Cannes 2016 | Rester Vertical

L'excellence n'est pas au rendez-vous pour cette nouvelle oeuvre d'Alain Guiraudie.

0
714
Rester Vertical - Image droits réservés - © Les Films du Losange

Après le très bon L’inconnu du lac, Alain Guiraudie débarque sur la Croisette avec Rester Vertical, une aventure métaphorique où la sexualité et la nudité sont des thèmes récurrents.

Sac au dos, Léo (Damien Bonnard) part à la recherche du loup sur un grand causse de Lozère. Il croise le chemin de Marie (India Hair), une bergère qui promène son troupeau dans ces grandes étendues. Quelques mois plus tard, ils ont un enfant. En proie au baby blues, et sans aucune confiance en Léo qui s’en va et puis revient sans prévenir, Marie décide de les quitter. Avec un enfant sur les bras, Léo peine dans sa vie. Mais au fond, il y prend plaisir. Malgré tout, le jeune père ne travaille pas et commence à être à sec financièrement. Pauvre, voire SDF, il revient vers les causses du Lozère et repart à la traque du loup.

Alain Guiraudie – excellent avec son précédent film – nous expose un conte furieusement métaphorique mais cruellement vide. Débutant par un cinéma très contemplatif, Rester Vertical verse dans une oeuvre vide de sens, usant de subterfuges grossiers pour rythmer une histoire effleurée, voire prétentieuse par instant.

Nudité et homosexualité au centre des débats

Si la quête du loup est une simple métaphore, le récit traite avant tout d’un sujet récurrent : l’homosexualité. Alain Guiraudie met tout en oeuvre et insiste sur ce sujet, quand bien même il décide, subtilement, d’inverser les rôles entre la femme et l’homme. Peut-être un peu tiré par les cheveux, mais Guiraudie décide de bousculer les codes, de centrer sa mise en scène sur d’obscures personnages qui s’entremêlent entre eux, laissant apparaitre une attraction physique entre chaque personnage masculin. L’impression est telle, que nous avons le sentiment de prendre part à une partouze géante.

Rester Vertical - Image droits réservés - © Les Films du Losange
Rester Vertical – Image droits réservés – © Les Films du Losange

Sensiblement porté sur le sexe, Alain Guiraudie continue et insiste sur la nudité à l’écran. De nombreuses scènes le prouvent, comme cette scène malvenue de l’accouchement de Marie. Terriblement gênante et inutile dans le déroulement de l’histoire, cette séquence reflète l’attention toute particulière que le cinéaste apporte à tout montrer de la nudité, ou simplement de l’acte physique. Si bien que l’histoire en elle-même fait du surplace. Outre des petites escapades comiques dans une forêt en compagnie de Dr. Mirande (Laure Calamy), nombreux sont les séquences qui sonnent creux.

Loin de sa maitrise de sa précédente oeuvre, Alain Guiraudie s’enlise dans sa propre métaphore, nous dévoilant un film à la mélodie lourde, voire terriblement irritante. Un ensemble qui ne fonctionne pas – le casting ne semble pas à son affaire -, voguant entre cette quête initiatique et cette recherche de conviction personnelle. Rester Vertical ne fonctionne pas, tout simplement beaucoup trop subversif et ennuyeux.

Rester Vertical | Bande-annonce

Fiche technique :

Réalisé par : Alain Guiraudie
Date de sortie : 24 août 2016
Durée : 1h40min
Genre : Drame
Pays : France
Scénario : Alain Guiraudie
Photographie : Claire Mathon

Casting :

Damien Bonnard
India Hair
Raphaël Thiéry
Christian Bouillette
Basile Meilleurat
Laure Calamy
Sébastien Novac