Interview | Brian Knappenberger

En marge de la présentation de sa série "Truth and Power" à Berlin, Le Billet s'est entretenu avec le réalisateur américain Brian Knappenberger pour une discussion candide.

0
195
Brian Knappenberger © Tyler Curtis
Image © Tyler Curtis. Droits réservés.

Après avoir vu les deux premiers épisodes de la série Truth and Power, j’ai pu parler pendant près d’une demie-heure avec Monsieur Brian Knappenberger à propos de divers thèmes centraux à sa série, tels que la politique, les abus de pouvoir ou encore le rôle des gouvernements, mais aussi à propos de sa vision du monde et des Etats-Unis. Notre discussion aurait pu durer bien plus longtemps, mais les propos qu’il partage ici sont toujours d’actualité.

Brian Knappenberger est un réalisateur, producteur et scénariste primé de films documentaires, des pièces faites tant pour le cinéma que la télévision. Son long métrage le plus récent, The Internet’s Own Boy: The Story of Aaron Swartz, a eu sa première au Sundance Film Festival et fut récompensé du meilleur scénario par le Writers Guild Award. Il a aussi réalisé We Are Legion: The Story of the Hacktivists, qui explore le group Anonymous et chronique une année entière de la vie en ligne.

Si vous voulez du cinéma engagé sur les thèmes modernes et difficiles, vous apprécierez le travail de Monsieur Knappenberger. Cependant, il n’y a pas encore d’informations concernant une sortie en Suisse de la série.

Propos recueillis et traduits par Mark Kuzmanic

Version française plus bas.

BK : Brian Knappenberger
MK : Mark Kuzmanic

MK: Why is this project called “Truth and Power”?

BK: Truth and Power is a way of looking at the battle for information and truth that sometimes either undermines power or gives power to those that are seeking to right a wrong, or fight back against abuse.

MK: How do you think that those two concepts, truth and power, interact with each other? Do you believe that truth grants power, or does it takes it away?

BK: We live in a world where information is, clearly, power. That’s one aspect to it. But maybe the more important aspect is that in a democracy, presumably, we are supposed to elect people that are representative of us, people whom we trust with power. But how can you do that, unless you know the truth about what is happening? How can you participate in a democracy and elect representatives if you don’t know the truth? I think that as a journalist, or as a filmmaker, you’re fighting for that truth in order to better inform people, so that they can make decisions about who is in power.

MK: The topics in your first two episodes made me think of Jean-Jacques Rousseau and The Social Contract. Rousseau argues that humans created the concept of government and gave away some of their power and privacy in order to fulfil tasks that we couldn’t do as individuals. Do you believe in that sense that privacy is an antiquated concept?

BK: No. No, I don’t…well, when they’re talking about that, talking about the limits of giving up privacy and power for the collective good, most people would understand that there are, within reason, those kinds of trade-offs that need to be made. But what we are talking about is something vastly more complex than that. Giving up too much power and privacy is clearly not in our best interests, so it’s not an all-or-nothing bargain; it’s a considered approach to privacy and to power. I believe that the digital age offers an entirely new realm of potential abuse of those powers, and that the notion that privacy or other freedoms are antiquated is really something that is being pushed upon by people who want more power.

« The notion that privacy [is] antiquated is really something that is being pushed upon by people who want more power. »

MK: Coming back to a question about the show, how did the choice of Maggie Gyllenhaal come about as the narrator?

BK: It’s rare to have a female voice as a narrator, and that’s something we really wanted. When we first figured that out, when we decided that we would have a narrator as part of the series, we started to consider whom that person might be. Maggie was my first choice.

MK: Did you want somebody famous?

BK: Fame was part of the consideration, but Maggie also took part in a short, anti-surveillance piece I directed a couple of years ago, and that’s when I first met her. I knew her, and I thought she would be perfect for this. Plus, I know that she cares for these issues already, so it was a very nice fit.

