Venise 2015 – The Daughter

1
1576
The Daughter - Venise 2015 - © Asac and Mark Rogers

Dans un petit village australien, Christian revient pour le mariage de son père. Parti plusieurs années auparavant à New York, Christian retrouve son ami d’enfance, Oliver, et toute la famille qui l’entoure. Malgré les heureuses retrouvailles, Christian porte un lourd secret familial…

Henry (Geoffrey Rush) est contraint de fermer sa scierie, car l’économie l’y contraint. Un homme aisé qui s’adresse à ses employés dans un ton arrogant – une scène particulièrement belle visuellement – et peu compatissant. Parmi le par-terre d’ouvriers mécontents, Oliver (Ewen Leslie) ne bronche pas et acquiesce. Cette situation ne semble pas l’affecter et se veut rassurant face à sa famille. Charlotte (Miranda Otto), institutrice, accepte la situation avec positivité, tout comme sa fille Hedvig (Odessa Young). Non loin, Walter (Sam Neill), le père d’Oliver, évalue la situation avec un oeil perplexe, lui qui sort d’une peine de prison pour une infraction judiciaire.

L’entreprise liquidée, Henry débute les préparatifs pour son futur mariage avec Anna (Anna Torv). Veuf après le suicide de sa femme, Henry mène une vie, en apparence, triste et peu joyeuse, malgré sa future union avec Anna. Plus le récit avance, plus nous comprenons ce qui ce trame derrière cette histoire. Inévitablement, The Daughter repose sur un mensonge prêt à dévaster une dynamique familiale joyeuse. Des questions traitées avec une profondeur émotionnelle envoûtante – la symbolique du canard blessé est frappante -, à la manière des séries de Top of the Lake et Bloodline.

Au milieu de ces paysages forestier, Simon Stone – né à Bâle – dévoile un film poignant. Très beau visuellement, The Daughter mélange une photographie et une approche subtiles. Stone réussit à ne jamais tomber dans l’oeuvre mélodramatique, grâce à ce ton subversif et radical. Le réalisateur australien nous plonge dans un drame qui, progressivement, s’intensifie au fil des informations qui nous sont révélées.

En s’inspirant librement de la pièce d’Henrik Ibsen, Le Canard Sauvage, Simon Stone déballe un excellent film, dont le casting est tout aussi inspiré que la mise en scène. The Daughter, c’est le drame familial par excellence, où le conflit et les générations s’entremêlent sur fond de tension perpétuelle.

Fiche technique :

Réalisé par : Simon Stone
Date de sortie : –
Durée : 1h34min
Genre : Drame
Nationalité : Australien
Scénario : Simon Stone
Photographie : Andrew Commis
Musique : Mark Bradshaw

Casting :

Geoffrey Rush
Anna Torv
Sam Neill
Miranda Otto
Paul Schneider
Odessa Young
Sara West
Ewen Leslie