Locarno 2016 | Vincent

Deux âmes en peine se rencontrent...

0
280
Vincent - Image droits réservés

Après Vincent n’a pas d’écailles, c’est au tour de Vincent. Bien entendu, le premier nommé n’a aucun lien avec le second. Mais il est possible d’associer ces deux films par les thèmes traités. Entre isolement et rencontre, le « Vincent » qui nous intéresse est un activiste écologiste et suicidaire. Prêt à tout pour sensibiliser la population face à la destruction de la planète, Vincent (Spencer Bogaert) est avant tout un adolescent au bout du rouleau. Une lueur d’espoir apparait avec la visite surprise de sa tante, Nicole (Alexandra Lamy). Il ne le sait pas encore mais cette femme donnera un nouveau sens à sa vie.

Environnement familial électrique et road-trip furieux, Vincent est un film qui dégageait un sentiment fumant, celui de prendre part à un portrait familial ternit par les idées suicidaires du fils, par la grossesse accidentelle de l’une des filles et par le ras-le-bol d’une mère complètement vidée par ces événements malheureux qui s’accumulent.

Vincent (Bogaert) et Nicole (Lamy) sont inséparables - Image droits réservés
Vincent (Bogaert) et Nicole (Lamy) sont inséparables – Image droits réservés

Au lieu de ça, Christophe Van Rompaey délivre une comédie dramatique timide, rythmée par quelques fulgurances humoristiques qui arriveront à nous décrocher quelques sourires et rires. Mais tout cela est bien maigre. Van Rompaey s’enlise dans une partition hésitante, un road-movie poussif qui ne parvient jamais à nous plonger dans la spirale infernale de son protagoniste principal, Vincent – érigé comme le point d’ancrage du récit. Mais était-ce l’envie du cinéaste belge ? Peut-être que non, mais le fait de mélanger ces deux âmes en peine – un peu à la manière de Skeleton Twins – devait nous proposer une relation aussi indécise que merveilleuse, où les rires et les pleurs seraient légion. Au final, ces promesses resteront vaines.

Tout de même, la performance d’Alexandra Lamy permet à Vincent de donner un « second souffle » et un certain allant à une histoire qui tourne en rond. Campant Nicole, une femme pleine de vie, Lamy s’improvise psychologue et tente de remettre sur le droit chemin son neveu. Malgré les réticences de sa soeur, Marianne – Barbara Sarafian s’en sort avec les honneurs -, Nicole n’en fait qu’à sa tête et, derrière cette carapace et cette joie de vivre, se cache une personne pétrifiée et malheureuse dans sa vie. Se pose alors la question de savoir qui a besoin le plus de l’autre. Une réflexion que confirmera un adage bien connu : les apparences sont parfois trompeuses. Et ça, Vincent le signifie.

Fiche technique :

Réalisé par : Christophe Van Rompaey
Date de sortie : hiver 2017
Durée : 2h04min
Genre : Comédie dramatique
Pays : Belgique
Scénario : Jean-Claude Van Rijckeghem
Photographie : David Williamson
Distributeur suisse : Cineworx

Casting :

Spencer Bogaert
Alexandra Lamy
Barbara Sarafian
Geert Van Rampelberg
Frédéric Epaud
Emma Reynaert
Kimke Desart