MK: How did you go about structuring this whole series of 10 episodes of 30 minutes? You mentioned that each episode would have its own area of focus, but will they be touching on contemporary issues in America, or will it be worldwide issues?

BK: Some of them are generally based on America, but most of them have international repercussions, like the malware episode.

MK: So how did you select those themes that we will see in the episodes and how did you shoot your footage?

BK: Thematically, we were looking at stories that were all about abuses of power and about people fighting back against that abuse. That’s where all the episodes go, as well as the battle for information that I mentioned earlier, which is at the heart of being a true participant in democracy. That is the unifying theme. We realised that there were compelling personal stories of people fighting those abuses in various different areas. But the first thing to remember is that we are storytellers, so we were looking for stories that were extremely compelling, so that the average person could connect with this series on a basic human level, and then maybe learn about all the other elements. Finally, all of these elements were areas that we were interested in investigating ourselves. As for filming, we travelled extensively across the entire United States; we were nearly constantly on the road for close to the six months it took us to create this. We were tracking down everyone we could in order to learn about these issues. We moved pretty quickly, since we wanted to showcase the topics rapidly to the public in order for them to stay relevant. Ironically, most of the elements got even more relevant as time went on.

MK: In the #BlackLivesMatter episode, we see that some activists and some militants do represent a threat to society, by looting or exhibiting violent behaviour. If we assume that it is the government’s prerogative to ensure order, and we trust the government to do that, where do we draw the line about its legitimacy to put added surveillance on some activists, versus it becoming a racial issue?

BK: Clearly, the real question is where do you draw that line. Nobody would argue that people don’t break the law occasionally, or that there are no criminals or “bad” people in the world. So the question becomes “how far can the police go in order to find those people” and “In which ways are we going to give up our civil liberties and our power in order to give them the tools to do so”. We could stop all crime in the world, if we just locked everybody in his or her house. You could imagine that world in which there was no crime, but that’s a world I think not many people would want.

MK: A sort of Minority Report aura.

BK: Obviously. So the question is always about that line. And I think that the thing that is so upsetting and frustrating to so many people is that we haven’t had a discussion about where that line should be drawn. The government has just adopted these new technologies, which are already in so many people’s lives, and crossed that line. Surveillance is one good example. What people are upset about is not necessarily the surveillance itself, because many people that I have talked to would never say that there is no reason for surveillance. The problem is that you are collecting the information of millions, of innocent people, in order to find that one needle in the haystack. That mass data collection of people that aren’t suspected of crimes, perfectly innocent, good people, is an issue. We have very strict laws in the United States, the 4th amendment of the Constitution for example, which is a huge thing, laws that say the government can’t search a person unless they have due process and unless they have a warrant from a judge. This isn’t happening with these new technologies, and that’s arguably way more invasive than if the police were to break into somebody’s house, since the contents of your smartphone have so much information about you. That is what has upset people. You used the word “trust”, and I think that’s the right word, because there has been a rupture in trust once these things have been discovered and the people found out the government has transgressed its limits.

« The thing that is so upsetting and frustrating to so many people is that we haven’t had a discussion about where that line should be drawn. »

MK: At the beginning of the #BlackLivesMatter episode, we see a founder of the movement complain about political candidates not doing enough for African-Americans, and saying that militants of the movement would not vote for them. What would you say to those people when you look back on eight years of your first African-American president? There seems to be resentment, even amongst African-Americans, towards president Obama.

BK: I think that’s true. I’ve been a critic of Obama, but in the end I do think he will be remembered fondly. I think that some people were disappointed that he didn’t go far enough with some of the changes we hoped he would make. Clearly, criminal justice is one of those things. We have a huge problem with mass incarceration in the United States.

MK: Which is a privatised system in the United States, correct?

BK: Some is, some isn’t. The fourth episode of the series is about that. There are people who are trying to completely privatise it, and it’s an awful idea. The majority is still inclined to keeping a federal prison system, but this effort to privatise has been a disaster. We’re actually trying to end that. But overall, there clearly is a problem with our criminal justice system that unfairly targets poor and minority citizens in the United States.

