Au Fil d’Ariane

Le film se présente en tant que « fantaisie » signée Robert Guédiguian. Il s’agit plutôt d’un cauchemar.

0
275
Au Fil d'Ariane, par Robert Guédiguian
En salles le 18 juin.

Par où commencer?…Cette production est une catastrophe.

Non pas par n’importe quel aspect technique, mais de par le fait qu’elle n’a ni queue ni tête, ni histoire, ni direction, ni thème, ni acteurs probants dans leurs rôles, ni de rôles à proprement parler en fin de compte. Tout passe par la fenêtre pour laisser place à l’expression de Robert Guédiguian et de ses acolytes habituels, dans l’espoir futile que cette comédie burlesque nous divertira.

Mais peut-être je me trompe. Peut-être que le but n’était justement pas de faire un film ou de raconter quoi que ce soit. Peut-être qu’après dix-sept long-métrages, Monsieur Guédiguian avait un budget à dépenser et l’équipe de production avait envie de s’exprimer. On ne saura surement jamais.

Une des premières scènes nous met rapidement dans le ton de ce qui nous attend durant la prochaine heure et quarante minutes. À l’arrêt devant un pont-levis, Ariane (Ariane Ascaride, Les Neiges du Kilimandjaro, Marius et Jeannette) initie un flashmob sur du raï et pousse toute la population marseillaise présente à se lancer dans la danse.

La musique joue justement un rôle prépondérant, représentée par un mélange bizarre de Verdi, de Schubert et de Jean Ferrat…Elle remplace en outre souvent les dialogues entre les personnages pour tenter de communiquer les sentiments.

Revenons à notre Ariane dans son labyrinthe et son aventure rocambolesque. Le jour de son anniversaire, elle enchaîne les rencontres improbables à la suite. D’abord un jeune sur un scooter (Adrien Jolivet, Les Neiges du Kilimandjaro, Mains Armées) qui l’invite à un repas, ensuite le propriétaire d’un restaurant (Gérard Meylan, Les Neiges du Kilimandjaro, Mains Armées) qui est fréquenté par des retraités, en passant par un chauffeur de taxi (Jean-Pierre Darroussin, Les Neiges du Kilimandjaro, la Ritournelle) et un ancien gardien de zoo (Youssouf Djaoro, qui n’a lui pas joué dans Les Neiges du Kilimandjaro !). Si le film veut passer un message, la salle de presse n’a pas compris, à part le fait qu’Ariane souhaite aider tout le monde qu’elle croise, comme son homonyme de la Grèce antique.

Malheureusement, le film se prend beaucoup trop au sérieux pour être une comédie. Les seuls rires entendus émanaient de quelques frasques en franglais et des conversations d’Ariane avec une tortue. C’est d’ailleurs dès ce moment que l’on commence à soupçonner l’issue du film et comment tout se résoudra.

Au final, c’est bien dommage que le film ait décidé de se ranger dans le domaine du prévisible en trouvant une explication rationnelle du point de vue de l’audience. C’est comme si il n’assumait pas ce qu’il est, à savoir une œuvre abstraite et maladroite, mais au moins libérée de contraintes.

Le film est long, lourd et pénible. La seule chose que je voulais, c’est de trouver le vrai fil d’Ariane pour me sortir de là.

Noté : 1 / 5

Bande-Annonce

Casting

Ariane Ascaride
Gérard Meylan
Adrien Jolivet
Jacques Boudet
Lola Naymark
Youssouf Djaoro
Jean-Pierre Darroussin
Anaïs Demoustier

Détails

Date de sortie en Suisse: 18.06.2014
Réalisateur: Robert Guédiguian
Pays de production: France
Durée du film: 100 minutes
Genre: Comédie ?

(Images droits réservés)

SHARE
Previous articleSunday Summer BBQ | Playlist
Next articleJersey Boys
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!