Travi$ Scott – Rodeo

Que vaut le premier projet solo de Travi$ Scott?

0
1680
Travi$ Scott - Image droits réservés

Lorsqu’il a quitté Houston et sa famille pour entamer une vie d’artiste à Los Angeles, il se murmure qu’il ait erré dans les rues pendant une brève période. Fausse anecdote ou pas, Travi$ Scott se trouve actuellement à des années lumières de cette étape-là. En effet, après avoir atterri à la cité des Anges, il se fait connaître par T.I. et par un ingénieur du son de Kanye West qui le met de sitôt en contact avec ce dernier. Entouré par deux cadors du rap game, Jacques Webster, de son vrai nom, signe un deal chez Grand Hustle et Very G.O.O.D. Beats la maison de disque de T.I. et celle de Yeezus respectivement (pour ce dernier, il s’agit d’un label dédié entièrement aux producteurs).

Travi$ Scott – Rodeo – Image droits réservés

Et depuis, le jeune artiste de 23 ans est en constante ascension. Cette année-là, il sort sa première mixtape (projet gratuit) intitulée Owl Pharaoh qui fait beaucoup parler de lui non seulement pour la qualité de ses productions (Bad Mood/Shit On You) mais aussi pour sa vision artistique et sa fougue dans ses clips vidéo où il se paie le luxe d’avoir les apparitions de T.I. ou 2 Chainz dans Upper Echelon par exemple. Souvent comparé à Kanye West par ses délires instrumentaux, Travi$ n’a pas la meilleure technique derrière le micro mais il compense ce défaut par son agressivité et sa hargne qui sont accompagnés par des chants régulièrement autotunés à sa façon.

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=X4MSlFq8bNI]

S’en suit 2014, l’année où le rappeur/producteur sort Days Before Rodeo. Un deuxième projet gratuit qui sert de prélude à son premier album studio qui sera intitulé Rodeo. Cet opus gratuit de douze titres fera l’unanimité dans le monde du rap (noté 96% sur HotNewHipHop, l’un des plus grands sites de ce genre musical). En sortent des morceaux qui marqueront l’année 2014 comme le sulfureux Mamacita avec Young Thug (Check, Stoner) et Rich Homie Quan (Type Of Way, Walk Thru) ou Drugs You Should Try It, un titre parfait pour vous accompagner lors d’une promenade nocturne dans le désert planant du Nevada.

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=RH9kl6XZixo]

De ce fait, après une longue traversée du désert, LaFlame (c’est ainsi qu’il se fait appeler) débarque sous les feux des projecteurs avec Rodeo en ce mois de septembre. Continuant sur la même veine que son précédent, l’album s’avère être toutefois plus soigné et mieux dirigé. Accompagné tout au long par des narrations de T.I., on est vite immergé dans une autre galaxie entièrement imaginée et créée par Scott. Comme à son habitude, ses instrumentales s’avèrent être le point fort de ses morceaux. En effet, non seulement l’artiste est le producteur exécutif de l’album, mais on retrouve la crème de la crème du rap game au niveau des producteurs comme le génie Metro Boomin (The Blanguage), l’amoureux des synthés qu’est Sonny Digital (Tuesday), le californien DJ Dahi (Money Trees), ou encore le co-producteur de la plupart des albums de Kanye ; Mike Dean pour ne citer que quelques-uns.

D’ailleurs, West fait aussi son apparition sur Piss On Your Grave. A la fois délirant et rocambolesque avec ce mélange de rock and roll et de synthétiseurs, le morceau se laisse désirer et mets du temps à s’apprécier. Étant à la limite de crier, Kanye s’emballe comme à son accoutume lorsqu’il est dans son univers et Travi$ fait son job. Petite anecdote, le titre pourrait être influencé par un certain Machine Gun de Jimi Hendrix. En parlant d’influence, Travi$ Scott nous livre plusieurs morceaux où le rythme, le tempo voire la mélodie du morceau changent radicalement pour laisser suite à une fin complètement différente. Cette influence viendrait de Watch The Throne, l’album en commun de Jay Z et Kanye West (encore lui) sorti il y a maintenant quatre ans. Un album qui a vraiment laissé son empreinte dans le milieu du hip-hop. Oh My Dis Side, le fabuleux 90210 ou encore le violent et ensuite paisible Ok Alright, sont les morceaux qui présentent deux parties vraiment distinctes au sein d’un seul titre.

Déjanté, altruiste, créatif ou encore hétérogène, c’est les adjectifs qui pourraient qualifier Rodeo. Un OVNI pondu tout fièrement par un alien perdu dans un monde hip-hop qui évolue sans cesse. Incarnant incontestablement la nouvelle génération new-school de ce genre, le natif de Houston n’hésite pas à se lancer dans un rap plus expérimental comme le démontrent 3500, Antidote et Nightcrawler qui sont ici les meilleurs morceaux de l’album. Ce dernier mélange rap, chant, auto-tune ou encore fredonnements mélodieux. Le tout est agrémenté par des mélodies venant du futur comme ce bruit d’un robot qui avance et qui permet de faire le tempo de base du morceau. Accompagné par Swae Lee (No Type, No Flex Zone) et Chief Keef (Superheroes, I Don’t Like), ce titre fera sans aucun doute partie des meilleurs de l’année. Cependant, voulant aller trop de l’avant, l’artiste s’égare quelques fois dans cet album au risque de réaliser de bons morceaux mais qui n’ont pas forcément un lien avec l’atmosphère du projet (Apple Pie, Flying High). Vous l’avez compris, n’ayant pas le meilleur flow ni les meilleurs paroles du circuit, LaFlame compense cette faiblesse par une énergie époustouflante, d’excellentes mélodies innovantes et surtout des refrains accrocheurs totalement maîtrisés. Rodeo est donc un show texan dirigé par un Travi$ Scott comme rôle « d’entertainer » qui a pour but de monter sur ces vaches complètement agitées et de divertir le public tout au long de l’album. Et c’est réussi.