MK: And that’s a fact?

BK: No question. I mean, it’s an opinion I guess, but look at the statistics and what we do know. The United States has 5% of the world’s population, but 25% of the world’s prisoners. The vast majority of those are poor and minority citizens. We have a system that treats you better if you are rich and innocent than if you are poor and guilty, and that system is broken. Many people thought that Obama might be the president to do something about it, and he didn’t. There is a lot of political pressure, typically in the United States, to “lock-up the bad guys”. There is huge political pressure to get tough on crime, all since the 1980s. And it’s not until midway through the Obama administration that people started to get pissed about it. That’s ultimately how any political change happens; it doesn’t happen without people getting angry, standing up and wanting change. Obama ran on the same “get tough on crime” motto that everybody ran on, and he didn’t want to make it seem like he wouldn’t be tough on crime, but he finds himself at the end of his term in a very different world where, to his great shame, he did not do enough to solve the problem of broken criminal justice in the United States.

« [Political change] doesn’t happen without people getting angry, standing up and wanting change. »

MK: If there were one thing you want viewers to take from your series, what would it be?

BK: Participate. Stand up. Make a difference. What you see in the series are people who are risking quite a bit. So remember that you actually can make a difference. People seem to think that they can’t make a difference, but when other people join and it becomes a group, then it’s amazing how quickly things change when people show up. Just demand it. Things change quickly in the United States. People who are battling apathy don’t realise that. That’s what I would do, because I’m meeting people who are risking something. And it’s not risking to the extend of living your whole life in exile like Edward Snowden, or risking prison, but it’s about standing up for what you believe in and using everything at your disposal, technological or otherwise, to make a difference.

MK: So you believe that the keyboard warriors only sitting behind their social networks and ranting can play their part?

BK: I think they are an element of it, but they are not the only one. One thing that social media does extremely well is to spread an idea, and that’s what so great about them, but it takes a little more in order to get people in the streets, to sign petitions or to demand action. The keyboard warriors are an initial element, since I believe that today you can’t get anything going without social media, but it’s not that alone.

MK: With such engagement, how do you stop people from taking extreme or violent actions?

BK: Well…you don’t really. I’ve met so many different people who are at various levels of breaking the law. Some people are clearly law-abiding citizens, who should not be harassed or bothered, and those model citizens should even be encouraged. Then there are people who brush against the edges of the law on purpose. I certainly don’t encourage breaking the law. I am still firmly in the camp that believes one should work within the law to make changes. But there is everywhere in the world, and notably in the United States, a tradition of civil disobedience, and I’m sympathetic to that.

MK: Your country was born on civil disobedience after all.

BK: Exactly! We were born on civil disobedience and those are some of the moments in History that we cherish; people who break the law intentionally because they believe that the law is wrong. The Civil Rights movement was a big deal with this. This is Rosa Parks, this is Martin Luther King, this is Malcolm X. Those people and groups brought change, such as the voting laws. Personally, I tend to believe in the least restrictions on freedom. More people should be actively involved, but I don’t necessarily agree with all its manifestations.

« [The United States] were born on civil disobedience and those are some of the moments in History that we cherish. »

MK: As a filmmaker, how would you say that culture and filmmaking can open that debate?

BK: Filmmaking and journalism get the word out. Those are my tools, and the tools I chose to engage with. It’s the notion that, by uncovering, digging and dislodging this truth that has been hidden by powerful people and bringing it to light, it makes a difference. More so, it is critical to a well-functioning democracy. That’s the basic premise of being a journalist, sometimes even in the face of long odds. It’s tough to change people’s opinion, no question.

MK: In closing, what can you tell us about your next project?

