Un zéro faute pour Moderat et Max Cooper au Montreux Jazz Festival

0
82
Max Cooper ©Droits réservés Daniel Balmat MJF 2016

Samedi dernier, peu avant que la Mannschaft ne se qualifie en demi-finale, les trois Berlinois de Moderat ont mis le feu au Montreux Jazz Festival. Après le passage très réussi de Max Cooper, le public s’est laissé porté par les sons effrénés des Allemands.

Il est 23h30, trois écrans devant les salles du LAB passent la rencontre entre l’Allemagne et l’Italie. Dehors, la foule s’amasse à la fin des concerts, à peine remise de ses émotions, pour crier devant la victoire de l’Allemagne aux tirs au but. C’est une soirée mémorable. Et pas seulement grâce au suspense du match.

Max Cooper ©Droits réservés Daniel Balmat MJF 2016
Max Cooper ©Droits réservés Daniel Balmat MJF 2016

Dès 20h, le public entre dans la salle agréablement tempérée du LAB pour se plonger dans l’univers physiologique de Max Cooper. L’artiste Nord-Irlandais, docteur en biologie, a fait battre les coeurs aux basses énergiques, profondes et maîtrisées. Le concert n’était pas qu’un plaisir à l’écoute. Le visuel mécanique, organique et stellaire a littéralement hypnotisé. L’expert en génétique a réussi à occuper l’espace et nous faire oublier le temps. Pas étonnant que son album Human, sorti en 2014, ait fait l’unanimité de la critique. Max Cooper avait remixé plusieurs morceaux des noms perçants de la scène électronique comme Nils Frahm et Olafurd Arnalds. Ce dernier s’emparera d’ailleurs du Montreux Jazz festival le jeudi 14 juillet accompagné de Janus Rasmussen. Les deux islandais, qui forment le groupe de techno minimale planante Kiasmos, promettent une excellente soirée aux côtés de Floating Points et Four Tet.

Moderat ©Droits réservés Daniel Balmat MJF 2016
Moderat ©Droits réservés Daniel Balmat MJF 2016

À 21h30, le concert se termine. Une quinzaine de minutes de pause au bord du lac, au crépuscule estivale, et les amateurs de festivités retournent dans la salle qui se remplit pour Moderat. S’ensuivent 120 minutes de concert exaltantes au milieu des cris, au rythme des anciens et des nouveaux sons du trio berlinois. La première note de Bad Kingdom porte la foule en délire, ce qui amuse le chanteur Sascha Ring: “On pourrait la passer comme ça toute la soirée!“. Le public en redemande et Moderat fait deux rappels. L’énergie du concert conquit tout le monde. Leur nouvel album III, réalisé en trois mois seulement, confirme le génie des artistes. Reminder et Running feront, sans aucun doute, le même effet que la première note de Bad Kingdom.

Max Cooper

Running du nouvel album de Moderat III

Reminder, III