Les Puppetmastaz sont de retour !

They're BACK, you got that ?!

0
1144
Mr Maloke & Wizard / Puppetmastaz /Tous droits réservés / Christophe Bardey

Le Muppet show Hip Hop crado le plus funky de la planète est de retour avec la sortie de leur nouvel album « Keep Yo Animal » !

Pour cette occasion, le collectif du Festival des Démons d’or, habile dans l’art de dénicher des concerts hors du commun, nous a donné rendez-vous fin Octobre au Kao, petite salle de concert attenante à la célèbre brasserie du Ninkasi Gerland de Lyon.

C’est Vax 1 et ses acolytes, purs produits régionaux et membres du collectif « Microfaune » qui ouvrent le bal et chauffent la foule déjà bien réceptive au son Rap Old school qu’ils envoient. Les mecs sont comme à la maison. L’ambiance est bon enfant, on boit de la bonne bière maison en attendant l’arrivée de nos animaux préférés.

21h les Puppet débarquent enfin sur scène ! Cachés derrière leur drap, le « Gangstoy band » le plus barré de la scène européenne fait son apparition. La bande est toujours menée par le trio Snuggles /Maloke /Panic, les marionnettes emblématiques, frustrées et humiliées par l’espèce humaine trouvant dans la musique un moyen de prendre le contrôle. Imaginez un lapin en sweat à capuche, une taupe en haut de forme et un cochon crado se défiant autour du mic’: vous êtes dans le monde merveilleux des Puppetmastaz !

Ce soir à Lyon, le show se veut déjanté et déconneur. Le beat est bon, le flow maitrisé et entraînant. Les marionnettes réussissent à capter toute notre attention et nous immerger dans leur univers complètement barré. Pour ce nouvel album, les Puppetmastaz ont misé sur des poids lourds de la scène électro comme Modeselektor, Andi Toma ou encore Hippocampe Fou alors on danse au son des nouveaux rythmes et chante sur nos chansons préférées. La prestation est maitrisée et assez bluffante. Plus qu’un concert, c’est un véritable show que le groupe nous dévoile ce soir: le mélange d’une pièce de théâtre orchestrée par des marionnettes folles au son de rap/hip hop pointu. On en oublierait presque les rappeurs qui se cachent derrière. Ils feront une brève apparition, déguisés en bêtes à plumes pour nous rappeler, en toute modestie, qui sont les maitres.

En résumé, un concert lourdement efficace tant les berlinois parviennent à mêler leurs talents avec ceux de leurs nombreux personnages et à leur donner vie pour balancer des titres puissants.

Ce soir là, le premier « toyband » du monde a largement relégué Guignol et ses petits copains au placard !