BK: For me, I’ll keep on making more films like these. They will still be engaged projects, challenging the status quo and political power structures. I’ll still be looking into new and bizarre forms of abuse that come alongside these new technologies, that have a lot of promise, but that are also very dangerous. It’s important to learn their downsides and their complex nature.

MK: Thank you very much!

Version française

MK: Pourquoi avoir nommé ce projet « Truth and Power » (la vérité et le pouvoir)?

BK: C’est une façon de voir la lutte pour l’information et la vérité qui soit affaiblit ou renforce ceux qui cherchent à faire les choses justes, ou à lutter contre les abus.

MK: Comment voyez-vous l’interaction entre ces deux concepts, entre la vérité et le pouvoir? Pensez-vous que la vérité donne du pouvoir, ou bien l’ôte?

BK: Nous vivons dans un monde où l’information, clairement, représente une source de pouvoir. C’est un aspect indéniable. Mais l’aspect encore plus important est que dans une démocratie, en théorie, nous devons élire des personnes qui nous représentent, des personnes auxquelles nous faisons confiance avec le pouvoir. Mais comment peut-on faire cela, sans savoir la vérité de ce qui se passe vraiment? Comment pouvez-vous participer dans une démocratie et élire des représentants si vous ne connaissez pas la vérité? Je crois qu’en tant que journaliste, ou cinéaste, vous vous battez pour cette vérité afin de mieux informer la population, afin qu’elle puisse effectuer des décisions avisées à propos de qui sera élu au pouvoir.

MK: Les sujets de vos deux premiers épisodes m’ont fait penser à Jean-Jacques Rousseau et Du Contrat Social. Rousseau avance que l’être humain créa le concept de gouvernement et céda une partie de son pouvoir ainsi que de sa vie privée afin de réaliser des tâches que l’on ne pourrait pas faire en tant qu’individus. Dans ce sens, pensez-vous que le concept de vie privée est désuet?

BK: Non. Non, pas du tout…enfin, quand ils en parlent, lorsqu’ils parlent des limites de céder de son intimité et son pouvoir au profit du bien collectif, la majorité des gens comprennent qu’il y a, dans une mesure sensible, ce genre d’échanges qui sont inévitables. Mais on parle ici de quelque chose de bien plus complexe ici. De céder trop de son pouvoir ou de son intimité n’est clairement pas dans nos meilleurs intérêts, donc ce n’est pas une proposition absolue; c’est une approche mesurée à la vie privée et au pouvoir. Je crois que l’ère numérique offre tout un nouvel éventail d’abus potentiels de nos pouvoirs, et que la notion que la vie privée ou toutes autres formes de liberté sont désuètes est au final un argument avancé par des personnes qui veulent accumuler davantage de pouvoir.

« La notion que la vie privée [est] désuète est au final un argument avancé par des personnes qui veulent accumuler davantage de pouvoir. »

MK: Une question à propos de la série en soi, comment avez-vous choisi Maggie Gyllenhaal en tant que narratrice?

BK: C’est rare d’avoir une voix féminine pour la narration d’un film, et c’est quelque chose que nous voulions vraiment incorporer. Lorsque nous avions initialement décidé d’incorporer de la narration dans la série, l’équipe s’est mise à chercher qui cette personne serait. Maggie était mon premier choix.

MK: Vous vouliez quelqu’un de célèbre?

BK: La célébrité faisait partie des débats, mais Maggie avis également pris part à une brève vidéo contre la surveillance que j’avais réalisée il y a quelques années, et c’est là que je l’avais rencontrée pour la première fois. Je la connaissais et je pensais qu’elle serait parfaite pour ce projet. De plus, je sais que cette problématique lui tient à cœur, donc c’était un bon mélange.

MK: Comment avez-vous abordé la structure de cette série en 30 épisodes de 10 minutes? Vous avez mentionné que chaque épisode aurait son propre sujet, mais ces sujets seront-ils propres aux Etats-Unis ou bien sont-ils des thématiques mondiales?

