Soyons clair : Amour/Luxe ne parle pas du mariage type « conte de fées » mais plutôt de celui qui permet à l’amour sans-papiers de perdurer. La metteure en scène, Magali Tosato, donne la parole à des couples soupçonnés de s’unir pour obtenir le droit de s’établir en Suisse. Ces témoignages apparaissent à plusieurs reprises durant la pièce, comme des bribes de réalité interrompant la fiction.

« On vous propose de commencer la soirée par un jeu. »

Amour/Luxe de Magali Tosato ®image droits réservés

Le spectacle commence et, là, grande nouvelle : les comédiens proposent de répondre à quatre questions pour savoir si notre âme sœur se trouve dans la salle. Avec ces données, le destin nous dira si nous sommes compatibles avec notre voisin pour une relation longue durée.

« Qui a le pouvoir de juger que mon couple est un « vrai » couple ? »

Le décor est sobre : un bureau, une petite lampe et des chaises de salle d’attente. On découvre alors une femme, assise, dos à l’officier d’état civil. Dans cette scène, la comédienne interprète le rôle d’une arrière-grand-mère de 70 ans. Amoureuse d’un Tunisien de 21 ans. Le soupçon du mariage de complaisance la guette. Les questions de l’officier s’enchaînent : « Où l’avez-vous rencontré ? Quels sont vos intérêts communs ? Vous a-t-il déjà dit « je t’aime » ? »

Amour/Luxe de Magali Tosato ®image droits réservés

Entre le témoignage et la fiction, le doute

Les scènes se suivent sans que le spectateur ne puisse vraiment savoir quelle est la part de réalité ou de fiction. Ce flou se traduit aussi dans la mise en scène, qui oscille entre un ton réaliste et absurde. On est parfois un peu déçu de ne pas être plus immergé dans une histoire, dans l’intimité des sentiments, dans l’intériorité folle d’un personnage. Malgré cela, les témoignages présentés sont touchants et nous ouvrent les yeux sur une réalité peu connue.

À découvrir au théâtre de Vidy jusqu’au 11 mars 2017.

Avec Manuela Beltran Marulanda, Charlotte Dumartheray, Moanda Daddy Kamono et Luis Alberto Rodriguez Martinez.

Teaser du spectacle:

Auriane Page