Drake & Future – What A Time To Be Alive

Une collaboration rêvée devenue réalité.

0
947
Drake & Future - Image droits réservés

[vimeo 139726701 w=500 h=281]

Que cela soit dans le milieu cinématographique, de la musique ou encore du sport entre autres,  il y a des années fortes en émotion et d’autres qui s’avèrent être plus facile à oublier. Cela peut être causé par une année riche en qualité de films ou une autre plutôt pauvre et moins excitante. 2015 est, pour le monde du rap, une année inoubliable. Productive, dynamique mais surtout sur le plan qualitatif, remarquable, les fans du rap ont été pourri-gâtés cette année. Kendrick Lamar, Big Sean, A$AP Rocky, Lupe Fiasco, Vince Staples, Drake et surtout Future. La quintessence du rap game nous a fourni leurs meilleurs projets sur ces trois derniers trimestres. Mention spéciale aux deux derniers cités, qui marchent sur l’eau actuellement après avoir sorti quatre opus de très bonne qualité à eux deux (!). Pour une comparaison, ces deux derniers sont au rap comme Messi et Cristiano sont au monde du football.

Et surprise, il ne manquait plus que les deux compères sortent un projet collaboratif et c’est chose faite! Intitulé modestement What A Time To Be Alive, il ne va pas sans dire que les attentes placées sur ce projet sont hautes grâce à la productivité et la qualité des morceaux que nous livrent les deux rappeurs jusqu’à maintenant. De plus, jamais une aussi grosse collaboration entre deux mastodontes du hip hop a été reproduite depuis celle de 2008 lorsque Jay Z et Kanye West avaient fait de même avec Watch The Throne. D’ailleurs, la pochette des deux albums, la première avec des ornements dorés et la deuxième argentée remplie de diamants, sont assez similaires.

http://www.billboard.com/files/styles/review_410/public/media/Future-Drake-Album-Art-2015-Billboard-650x650.jpg
Drake & Future – What A Time To Be Alive – Image droits réservés

Mais au fond, que retrouve-t-on dans ce projet de onze titres ? Eh bien la structure est assez simple. Premièrement, il y a neuf morceaux où l’on retrouve les deux artistes dessus. Ensuite, sur les deux derniers, il s’agit de solos où chaque rappeur englobe sa propre ambiance dans son morceau, un Jersey très sirupeux où Future fait du Future suivi par un 30 for 30 Freestyle ou Drake délivre un flow propre et maîtrisé qui accompagne des boucles de pianos et une voix d’arrière-fond paisible mais modifiée par son producteur de toujours; Noah ’40’ Shebib.

Les neuf autres morceaux, eux, s’alternent entre des mélodies plutôt douces et chantées et d’autres énergiques et plus synthétisées. Pour les premières, on retrouve les excellentes Diamonds Dancing et Plastic Bag qui excellent au niveau des hooks accrocheurs qui sont impossibles à oublier après les avoir écoutées deux fois. Le rythme, lui, s’avère être très lent mais Drake et Future maîtrisent à la perfection l’alternance. En effet, lorsqu’il s’agit de passer à des titres plus motivants comme le monstrueux Big Rings (la performance de Drake est ici remarquable) ou le tourmenté Digital Dash qui sert également comme introduction de l’opus, les deux artistes n’ont aucun mal à élever leur voix et leur tempo pour compléter l’ambiance transmise par Metro Boomin’.

Effectivement, ce dernier s’impose sans contestation comme étant l’un des producteurs phares de l’année. Travailleur de l’ombre, le jeune producteur s’offre ici le luxe d’être le producteur exécutif de l’album ce qui lui permet de rendre une certaine homogénéité lors de l’écoute du projet. Doué, créatif et talentueux dans ses productions, le petit Metro collectionne d’un côté des hits, et de l’autre, des instrumentales plus mielleuses sur WATTBA.

Cependant, tout n’est pas rose dans ce projet car même si les deux artistes assurent dans leur prestation, il manque cette petite touche de folie et d’originalité qui donnerait un coup de boost lors de l’écoute de l’album. En effet, même si Jumpman est un des meilleurs morceaux de l’album et qu’un jeu a été créé (oui, oui… cliquez ici!) suivant la thématique du titre, il incarne la philosophie de l’album. C’est-à-dire des titres efficaces, accrocheurs mais trop basiques quelques fois pour combler l’auditeur (I’m The Plug, Change Locations).

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=o–4sXVvPns]

Bien entendu, il fallait presque s’attendre à quelques (petites) déceptions lorsqu’un duo pareil annonce la sortie d’un album officiel. Mais WATTBA reste tout de même un album de qualité qui est prêt à se ranger dans la (très longue) liste de projets sortis cette année. L’alchimie entre Future et Drake passe bien et chacun complète l’autre ou amène sa petite touche personnelle même si ce dernier sort vainqueur en terme de prestation individuelle. Oui, car son couplet sur Scholarships demeure l’un de ses meilleurs dernièrement avec ce changement radical de flow et de ton qu’il prend au milieu de la prestation. C’est comme s’il fallait à la fin, un album commun entre les deux pour désigner le grand vainqueur de cette année 2015 qui est loin d’être finie…

Kevin Pereira Negri