Locarno 2014 Concorso Internazionale : La Sapienza

Eugène Green, lauréat en 2007 du Prix Spécial du Jury, revient à Locarno avec un candidat sérieux au Léopard d’Or.

4
267
La Sapienza, par Eugène Green
La Sapienza - Concorso internazionale

Je dois avouer que la séance commença de manière très inhabituelle. En effet, étant arrivé cinq minutes avant le début annoncé, la salle était comble et de nombreuses personnes ne pouvaient plus rentrer.  J’avais de la chance d’attendre avec une dame d’un média français très réputé qui, après un quart d’heure passé au téléphone avec diverses personnes, réussit à convaincre que le fait qu’on soit assis sur les bords ne présente pas un risque de sécurité…Nous entrons et essayons de nous plonger dans le film.

Arrivé dans le quasi vif du sujet, je suis soulagé de voir que je n’ai rien manqué d’apriori indispensable. L’histoire est habilement expliquée: Alexandre, un homme froid et renfermé, est architecte. Lui et sa femme, Aliénor, entreprennent un voyage vers Rome. Sur le chemin, au Tessin, ils rencontrent Lavinia et Goffredo, qui sont frère et sœur. Goffredo souhaite devenir architecte et Aliénor se lie d’amitié pour les jeunes. Elle profite de l’occasion pour envoyer Goffredo et Alexandre ensemble vers Rome, tandis qu’elle reste avec Lavinia, qui est souffrante. Deux dynamiques s’installent rapidement.

La Sapienza est une belle œuvre. Elle prend son titre de la Chiesa di Sant’Ivo alla Sapienza à Rome, une église construite par l’architecte italien Francesco Borromini et représente le but du voyage d’Alexandre, qui se voit en tant qu’élève de Borromini dans ses œuvres. Au fil de l’excursion, il remarque que Goffredo, avec ses idées, tend davantage vers le grand rival de Borromini: Gianlorenzo Bernini.

Qu’il soit dit, leurs interactions sont splendides et en font une très grande force du film. Subtile, drôle, conflictuelle, chaque scène avec les deux captive l’audience. Ce qui retient encore davantage l’attention est l’utilisation de la caméra lors des dialogues. En effet, souvent lorsque les discussions progressent, la caméra remplace l’interlocuteur. Lorsque Goffredo parle à Alexandre, il regarde droit dans la caméra, et parle au public. Cela donne un effet particulier, couplé à la monotonie au sens propre du terme des discours, qui nous plonge dans un univers assez étrange, mais étrangement plaisant. Le tout couronné de plans éblouissants à 360º des diverses églises et endroits.

Davantage que le monument physique à Rome, la sapienza représente la quête intellectuelle que les deux architectes recherchent. Entre les silences pesants et la découverte de l’autre, la rencontre des mondes d’Aliénor et Lavinia, d’Alexandre et Goffredo, résulte en un cocktail touchant.

Entre les thèmes humains sur la vie, sur ce qui nous pousse à survire et à aller de l’avant, que ce soit la famille, la religion, la culture, l’histoire ou l’amour, La Sapienza montre comment chaque personne cherchant son chemin n’a pas besoin de le faire seul.

Noté : 4 / 5

Bande-Annonce

Casting

Fabrizio Rongione
Christelle Prot Landman
Ludovico Succio
Arianna Nastro

Détails

Date de sortie en Suisse: Inconnu
Réalisateur: Eugène Green
Pays de production: France / Italie
Durée du film: 104 minutes
Genre: Drame / Comédie