Song of the Sea (Le chant de la mer)

0
2080
Song of the Sea, par Tomm Moore
Actuellement au cinéma, image droits réservés

Si Song of the Sea (Le chant de la mer) était le premier film d’animation de Tomm Moore que je visionnais, alors il ne sera définitivement pas le dernier. En effet, je ne connaissais pas ce réalisateur irlandais, mais après avoir visionné cette belle production, je ne peux ressentir que de l’anticipation pour ses prochaines œuvres.

Avec Song of the Sea, nous entrons dans un univers fantastique issu du folklore des Shetland, mettant en scène des êtres féeriques fascinants, tels que des selkies (jeunes filles et femmes qui, à l’aide d’une robe spéciale, s’assimilent à des phoques et possèdent des pouvoirs) ou d’autres créatures magiques, cachées dans le monde du commun des mortels.

L’intrigue se construit autour d’une séquence d’introduction très courte, mais habilement composée, dans laquelle un petit Ben se fait bercer par les contes et chants de sa mère Bruna, enceinte d’une petite fille, et vit dans un phare en haut d’une petite île. Nous sommes ensuite projetés six années plus tard dans le même décor, mais cette fois-ci, à l’opposé de l’atmosphère pleine d’amour des premières minutes du film, dans une atmosphère plus triste dans laquelle le spectateur découvre que le père, Connor, élève désormais seul ses deux enfants. La mère de ce dernier, face à son fils qui sombre dans le chagrin, décide alors de prendre en charge les deux petits enfants en les emmenant vivre avec elle en ville. C’est ici que Ben découvrira que sa sœur est une selkie et que seule cette dernière peut porter secours aux créatures magiques qui ont été transformées en pierre par la sorcière aux hiboux.

La première chose qui nous frappe en visionnant ce film est la beauté des images présentées. Les spectateurs sont soumis à une multitude de couleurs et à des magnifiques jeux de lumières, qui d’eux-mêmes suffisent à rendre le film intéressant, sans toutefois exagérer cet aspect là non plus. Les dessins couvrent une panoplie très larges d’émotions, facilement détectables et lisibles sur le visage ou les gestes des personnages, les rendant aussitôt autant touchants qu’attachants. Outre le magnifique décor, l’histoire en elle-même est également très bien construite et la forte attention portée aux détails renforce le réalisme des personnages et de leurs sentiments. Le scénario attendrissant fait que nous ne pouvons nous empêcher de ressentir de la sympathie face aux divers challenges vécus par chacun, qu’il s’agisse des enfants qui sont confrontés à des sentiments et à des réalités déjà bien lourdes pour leur âge, tels que de voir leur père irréparablement détruit, d’éprouver un sentiment de rejet, la continuelle quête pour recevoir de l’attention de la part des gens qu’on aime, ou bien de la douleur des parents et l’importance qu’ils portent au bien être de leurs enfants et/ou petits enfants. Malgré certains aspects plus pesant de l’atmosphère du film, ceux-ci sont subtilement contrés par au moins autant de sentiments positifs, notamment le sentiment d’amour qui règne très fortement tout au long du film, qu’il s’agisse d’un amour pour nos parents, pour nos frères et sœurs, ou encore pour nos enfants.

Le récit est aussi très bien complimenté par le dynamique du film, qui passe avec aise de l’humour à l’aventure, tout en gardant un côté mystérieux très bien implémenté dès le début du film, de façon à garder le spectateur attentif et intéressé par découvrir la suite de l’histoire.

Bien que j’ai parfois eu le sentiment que le film tirait un peu sur la longueur et que le rythme était parfois un peu trop lent à mon goût, avec en tête surtout des spectateurs enfants qui peuvent rapidement être distraits ou perdre leur attention, la beauté des images et la narration candide du récit suffisait à repousser rapidement ce sentiment dans le fond de mes pensées.

En somme, Song of the Sea est un film familial très agréable à visionner et qui constitue un bon divertissement. La narration, l’histoire, ainsi que les touches d’humour sont assez complètes pour plaire autant à un public enfant qu’adulte et le réalisme des sentiments évoqués ou de certaines trivialités liées à la vie permettent à chacun de se laisser aller, peut être en repensant soi-même à certains aspects de notre vie. Le spectateur part à l’aventure avec la petite Maina et son frère Ben et en ressort avec la satisfaction d’avoir vécu une belle histoire, peut être inoubliable.

Par Cassandra Arnold

Note: 4/5

Bande-annonce:

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=HgbXWt8kM5Q?rel=0]

Voix originales:
Brendan Gleeson
Fionnula Flanagan
David Rawle
Pat Shortt
Lisa Hannigan
Jon Kenny

Fiche technique:
Réalisé par: Tomm Moore
Scénario : Will Collins
Date de sortie : 10 décembre 2014
Durée : 1h33
Genre : animation, fantastique
Nationalité : Irlandais
Musique : Bruno Coulais et Kíla