Berlin 2016 | Genius

Point final de la sélection berlinoise avec « Genius » de Michael Grandage, l’histoire d’un des romanciers américains les plus lunatiques et de son éditeur de génie.

0
772
Genius, par Michael Grandage
Marc Brenner © Pinewood Films. Image droits réservés.

Michael Grandage est mondialement acclamé en tant que metteur en scène de théâtre, mais Genius est sa première réalisation cinématographique. Doté du talent de Colin Firth, Jude Law et Nicole Kidman, on pouvait s’attendre à une œuvre puisant dans sa touche artistique. Pas autant que ça finalement.

Dans le New York des années 1920, Maxwell Perkins (Colin Firth) est l’éditeur de livres le plus influant au monde à la tête de la prestigieuse maison d’édition Scribner’s. Ayant publié les géants de la littérature que sont Ernest Hemingway ou F. Scott Fitzgerald, Perkins voit un jour débarquer dans son bureau Thomas Wolfe (Jude Law) un jeune écrivain qui cherche à faire publier son premier roman. Reconnaissant rapidement le talent de l’auteur, Perkins est rapidement confronté à son plus grand défaut: Wolfe se sent obligé de transcrire toutes ses émotions, et son premier manuscrit fait plus de 1’100 pages. Perkins doit couper sans pitié le travail de Wolfe pour le rendre digeste, ce qui poussera le public à se demander qui est le véritable génie?

Adapté du livre rédigé en 1978 par A. Scott Berg, Genius fut présenté en concours à la Berlinale en étant une histoire des plus classiques. Le film suit la relation qui s’établit entre Perkins et Wolfe sur plusieurs niveaux. Passant d’innombrables heures ensemble pour réviser les manuscrits, le film montre habilement la proximité qui s’installe entre les deux hommes. Perkins voit en Wolfe un fils, lui qui est père de cinq filles, tandis que réciproquement Wolfe y voit un mentor pour balancer l’influence de son amante, Aline Bernstein (Nicole Kidman). Pour leur première collaboration à l’écran, Firth et Law installent sans problème une véritable complicité.

En effet, ils sont si complices que la caméra laisse planer le doute d’une autre sorte d’attirance. Initialement reconnaissant pour son travail, Wolfe pense par la suite que Perkins ampute son travail. Mais hormis leur relation professionnelle, une sorte d’homo-érotisme rend chaque interaction tendue.

Si c’était en fait Max Perkins le génie? Sans son talent, peut-être jamais n’aurions-nous découvert sous leur forme les œuvres de Wolfe, Fitzgerald et Hemingway. Genius se centre peut-être trop sur ses deux protagonistes pour générer de l’intérêt lorsque l’on passe aux personnages secondaires. Porté par la prestation possédée signée Jude Law, de loin le point culminant du film, Genius est une œuvre bien travaillée et soignée, à défaut d’être à la hauteur du talent des personnages incarnés.

Entre musique jazz agréablement chaotique et processus créatifs anarchiques, des décors minimalistes et pas d’autres éléments qui attirent l’attention, Genius ne présente pas grand chose d’autre que cette obsession littéraire, mais quand un film le fait aussi bien il n’y a pas souvent besoin d’autres facettes.

Avec une sortie prévue le 10 juin 2016 aux Etats-Unis, il est fort probable de voir cette histoire à propos de génie, à défaut d’être de génie elle-même, dans les salles romandes.

Noté : 3.5 / 5

Bande-Annonce

Casting

Colin Firth
Jude Law
Nicole Kidman
Laura Linney
Dominic West
Guy Pearce
Vanessa Kirby

Détails

Date de sortie en Suisse: Prochainement
Réalisateur: Michael Grandage
Pays de production: Royaume-Uni / Etats-Unis
Durée du film: 104 minutes
Genre: Drame

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleBerlin 2016 | Ejdeha Vared Mishavad! (A Dragon Arrives!)
Next articleEverybody Wants Some !!
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!