MJF15 | Métissage électronique au Jazz Lab de Montreux

0
131
jamie xx
Jamie XX | ©2015 FFJM – Marc Ducrest

Lorsque j’ai vu l’annonce de la programmation du MJF15, mes yeux se sont focalisés sur celui qui est, à mon sens, l’un des meilleurs producteurs de musique électronique actuelle. Membre clé derrière le fantastique groupe londonien The XX, brillant remixeur de l’album I’m New Here de Gil Scott-Heron, il était hors de question que je rate cette soirée placée sous le sigle “Red Bull Music Academy Thursday” qui faisait un point d’honneur à la nouvelle vague électronique du Royaume-Uni. 

C’est d’ailleurs Jamie XX qui commence ce soir-là. Un peu déçu de voir “ma” tête d’affiche passer en premier, tout le monde est tout de suite dans l’ambiance. Le jeune génie du remix et des platines nous intégrer directement dans son univers parfois d’inspiration exotique, parfois garage, parfois funky, mais toujours bien deep, Jamie prend un peu du meilleur des styles qui l’ont bercé dans un seul but: nous faire danser!

Loud Places, Girls, Sleep Sound, ou Gosh,… tous ses nouveaux tubes y sont passés (vu que j’ai raté les 5 premières minutes, j’espère qu’il a commencé son set par I Know There’s Gonna Be, sinon il manquait à l’appel).

Les meilleurs moments:

1. Stranger In A Room et ses sons enivrants, avec la voix de son collègue Oliver Sim.

2. Cet as de cœur qu’il dévoile en fin de set, qui est l’origine du sample de Loud Places et que je ne peux m’empêcher d’écouter à longueur de journée tant il est un morceau positif et joyeux:

Could Heaven Ever Be Like This de Idris Muhammad.

Un concentré de bonheur qui clôt ce set un peu trop tôt, et un peu trop brusquement.

L’également british SBTRKT est le suivant. Il nous plonge tout de suite dans son univers tribal. Équipé de son habituel masque à inspiration amérindienne, l’artiste envoie tout ce qu’il a dans le ventre, pour un public conquis d’avance. Les corps vacillent et sautent. Les influences sont métissées, on entend parfois les voix descendre de la soul, les sonorités frôlent la UK Garage, la Dance, l’Electro et la House, mais sans jamais laisser de côté une rythmique exotique qui rend la musique de SBTRKT unique. Une musique qui voyage, une musique qui joue avec ses origines, mais qui aime aussi s’en détacher.

Le meilleur moment:

Wildfire que tout le monde connaît et qui rend les gens fous.

L’ambiance est au rouge vif dans le Lab durant cette soirée rassemblant le meilleur de la nouvelle vague électronique MADE IN UK. L’écossais Hudson Mohawke ne reste pas sur la touche. Dernier de la soirée, il profite de la température élevée par ses deux comparses avant lui, pour faire péter la salle du Jazz Lab.

Encore un qui mêle tellement les codes des styles de musique qu’il empêche toute possibilité de catégorisation. Et c’est ça qu’on aime!

On résume tout ça par de la “musique électronique”,… ce n’est pas faux, mais ce n’est pas que de la musique électronique. C’est un univers et c’est une ambiance. Un voyage.

Hudson Mohawke live at the 49th Montreux Jazz Festival, (c) 2015 FFJM-Marc Ducrest
Hudson Mohawke live at the 49th Montreux Jazz Festival, (c) 2015 FFJM-Marc Ducrest

Hudson Mohawke impressionne du début à la fin depuis le haut de sa cabine en pilotis. Les rythmes avec lesquels il joue sont souvent plus lents que ceux des deux prédécesseurs. Des origines données par le Hip-hop qui fait danser les jeunes à l’envers que dans ce vieux clip de Fat Joe:

source: Tumblr | Droits réservés
source: Tumblr | Droits réservés

Cette soirée “Red Bull Music Academy” aura eu le mérite de faire planer la salle du Lab. Aussi, elle a montré la richesse musicale et cet évident métissage inspirationnel dans la scène électronique UK actuelle.