Le printemps frétillant de Samba De La Muerte

0
392
Image droits réservés

Colors, c’est le titre du nouvel album de Samba De La Muerte, sorti vendredi dernier. Adrien Leprêtre, Corentin Ollivier, Martin Bonnet et Tiphaine Moreau sont de retour. Un an après nous avoir fait danser sur 4 au For Noise, à l’Amalgame, à Lausanne et Genève les quatre amis continuent leur parcours musical.

Adrien Leprêtre, fondateur du projet, a débuté par des morceaux plutôt folk avant de jouer avec ses trois compagnons de route. Corentin Ollivier nous confiait à l’occasion des 20 ans de l’Amalgame il y a un peu plus d’une année: « Le voyage est infini. Ce groupe n’a pas de limites. On peut toujours aller plus loin et se faire surprendre ».

Adrien Leprêtre ® Image droits réservés
Adrien Leprêtre ® Image droits réservés par Ben Pi

D’influences diverses, les tonalités de chaque morceau révèlent une parfaite maîtrise instrumentale. Le groupe porte aussi bien des sons doux que dansants. Ils parlaient d’ailleurs de leur musique en ces termes: « Nous voulons réussir à faire que les gens dansent et soient touchés en même temps ».

Percussions qui rappellent des rythmes africains, textes tantôt français, tantôt anglais et sons électroniques nous emportent complètement dans l’univers de ces quatre artistes plein d’énergie. Parlant de leur précédent album Tiphaine Moreau décrivait leurs morceaux comme des fusions d’influences différentes: « For my Friend a une carcasse influencée par le hip hop indé américain bariolé avec des percussions africaines alors que Gris s’inspire de tonalités d’Islande. » Leur nouvel album reflète ce mélange de couleurs musicales de manière fraîche et inédite. Plus soutenu au niveau vocal, il est d’autant plus puissant et étonnant à l’écoute.

Couverture de l'album Colors ® Image droits réservés
Couverture de l’album Colors ® Image droits réservés

Originaire de Caën, Samba De La Muerte expliquait l’éclosion d’un grand nombre de groupes de la même région avec humour: « C’est Tiphaine qui a plusieurs groupes! ». Plus sérieusement, le succès des Normands a été un phénomène lié à la chance selon eux: « Ça ne s’explique pas vraiment parce qu’il y a peu d’interactions entre les groupes. Il y a plusieurs musiciens qui ont pu faire des concerts très appréciés à un moment donné et ils ont décidés de continuer » commentait Martin Bonnet.

Quatre voyageurs, donc, qui nous prennent dans leurs bagages et nous font découvrir plusieurs pays à la fois dans un même morceaux. Continuons le périple avec du Samba De La Muerte aux oreilles!

Nos trois sons préférés de l’album: You’ll Never Know when I Lie / Don’t Let Go / The Beat

Concert annoncé à Lucerne à l’occasion du B-sides Festival en juin, prochaines dates à venir.

Colors à découvrir ici :