Berlin 2015 : Queen of the Desert

0
927
Image droits réservés / berlinestanous.com

Une nouvelle aventure, mais cette fois, dans le désert pour ce deuxième jour dans la capitale allemande. En effet, Werner Herzog s’intéresse à Gertrude Bell, espionne et fonctionnaire anglaise, au début du XXème siècle. Miss Bell est appelée à défendre les intérêts britanniques dans cette partie du Moyen-Orient.

Avant le début de la projection, les échos semblaient pencher vers un film très académique, c’est bien ce qu’il ressort de Queen of the Desert. Sans prendre de gros risques, Herzog nous promène pendant 125 minutes, à suivre et épier l’histoire de cette femme aux nombreuses casquettes, Gertrude Bell. Pour interpréter cette femme, Nicole Kidman. L’australienne dont le jeu stéréotypé irrite, reste bien loin d’une performance de choix, loin d’une performance de l’acabit de Stoker, par exemple. Mais le casting ne se limite pas qu’à Kidman. Robert Pattinson, Damian Lewis, James Franco sont à l’affiche de Queen of the Desert.

Misant sur la carte de la romance, Herzog s’enferme dans un film « mielleux » et limité. Ce drame romanesque est plat et long, trop long. Les apparitions furtives de Pattinson, qui interprète Lawrence (clin d’oeil?), sont trop peu exploitées et passent en second plan. C’est bien Kidman qui s’approprie le film mais très maladroitement.

Pas fameux, voire barbant, Queen of the Desert ne prendra jamais son envol et se pose comme un biopic très moyen, pas assez approfondi, qui profite de quelques mélodies orientales pour nous plonger dans l’ambiance désertique qui accompagne ce biopic transformé en une curieuse fable romantique. Bien maigre, malgré des aspects intéressants, on reste déçu sans être catastrophé, tout comme Nadie quiere la noche.

Fiche technique :

Réalisé par : Werner Herzog
Date de sortie : prochainement
Durée : 125 minutes
Genre : Biopic, Drame
Nationalité : Américain, marocain

Casting :

Nicole Kidman
James Franco
Damian Lewis
Robert Pattinson

REVIEW OVERVIEW
Note
SHARE
Previous articleBerlin 2015 : Nadie quiere la noche
Next articleBerlin 2015 : 45 Years
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.