BK: Certains sont centrés sur les Etats-Unis, mais la majorité a des répercussions internationales, tels que l’épisode sur le piratage.

MK: Du coup, comment avez vous sélectionné ces sujets et comment avez-vous filmé les épisodes?

BK: Thématiquement, nous étions à la recherche d’histoires qui parlaient d’abus de pouvoir et des personnes qui luttent contre cet abus. C’est où mènent tous les épisodes, en plus de cette bataille pour l’information dont je parlais plus tôt, qui est au cœur d’être un authentique acteur d’une démocratie. C’est le fil rouge de la série. Nous avions ainsi découvert tellement d’histoires fascinantes de personnes qui luttaient contre ces abus dans différents domaines de la vie. Mais il faut se souvenir que, avant tout, nous racontons des histoires, donc nous cherchions quelque chose de tellement emphatique que n’importe quel spectateur puisse ressentir une connexion humaine, et après s’intéresser aux thèmes. Pour finir, tous ces thèmes étaient des éléments que nous étions intéressés de rechercher d’un point de vue personnel. Concernant le tournage, nous avions énormément voyagé à travers les Etats-Unis; nous étions quasi-constamment sur la route pendant les six mois qu’il nous a fallu pour réaliser cette série. Nous cherchions toute personne qui avait quelque chose à dire à propos des sujets retenus. On avançait rapidement, car nous voulions présenter ces sujets au grand public tant qu’ils étaient d’actualité. Ironiquement, la plupart des thèmes deviennent de plus en plus pertinents au fil du temps.

MK: Dans l’épisode #BlackLivesMatter, on voit que certains activistes et militants représentent effectivement un danger pour la société en pillant et exhibant des comportement violents. Si l’on assume que c’est la prérogative du gouvernement d’assurer l’ordre, et nous faisons confiance au gouvernement pour le faire, où plaçons-nous la limite entre une surveillance légitime de certains activistes, et à quel point cette surveillance devient une problématique raciale?

BK: Clairement, la question importante est où se place cette limite. Personne ne dira que des gens ne transgressent pas la loi occasionnellement, ou qu’il n’y a pas de criminels ou de « mauvaises » personnes sur la planète. Du coup, la question devient « jusqu’à où la police peut-elle aller pour trouver ces personnes » et « De quelle façon allons-nous céder nos libertés civiques ainsi que notre pouvoir pour leur donner les outils pour le faire ». Nous pourrions arrêter tout crime sur terre, si nous enfermions tout le monde dans leur maison. Nous pourrions imaginer ce monde sans crime, mais je pense que peu de personnes souhaiteraient ce genre de monde.

MK: Une aura de Minority Report.

BK: Voilà. Donc la question reste toujours à propos de cette limite. Et je pense que ce qui est très contrariant et frustrant pour de nombreuses personnes est que nous n’avons jamais eu une discussion à propos d’où cette limite devrait être tracée. Le gouvernement a simplement adopté ces nouvelles technologies, qui sont omniprésentes dans la vie des gens, et a transgressé cette limite. La surveillance en est un bon exemple. Ce qui frustre les gens n’est pas la surveillance en soi, car de nombreuses personnes auxquelles j’ai parlé ne diront jamais que la surveillance est complètement inutile. Le problème est que vous collectez les données des millions de personnes, d’innocents, afin de trouver une aiguille dans une botte de foin. C’est la collecte en masse de données de personnes qui ne sont pas suspectées d’un crime, des personnes totalement innocentes, de bonnes personnes, qui pose problème. Nous avons des lois très strictes aux Etats-Unis, le 4ème amendement de la Constitution par exemple, qui est quelque chose de massif, des lois qui disent que le gouvernement n’a pas le droit de fouiller des individus hors d’un processus strict et sans mandat d’un juge. Cela n’est pas respecté avec ces nouvelles technologies, et c’est quasiment plus intrusif que si la police venait à entrer par effraction dans votre domicile, car votre smartphone contient tellement d’informations sur vous. C’est ça qui a fâché la population. Vous avez utilisé le mot « confiance », et je pense que c’est le mot correct, car la confiance s’est évaporée lorsque ces éléments furent exposés et le public a pris conscience que le gouvernement a dépassé les limites.

