Interview | Maryke Oosterhoff, co-directrice du Vevey International Funny Film Festival

0
1331
ZONAD - SA 28.10.17 – 22:15 – Rex 4 de John Carney, Kieran Carney Image droits réservés

Du 27 au 29 octobre se tiendra la troisième édition du Vevey International Funny Film Festival. Au programme : 7 longs métrages en compétition internationale, 7 courts métrages, 3 focus (Strip-Tease, Rions dans l’espace, Hommage à Jerry Lewis) une conférence, des invités et bien plus encore. Le Billet a posé quelques questions à Maryke Oosterhoff, co-directrice du festival. Un rendez-vous à ne pas manquer, sans blague. 

Quels sont les challenges de cette 3ème édition? 

Qu’un public large, divers et fidèle continue à nous suivre. De 2015 à 2016, notre public a augmenté de 43 % et les salles étaient presque toujours pleines. Nous souhaitons conserver tous ces nouveaux spectateurs, qui ne nous connaissent pas, qui ne sont pas des habitués des festivals mais qui ont décidé de consacrer leur week-end à venir rire devant des films de qualité.

L’autre défi est de parvenir à professionnaliser notre structure et à obtenir plus de fonds. Ne pas pouvoir payer des professionnels dans leur domaines (qui ont l’extrême gentillesse de travailler bénévolement pour nous pour le moment) fragilise la pérennité et le développement du festival. Et encore : pour la première fois on ouvre un bar sous la Grenette, sur la place du marché de Vevey. On espère que les gens y viendront nombreux !

L’humour est parfois très personnel. Est-ce qu’il vous arrive souvent de ne pas être d’accord sur le choix des films ? 

Oui bien sûr ! Les discussions sont parfois mouvementées au sein des 8 personnes qui composent notre comité de sélection. Il arrive que des coups de cœur fassent l’unanimité mais chaque membre du comité de sélection a son « chouchou » qu’il est prêt à défendre corps et âme. C’est aussi ce qui fait la beauté d’une programmation, se permettre quelques choix audacieux au-delà des films qui ont fait consensus entre tous. C’est parfois ceux qui finissent par plaire le plus !

L’émission Strip-Tease est à l’honneur cette année, d’où vient cette idée ?

Nous avons sélectionné et adoré le long métrage documentaire Ni Juge, Ni Soumise, justement réalisé par l’équipe de Strip-Tease. Une fois que nous avions ce film , nous avions très envie de les faire venir car ils ont créé une œuvre fascinante, qui questionne beaucoup. Puis, quand on a su que c’était possible, on ne voulait pas manquer l’occasion de montrer leur travail et d’organiser une rencontre avec le public, qui se demande sûrement comment ils ont pu parvenir à filmer tout ça… !

Dans quels festivals allez-vous pour sélectionner les films ? Quels sont vos autres sources de sélection ? 

Nous sommes allés au marché du film de Cannes et de Berlin ainsi qu’au Festival de Locarno. Nous avons aussi des yeux et des oreilles à San Sebastian, Karlovy Vary, Namur, au Québec et d’autres festivals. Sinon nous sommes très attentifs aux annonces de programmation des festivals dans lesquels nous ne pouvons pas nous rendre (Sundance par exemple).

Par ailleurs nous sommes en contact avec de nombreuses boîtes de distribution suisses et internationales, qui nous proposent également des films de leur catalogue. Pour les courts métrages, nous lançons un appel à film et le relayons auprès des écoles de cinéma, etc.

Si tu devais choisir un film de la programmation de cette année, ça serait lequel ? 

La question piège… on va dire Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête (samedi, 20:00, Rex 4)qui est le premier film vu à Cannes que j’ai immédiatement eu envie de sélectionner. C’était un coup de cœur (mais pas le dernier, heureusement!).

On a rejeté 250 films pour en garder 7 en compétition, c’est donc vous dire à quel point c’est la crème de la crème du cinéma comique international !

Quelle est ta plus belle rencontre pendant le festival ?

Je pourrais dire Benoît Delépine et Gustave Kervern à qui nous avons consacré un focus l’an dernier et qui sont depuis nos Parrains. Ils sont d’une gentillesse et intelligence rares et parmi tous nos invités ce ne sont pas les perles qui ont manqué ! 

Je crois que je reste très touchée surtout par la présence d’autant de bénévoles prêts à aider. En lançant le projet en 2015 nous étions une petite dizaine de personnes et hier, lors de la réunion des bénévoles, je réalise qu’ils et elles sont une 60aine à s’être inscrits pour le week-end. C’est très fort de voir autant de gens prêts à soutenir notre projet et le cinéma comique. C’est souvent de très belles rencontres.

L’anecdote la plus drôle des dernières éditions ? 

Et bien voilà qui me donne l’occasion d’illustrer la gentillesse de Delépine et Kervern. Ce n’est pas la plus drôle mais bon, quand même : ils sont allés acheter des pains au chocolat au public pour les remercier d’avoir assisté à une projection sur leur pause de midi (c’était leur film Aaltra).

Il y a aussi une histoire avec un brochet mais c’est un peu difficile à expliquer…