The Light Between Oceans (Une vie entre deux océans)

"We can't keep her."

0
234
The Light Between Oceans - Image droits réservés - © Constantin Film

The Light Between Oceans. Avec un titre de cet acabit, le récit que nous conte Derek Cianfrance prend tout son sens. Quelques années après la Première Guerre mondiale, Tom Sherbourne (Michael Fassbender) reste reclus sur sa petite île inhabitée de Janus Rock, avec sa femme Isabel (Alicia Vikander). Seuls et heureux, les deux amoureux tentent désespérément d’avoir un enfant, mais Isabel accumule les fausses couches. Cette fameuse lumière arrivera d’un vulgaire canot, avec à son bord un homme sans vie et un bébé en vie…

L’océan à perte de vue et le vent pour seul compagnon, le couple mène une vie paisible, loin de la tumulte. Mais ce cruel manque, cette maternité entachée de fausses couches à répétition, poussera Isabel aux frontières de la dépression. Rien ne peut la consoler, la douleur et le manque sont des facteurs qui brisent le lien fort qui unit Tom et Isabel. Devant l’ampleur du problème, Tom préfère se cloitrer dans son phare et tente de combler sa femme par la remise en état du piano, par exemple. En vain.

Lumière et intériorisation

Cette lumière, cet éclat de bonheur est bien la petite Lucy, arrivée sur cette barque. D’un teint pâle à celui de lumineux, Isabel trouve une chance inouïe de pouvoir assouvir son besoin (maladif) d’avoir un enfant. Le soleil envahit chaque pièce de la charmante maison, le bonheur est enfin complet. Malgré les réticences de Tom, le couple décide d’adopter cette petite fille mais la joie ne se lit pas complètement sur le visage du mari, loin de là. Une certaine intériorisation débute pour Tom, peu convaincu du choix.

Un bonheur de courte durée ? - Image droits réservés - © Constantin Film
Un bonheur de courte durée ? – Image droits réservés – © Constantin Film

Peut-être moins aveuglé qu’Isabel, l’homme se questionne et redoute que la vérité se sache un jour ou l’autre. Une certaine tension s’installe dans le récit. Les plans se resserrent, le regard de Tom s’assombrit plus l’étau se referme sur son mariage. Les couleurs s’assombrissent et le film prend une tournure plus intéressante grâce à la délicate performance de Fassbender. Cianfrance semble s’attarder, avec de nombreux plans serrés, sur le regard profond de l’acteur. Une forte tristesse se lit dans ses yeux, celle qui consomme un homme une vie entière.

Début poussif

Si Derek Cianfrance peut s’appuyer sur Alicia Vikander et Michael Fassbender, le réalisateur à qui nous devons l’excellent The Place Beyond The Pines, démarre son film très mollement. Début poussif, voire ennuyeux, The Light Between Oceans sort de son « surplace » doucement avant de sortir d’un certain classicisme. Le changement s’opère dans une seconde partie plus intense et romanesque, dont nous soulignerons la beauté des paysages et une douce musique orchestrée par Alexandre Desplat.

Si l’emballage final convainc partiellement, tout n’est pas parfait. The Light Between Oceans, tiré du best-seller de M.L. Stedman, laisse un goût d’inachevé, peut-être un peu mou pour prétendre à un film abouti. Mais on se laisser emporter par la beauté du paysage et les performances de Vikander et Fassbender.

The Light Between Oceans | Bande-annonce

Fiche technique :

Réalisé par : Derek Cianfrance
Date de sortie : 5 octobre 2016
Durée : 2h14min
Genre : Drame, Romance
Pays : USA, Grande-Bretagne, Nouvelle-Zélande
Scénario : Derek Cianfrance, M.L. Stedman
Photographie : Adam Arkapaw
Musique : Alexandre Desplat
Distributeur suisse : Ascot Elite

Casting :

Michael Fassbender
Alicia Vikander
Rachel Weisz
Bryan Brown
Jack Thompson
Emily Barclay
Anthony Hayes
Caren Pistorius

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleYelawolf – Daylight
Next articleLes dix morceaux essentiels de la semaine #1
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.