lévy, Smrt u Sarajevu suit de façon dynamique deux mondes distincts, deux mondes qui se rencontreront de façon inattendue et brutale. D’un côté nous avons l’univers micro; ce microcosme au sein de l’hôtel, symbolique du présent et des soucis quotidiens pour la survie des gens. Salaire, nourriture, loyer, les personnages n’ont guère le luxe de se soucier des enjeux politiques qui se passent loin de leur sous-sol. De l’autre côté nous avons l’univers macro; la géopolitique, le passé d’un continent, l’avenir d’une nation. Dans leur dialogue enflammé, Vedrana et Gavrilo s’expliquent âprement autour de l’histoire de la région, des vérités et des machinations dans plusieurs tirades qui heurteront sans doute certaines sensibilités serbes.

En parlant de l’autre côté, Smrt u Sarajevu est à l’opposé de S one strane dans son approche aux séquelles de la guerre. Alors que S one strane faisait fi des faits, dates et personnages, Smrt u Sarajevu bombarde le spectateur d’informations concernant toutes les atrocités s’étant déroulées en Bosnie. Si les personnes qui ne sont pas familières avec l’histoire tenteront de faire du sens de cet amas de faits, celles qui la connaissent se rendront compte que Sarajevo est une ville d’immense douleur. Les deux films sont redoutablement efficaces.

Caméra dynamique, suivant souvent les protagonistes au cœur de l’action, que ce soit au fond des sous-sols que sur les toits de l’hôtel, musique puissante et surtout un personnage de Jacques Weber extrêmement intéressant, Smrt u Sarajevu est un guide à la tourmente de la ville. Jacques Weber étant donc l’incarnation d’une Europe ayant fermé les yeux, délivrant le long du film des soliloques fascinants servant de fils conducteurs.

En somme, il est impossible de rester de marbre devant Smrt u Sarajevu, un film qui montre en moins d’1h30 comment des cycles de tragédie et de douleur semblent se répéter à jamais.

Noté : 4 / 5

Bande-Annonce (Extrait)

DEATH IN SARAJEVO (2016) by Danis Tanovic [excerpt] from Richard Lormand on Vimeo.

Casting

Jacques Weber
Snezana Markovic
Izudin Bajrovic
Vedrana Seksan
Muhamed Hadzovic
Faketa Salihbegovic Avdagic
Edin Avdagic
Aleksandar Seksan

Détails

Date de sortie en Suisse: Inconnue
Réalisateur: Danis Tanovic
Pays de production: Bosnie-Herzégovine / France
Durée du film: 85 minutes
Genre: Drame / Comédie

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleLe Syndrome de Petrouchka
Next articleLe mardi en musique. Pour passer la pilule…
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!