Locarno 2014 Concorso Internazionale : Ventos de Agosto

Nous passons de l’autre côté de l’échelle, avec une œuvre extrêmement décevante du brésilien Gabriel Mascaro, qui peine à justifier sa place dans le concours.

2
344
Ventos de Agosto, par Gabriel Mascaro
Ventos de Agosto - Concorso internazionale

Je ne sais pas exactement comment cette tendance à faire des films contenant en tout 9 lignes de texte s’est enracinée dans la culture cinématographique actuelle, mais je prie pour qu’elle cesse. En l’occurrence, la partie la plus riche en élocution est un cantique religieux de trois minutes. À moins de s’appeler Charlie Chaplin, William Fairbanks ou Terrence Malick, et à moins de recréer The Artist, se priver de l’atout le plus puissant pour communiquer, la parole, en essayant de faire un film pseudo-conceptuel me paraît osé.

Ventos de Agosto est une suite de scènes incohérentes, presque aléatoires. Un point commun morbide sert de fil rouge de fortune, avec la découverte d’un crâne au fond de l’eau et d’un cadavre recraché par l’océan. Aucun élément du film n’expliquant l’obsession du jeune homme pour ce cadavre, chacun est libre de s’imaginer sa propre histoire. Ce qui rend inutile le scénario et les personnages, avec leur propre histoire. En point d’orgue, une scène amusante cinq minutes avant la fin. Avec, miracle, du dialogue !

Après quarante minutes, un personnage sort de nulle part et, armé de son anémomètre et de son équipement pour mesurer et enregistrer les vents, se met à parcourir le village des deux autres protagonistes, Shirley et Jeison, sans jamais les rencontrer. Le film porte son nom, mais comme le reste au final, il n’apporte que très peu.

Le synopsis proposé par le festival de Locarno nous indique que Shirley « aime le rock, rêve de devenir une artiste du tatouage et se sent comme prise au piège dans ce minuscule village côtier ». Elle aurait tout autant pu être une jeune fille se la coulant douce sous les cocotiers, sans ambition ni responsabilité, en assouvissant ses pulsions sexuelles de temps en temps, tant les personnages sont plats.

Nonobstant quelques extraits de la musique rock qu’aime Shirley, la bande-son est inexistante. De beaux plans de la flore brésilienne sont largement visibles à la caméra, surtout durant les orages du mois d’août, et les acteurs sont filmés souvent de manière rapprochée lorsqu’ils sont ensemble, et de loin lorsqu’ils sont seuls.

Il est justement difficile de commenter sur les acteurs, car cela implique qu’il y a des rôles à jouer. Or, rien ne transgresse ici, malgré la tentative de nous faire comprendre que le temps passe et que nous retournerons tous en poussière.

Ventos de Agosto réussit a accomplir une chose avec brio: éprouver de la compassion pour les personnes ayant payé un billet, et qui se sont levées puis sorties de la salle parfois avant la moitié du film.

Sven, lui, faisait partie de ces personnes. Je suis resté boire le calice jusqu’à la lie.

Noté : 1.5 / 5

Bande-Annonce

Indisponible actuellement.

Casting

Dandara de Morais
Geová Manoel dos Santos

Détails

Date de sortie en Suisse: Inconnu
Réalisateur: Gabriel Mascaro
Pays de production: Brésil
Durée du film: 77 minutes
Genre: Aventure / Drame

(Images droits réservés)

SHARE
Previous articleLocarno 2014 : Jour 2
Next articleLocarno 2014 Concorso Internazionale : Durak (The Fool)
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!