« Ce qui est très contrariant et frustrant pour de nombreuses personnes est que nous n’avons jamais eu une discussion à propos d’où cette limite devrait être tracée. »

MK: Au début de l’épisode #BlackLivesMatter, on voit une fondatrice du mouvement se plaindre que les candidats politiques ne font pas assez pour les Afro-Américains, et que les militants du mouvement ne voteraient pas pour eux. Que diriez-vous à ces personnes quand vous analyserez les huit années de présidence de votre premier président Afro-Américain? Il semble y avoir beaucoup de rancœur envers le président Obama, même au sein de la communauté Afro-Américaine.

BK: Je pense que c’est vrai. Je suis critique d’Obama, mais au final je pense qu’il sera bien vu avec du recul. Je pense que certaines personnes furent déçues qu’il ne soit pas allé assez loin avec les réformes que nous espérerions qu’il amènerait. Le système pénal, la justice criminelle est clairement une de ces choses. Nous avons un énorme problème avec l’incarcération massive aux Etats-Unis.

MK: Le système des pénitenciers aux Etats-Unis est privatisé, non?

BK: Certains le sont, d’autres non. Le quatrième épisode de la série traite de ça. Certaines personnes tentent de le privatiser entièrement, ce qui est une idée catastrophique. La majorité est toujours d’avis à garder un système fédéral des prisons, mais cette tentative de privatisation était un désastre. On essaie de mettre une fin à ça. Mais dans sa globalité, il y a clairement un problème avec notre système de justice qui cible de façon injuste les pauvres et les minorités aux Etats-Unis.

MK: C’est un fait, ça?

BK: Aucun doute. Enfin, c’est mon opinion au final, mais regardons les statistiques et ce que l’on sait. Les Etats-Unis représentent 5% de la population mondiale, mais 25% des prisonniers du monde. L’écrasante majorité de ceux-là sont des citoyens pauvres et des minorités. Nous avons un système qui vous traite mieux si vous êtes riche et innocent que si vous êtes pauvre et coupable, et ce système ne fonctionne pas. De nombreuses personnes croyaient qu’Obama serait le président qui ferait quelque chose pour y remédier, mais il ne l’a pas fait. Il y a une grande pression politique, typiquement aux Etats-Unis, de « mettre les malfrats en taule ». Il y a énormément de pression politique de durcir le ton contre le crime, et ce depuis les années 1980. Et ce n’est qu’à la moitié de la présidence d’Obama que les gens commençaient à l’énerver de la situation. Au final, c’est comme ça que se produit le changement politique; ça ne se produit pas sans colère populaire, sans que les gens manifestent et demandant du changement. Obama a effectué sa campagne sur ce même durcissement de ton contre le crime que tout le monde, et il ne voulait pas être perçu comme quelqu’un qui ne serait pas intraitable face au crime, mais il se trouve à la fin de son mandat dans un monde bien différent dans lequel, à son grand blâme, il n’a pas fait assez pour résoudre le problème du système judicaire défectueux aux Etats-Unis.

« [Le changement politique] ne se produit pas sans colère populaire, sans que les gens manifestent et demandant du changement. »

MK: Si les spectateurs devaient retenir une seule chose de votre série, laquelle serait-ce?

