Cannes 2015 : Mountains May Depart

0
1490
Mountains May Depart de Jia Zhang-ke - Image droits réservés

Sélection : Compétition

Chine, fin 1999. Tao, une jeune fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d’une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar. Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin.

Après le bon A Touch of Sin, Zhang-ke Jia propose de revivre le passage de l’an 2000, sur fond de romance. Une oeuvre sentimentale, froide, dans une Chine (encore) en sous-développement.

Mountains May Depart se situe, au début, en 2000 et nous sautons plusieurs années pour nous retrouver à notre époque, jusqu’à terminer en 2025. Un saut de génération, pour retrouver ce qu’il est advenu de nos protagonistes. Après avoir été heureux en ménage, le couple Tao et Zang son séparés. De cette relation est né le petit Dollar. Séparés par des milliers de kilomètres, Dollar est sans nouvelle de sa mère. Lui en Australie, elle en Chine. Comme abandonnée en route, Tao disparait du paysage après l’enfance de Dollar. Choix audacieux de Jia Zhang-Ke.

Petite virée en voiture pour le couple Tao et Zang - Image droits réservés
Petite virée en voiture pour le couple Tao et Zang – Image droits réservés

Délaissé, Lianzi s’exile dans une autre région. De retour dans la petite ville, Lianzi revient avec un enfant et une femme. Ce retour aux sources ouvre un nouveau chapitre au film. À ce moment là, Tao est déjà divorcée et séparée de son fils. Deux âmes meurtries se retrouvant des années plus tard, au même endroit. De là, nous sautons plusieurs années et retrouvons Dollar. L’adolescent vit en Australie et renie sa langue natale, il ne parle qu’anglais. Zang, devenu riche, vit une période difficile depuis son arrivée en Australie. Alcoolique, le père de Dollar ne s’entend plus avec son fils, la communication est coupée. Dollar veut voler de ses propres ailes…

Les changements d’époques sont amorcés avec sensibilité. Jia Zhang-Ke saute les années mais n’oublie pas les petits détails. Avec cette narration lente, le cinéaste chinois parle de crise identitaire, de distance avec une certaine minutie. Par contre, le scénario semble un peu réchauffé, voire même cliché. Zhang-Ke réalise un film qui nous présente la complexité de la vie, mais maladroitement. Une oeuvre sensible, mais Mountains May Depart ne déchaîne pas les passions.

Extrait :

 

Fiche technique :

Réalisé par : Jia Zhang-ke
Date de sortie : 9 décembre 2015
Durée : 2h
Genre : Drame, Romance
Nationalité : Chinois, français
Scénario : Jia Zhang-ke
Photographie : Nelson Yu Lik-wai

Casting :

Zhao Tao
Zhang Yi
Jing Dong Liang
Dong Zijian
Sylvia Chang
Han Sanming