NIFFF 2014 Films Of The Third Kind: Ping Pong Summer

"Ping Pong Summer" est le projet de toute une vie du réalisateur indépendant Michael Tully. Une comédie romantique légèrement autobiographique qui ressuscite l'âge d'or des eighties.

0
258
Marcello Conte, Emmi Shockley, "Ping Pong Summer", NIFFF 2014, Films Of The Third Kind.

Eté 1985, Ocean City, Maryland : Radford « Rad » Miracle (Marcello Conte) adolescent solitaire et médiocre dans quasiment tout ce qu’il entreprend ne le sait pas encore, mais il est sur le point de vivre les plus belles vacances de sa vie.

« Ping Pong Summer » est une comédie romantique qui trottait dans la tête de Michael Tully depuis plus de vingt ans. Prolifique et talentueux nouveau visage du cinéma indépendant américain, Tully a puisé dans sa propre enfance à Ocean City pour rendre hommage aux eighties et leurs teen movies.

 Le résultat : une machine à voyager dans le temps à mi-chemin entre « Karaté Kid » et « The Way Way Back ». Un film à l’esthétique irréprochable qui sent bon la nostalgie et les clichés du genre.

Un méticuleux souci du détail audio-visuel permet au spectateur de faire un bond de trente ans en arrière assez crédible. A priori, tout y est: l’éclosion du mouvement hip-hop, ses ghetto-blasters, les coiffures délurées, le fluo partout, les DeLorean, et cetera.

Le film tourne autour d’une compétition de ping-pong, qui devient de facto le meilleur moyen d’impressionner Stacy Summers (Emmi Shockley) LA fille sur laquelle Rad a jeté son dévolu. Problème : Radford et son nouvel ami Teddy (Myles Massey) n’ont aucun talent particulier (drague et ping-pong compris) contrairement aux deux teignes du coin Lyle et Dale (Joseph McCaughtry & Andy Riddle) qui en profiteront pour les bannir du « Fun Hub » l’endroit le plus cool de la ville. Entre alors en scène la mégère du coin : Randi Jammer (Susan Sarandon) championne de ping-pong qui prendra Rad sous son aile comme le fit jadis Mr. Miyagi en son temps.

« Ping Pong Summer » est attachant car il parle à la fois aux petits mais surtout aux plus grands. Une obsession de la « coolitude » qui se retrouve dans le style vestimentaire, les goûts musicaux et les gadgets. L’amour de vacances et les premières expériences qui vont de paire avec une forme d’émancipation ; les échecs et surtout les succès, en gros tout ce qui caractérise si bien l’adolescence.

Le mot de la fin

 Passage par la case nostalgie terriblement prévisible qui reste malgré tout un très bon moment pour les yeux et surtout les oreilles, « Ping Pong Summer » marquera moins les esprits que « The Way Way Back » de Nat Faxon & Jim Rash ou « The Kings of Summer » de Jordan Vogt-Roberts, tous deux sortis un an plus tôt.

 

 

Ping Pong Summer

 Pays : USA

Réalisé et écrit par : Michael Tully

Duréee : 92 min

Genre : Comédie

Langue : Anglais

Date production : 2014

 

Acteurs et équipe technique

Marcello Conte

Myles Massey

Lea Thompson

John Hannah

Susan Sarandon

Emmi Shockley

Amy Sedaris

Robert Longstreet

Helena May Seabrook

Joseph McCaughtry

Andy Riddle

 

Photographie : Wyatt Garfield

Musique : Michael Montes

Montage : Marc Vives

Direction artistique : Bob Weisz

Costumes : Stephani Lewis

 

Autres avis

 Les Inrocks

Toute la culture

Oblikon

SOURCESundance Film Festival
SHARE
Previous articlePaléo 2014 | Entre boue et empanadas
Next articleA Long Way Down
Je termine mes études de master en droit à l'université Genève après avoir obtenu mon Bachelor à Lausanne. Passionné de jeux vidéos, ciné & séries depuis mon plus jeune âge, je suis aussi avec ferveur les matchs du football club d' Arsenal tout en tapant dans le ballon quand l'occasion se présente. J'aime tuer le temps dans les transports, soit le nez dans un bouquin, avec un chapitre du shonen weekly jump, ou tout simplement en traînant sur internet. Je me suis fait les dents en pondant des avis pour Italic Magazine et j'écris pour Le Billet depuis juin 2014.