BK: Participez. Allez de l’avant. Faites une différence. Vous voyez dans la série des personnes qui encourent des risques considérables. Donc souvenez-vous que vous pouvez faire la différence. Les gens semblent penser qu’ils ne feront rien changer, mais lorsque d’autres personnes participent et cela devient un groupe, c’est incroyable à quelle vitesse les choses changent lorsque les gens se manifestent. Faites savoir vos exigences. Les choses changent rapidement aux Etats-Unis. Les gens apathiques ne réalisent pas ça. C’est ce que je ferais, car je rencontre des gens qui risquent quelque chose. Et ce n’est pas un risque de vivre sa vie en exil comme Edward Snowden, ou bien un risque de finir en prison, mais il s’agit de défendre ce en quoi l’on croit et d’utiliser tous les moyens à disposition, technologiques ou autres, pour faire la différence.

MK: Vous pensez donc que ces militants du clavier, qui ne font que de rester assis derrière leurs réseaux sociaux et ventiler leur frustration ont leur rôle à jouer?

BK: Je pense qu’ils représentent une facette du mouvement, mais seulement une. Une chose que les réseaux sociaux font exceptionnellement bien est la propagation des idées, et c’est l’attrait des réseaux sociaux, mais il faut en faire un peu plus pour amener les gens dans la rue, pour faire signer des pétitions ou pour exiger de l’action. Ces guerriers virtuels sont un élément initiateur, car je pense qu’aujourd’hui on ne peut rien faire sans les réseaux sociaux, mais ce n’est pas tout.

MK: Avec un tel engagement, comment empêche-t-on un comportement extrême ou violent?

BK: Eh bien…on ne peut pas vraiment l’empêcher. J’ai rencontré tellement de personnes qui sont à différents degrés d’illégalité. Certains sont clairement des gens respectueux de la loi, qui ne devraient pas être harcelés ou dérangés, et ces citoyens modèles devraient être encouragés. Après, il y a certaines personnes qui font exprès de frôler l’illégalité. Je n’encourage certainement pas d’être hors-la-loi. Je suis toujours fermement dans le camp d’opérer dans les limites de la loi pour opérer le changement. Mais il y a partout dans le monde, et particulièrement aux Etats-Unis, une tradition de désobéissance civile, et je comprends cela.

MK: Votre pays est d’ailleurs né sur une sorte de désobéissance civile.

BK: Exactement! Nous sommes nés suite à de la désobéissance civile, et ces mouvements sont des éléments de notre Histoire que l’on célèbre; des individus qui enfreignent la loi car ils sont convaincus que la loi est injuste. Le mouvement des droits civiques en était une représentation majeure. Ce sont les Rosa Parks, les Martin Luther King, les Malcolm X. Ces gens et ces groupes ont amené du changement, tels que sur le droit de vote. Personnellement, je crois en le moins de restrictions possible à nos libertés. Davantage de personnes devraient être activement impliquées, mais je n’approuve pas de toutes les formes de manifestation.

« [Les Etats-Unis sont] nés suite à de la désobéissance civile, et ces mouvements sont des éléments de notre Histoire que l’on célèbre. »

MK: En tant que cinéaste, comment pensez-vous que la culture et le cinéma peuvent ouvrir ce débat?

BK: Le cinéma et le journalisme dévoilent des choses. Ce sont mes outils, et les outils avec lesquels j’ai choisi de m’engager. C’est la notion qu’en découvrant, creusant et en débloquant cette vérité qui est cachée par des gens de pouvoir et en l’exposant au grand jour, cela fait une différence. De plus, ceci est critique dans le fonctionnement d’une démocratie saine. C’est le postulat de base d’un journaliste, même face à des situations périlleuses. C’est difficile de faire changer une personne d’avis, aucun doute là-dessus.

MK: Pour terminer, que pouvez-vous nous dire à propos de votre prochain projet?

BK: Pour moi, je continuerai à faire d’autres films comme celui-ci. Ce seront toujours des projets engagés, qui remettent en question le statut quo ainsi que les structures politiques. Je creuserai toujours les risques et les étranges formes d’abus qui viennent avec l’avènement des nouvelles technologies, qui sont pleines de possibilités, mais aussi très dangereuses. Il est important de connaître leurs failles et leurs natures complexes.

MK: Merci beaucoup!