Berlin 2016 | Ejdeha Vared Mishavad! (A Dragon Arrives!)

Une des belles surprises à la Berlinale était l’œuvre de Mani Haghidi, à propos d’une histoire authentique qui ne pourrait pas sembler plus loufoque et éloignée de la réalité.

0
1802
A Dragon Arrives!, par Mani Haghighi
Image © Abbas Kosari. Droits réservés.

La réalisation de Mani Haghighi met à rude épreuve cette citation qui dirigeait pendant longtemps la doctrine du théâtre classique français, dictée par Boileau dans son Art Poétique: « Jamais au spectateur n’offrez rien d’incroyable : Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable. » A Dragon Arrives! brise sans gêne ce dicton, tant son scénario et les évènements décrits sont totalement improbables, voire absurdes et kafkaïens.

L’histoire trouve sa genèse dans une affaire datant de 1965, lorsque le détective Babak Hafizi (Amir Jadidi) est chargé d’enquêter sur le suicide mystérieux d’un prisonnier politique exilé sur une île du Golfe Persique. Sur place, il y découvre une légende locale qui prétend qu’un séisme est provoqué à chaque enterrement dans le cimetière. Cette expérience surnaturelle préoccupe Hafizi davantage que la résolution du suicide, et il engage Behnam Shokouhi (Homayoun Ghanizadeh), un géologue, et Kayvan Haddad (Ehsan Goudarzi), un ingénieur du son, pour percer ce mystère. En explorant la demeure de l’exilé, à savoir un navire du XVIIème siècle échoué dans le désert, les trois hommes s’enfonceront progressivement dans un terrier digne d’Alice au Pays des Merveilles où ils rencontreront une créature fantastique.

Des personnages étranges et complexes, des scènes surréalistes, mais surtout l’amalgame de divers formats de film rendent A Dragon Arrives! fascinant par sa portée et en même temps difficile à suivre et à comprendre. Je parle de divers formats, car A Dragon Arrives! incorpore tant des scènes jouées par les acteurs, comme tout film de fiction, que des images d’archives du genre documentaire ainsi que des scènes de films iraniens des années 1960 (dont les films sur lesquels les authentiques personnages ont travaillé).

A la fois film de fiction et travail de mémoire sur la période sanglante de la répression de la SAVAK, le service de renseignement du Shah d’Iran, A Dragon Arrives! est profondément ancré dans le psyché de toute une génération. De par son format entrecoupé, le spectateur ne trouve jamais de vrai rythme dans son expérience, mais il est projeté dans cette quête futile de vérité. En référence à la citation de Boileau, certains éléments paraissent tellement ahurissants qu’ils nous font douter à quel point les éléments historiques laissent place à la licence artistique. En regardant A Dragon Arrives!, j’ai eu le même ressenti qu’en lisant un article du Gorafi ou du Onion.

Connu pour ses réalisations Art-House (par opposition aux blockbusters commerciaux), Mani Haghighi réalise avec A Dragon Arrives! une fresque de la société moderne, avec la prévalence de la désinformation, mais aussi un film réflexif. Quiconque regardera ce film en sortira avec énormément de questions en tentant de recréer un fil cohérent, mais c’est une expérience si agréable et réjouissante que le résultat, porté par une production soignée et des plans épurés (la Chevrolet Impala orange en est l’exemple parfait, complexe et nuancé), forcera le respect pour le travail accompli, voire de la fascination.

Noté : 4 / 5

Extrait

A DRAGON ARRIVES! (2016) by Mani Haghighi [excerpt] from Richard Lormand on Vimeo.

Casting

Amir Jadidi
Homayoun Ghanizadeh
Ehsan Goudarzi
Kiana Tajammol
Nader Fallah
Ali Bagheri
Kamran Safamanesh
Javad Ansari
Shahin Karimi
Leila Arjmand

Détails

Date de sortie en Suisse: Inconnue
Réalisateur: Mani Haghighi
Pays de production: Iran
Durée du film: 108 minutes
Genre: Drame

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleUn homme à la hauteur
Next articleBerlin 2016 | Genius
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!