Regression

"It was a black mass"

0
1615
Regression - Image droits réservés - © Ascot Elite

Tiré de faits divers survenus dans les années 80, Regression nous entraîne dans l’Amérique profonde, plus précisément au Minnesota dans le Midwest. Angela (Emma Watson) accuse son père, John Gray (David Dencik), de l’avoir abusé sexuellement. Pris dans la tourmente, John avoue les faits sans broncher. Peu convaincu par la tournure des événements, l’inspecteur Bruce Kenner (Ethan Hawke) s’empare de l’affaire et fait appel au docteur Raines (David Thawlis), un célèbre psychologue. Les deux acolytes vont découvrir de mystérieuses révélations et s’embrigader dans une affaire d’une extrême ampleur.

Alejandro Amenabar (Agora, Les Autres) nous emmène en 1990, dans une atmosphère angoissante. Thriller policier aux allures horrifiques, Regression tient plus de la fresque psychologique que de l’énigme policière classique. Les couleurs, l’environnement, ces ingrédients provoquent une furieuse envie de se plonger dans l’histoire imaginée par Amenabar.

Si les atmosphères angoissantes et étouffantes vous…gênent, passez votre chemin. Alliage de paranoïa, psychologie et actes sataniques, Regression est parfaitement ficelé – nous sentons que Amenabar maîtrise parfaitement ce genre de sujet – dans sa narration et son scénario. Fluide et fascinant d’intensité, le métrage dévoile la funeste facette de la famille Gray. Une série d’événements dont la dimension prendra des proportions démesurées au fur et à mesure que l’histoire se déploie. Tout d’abord, Regression est avant tout un portrait socio-psychologique de la société des années 90. Si l’affaire se décante petit-à-petit, nous sentons la population verser dans une paranoïa, qui touchera aussi le protagoniste principal; l’inspecteur Bruce Kenner. Obsédé par la clé de cette affaire, Kenner se plonge corps et âme dans une course contre-la-montre endiablée et particulièrement nocive pour sa santé mentale. Entre rituels sataniques et hallucinations, Kenner est mis à rude épreuve.

Kenner (Hawke) et Raines (Thewlis) tente de percer le mystère d'Angela (Watson) - Image droits réservés - © Ascot Elite
Kenner (Hawke) et Raines (Thewlis) tente de percer le mystère d’Angela (Watson) – Image droits réservés – © Ascot Elite

Thriller psychologique, voire religieux, nous trouvons dans Regression ce sentiment terrifiant qui nous enveloppe dans une troublante sensation. Parfois, l’étreinte se desserre et se resserre aussi tôt pour nous garder dans l’appréhension la plus totale, tout comme Kenner. Des scènes de messes noires effrayantes, un dénouement incertain, des personnages poussés à bout, proche de perdre les pédales. Tant de points positifs qui laissent transparaître un gros défaut: cette partie médiane, où la tension tombe de plusieurs crans pour nous « endormir » durant une petite partie du film. Le sentiment de passer par une étape transition dans l’investigation gâche un peu le rythme effréné distillé par Amenabar jusqu’à présent. Il faudra une bonne quinzaine de minutes pour retrouver – pour le spectateur et le récit – le tempo rigoureux de la première moitié du film.

Dorénavant, vous ne verrez plus du même oeil la beauté innocente d’Emma Watson. L’anglaise campe avec une certaine finesse son rôle de fille abusée. Désemparée dans le rôle d’Angela, Emma Watson prouve que son rôle d’Hermione est bien derrière elle. Et que dire d’Ethan Hawke. Dans le rôle Bruce Kenner, Hawke exploite tout le potentiel de son rôle pour « flamber » à l’écran. Décontenancé par le cataclysme dont il est spectateur – et acteur à la fois -, Hawke articule la finasserie de son jeu autour d’une prestation singulière.

Baigné par la bande-son de Roque Banos – un peu lourde et kitsch à certains moments -, le troublant tableau peint par Amenabar excelle par un traitement méticuleux et une palette de couleurs somptueuses. Il est vrai que cette partie intermédiaire brouillonne ternit le résultat d’ensemble. Néanmoins, Regression enthousiasme tant sur l’aspect policier que psychologique.

Bande-annonce:





Fiche technique:

Réalisé par: Alejandro Amenabar
Date de sortie: 28 octobre 2015
Durée: 1h47min
Genre: Thriller
Nationalité: Espagnol, canadien
Scénario: Alejandro Amenabar
Musique: Roque Banos
Photographie: Daniel Aranyo

Casting:

Ethan Hawke
Emma Watson
David Thewlis
Devon Bostick
Dale Dickey
Aaron Ashmore
Lothaire Bluteau
David Dencik

REVIEW OVERVIEW
Note:
SHARE
Previous article007 Spectre
Next articleMODE | Les 15 ans du Laboratoire
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.