Entretien exclusif : Nicole Vögele

Jeune réalisatrice Suisse sur la pente ascendante, membre du jury au festival du film de Locarno, Nicole Vögele présente son film "nebel" (le brouillard). Rencontre!

1
498
Discussion d'une quinzaine de minutes avec Nicole Vögele.

Née en 1983 à Gretzenbach, Nicole Vögele est journaliste à la SRF depuis dix ans. Son premier court métrage documentaire, Frau Loosli, a remporté le prix de postproduction C-Side Productions pour le meilleur film suisse aux Visions du Réel en 2013. Son second court métrage, In die Innereien, un essai expérimental en montagne, a fait sa première à DOK Leipzig la même année et a été présenté au Festival du Film International d’Édimbourg. Son tout nouveau film, nebel, en première à la dernière Berlinale, a reçu une mention honorable du jury DFJW-Preis Dialogue en perspective.

Nous avons discuté de son expérience récente à Berlin et à Locarno, du sujet de son film, de ses visions à propos des relations interpersonnelles et de ses projets à venir.

L’entretien se déroula en anglais et fut traduis par la suite en français. (version française plus bas)

Propos recueillis par Mark Kuzmanic et Sven Papaux, traduits par Mark Kuzmanic.

NV : Nicole Vögele
LB : Le Billet

LB – Could you share with us your impressions from the screening of nebel?

NV – I thought it went well. As you saw, it is a very quiet film so sometimes people start getting restless, expecting something more to happen. We had really great screenings where everyone in the audience stayed really quiet and we even had a screening where people were laughing during the little scenes with the poodles, and they were laughing really loudly! So it’s always very different. I was expecting more restlessness today because it’s such a huge room, so I was worried about it. It all felt a bit funny.

LB – Your film premiered at the Berlin film festival earlier this year, can you tell us what’s different for you between Locarno and Berlin?

NV – Well, here in Locarno I’m also member of the jury for the Pardi di domani category. So tomorrow night I will go with Rutger [Hauer] to the stage and award the prize, and I’m really excited about that. I’ll be on the largest stage I’ve ever been on!

In Berlin, you don’t have this one place that is as huge as the Piazza Grande. You have large cinemas, but it’s all inside since the festival is during winter. So we’ve been to big movie theatres, but nothing like here. The FEVI Auditorium is so far the largest place where my film was shown.

With these kinds of films, you’re not expecting to be shown in huge movie theatres, and for us it’s really important to have a good sound system, which was the case at the FEVI. When you have a lousy sound system, this film is…well, we have a lot of subwoofers, which you only feel vibrating in your chest and don’t hear. So with a bad sound system the screen would start shaking, and everyone could feel it but they couldn’t hear anything. So that was really great to have such a perfect sound system.

Since this is my first medium-length film, we were slightly overwhelmed to be going to the Berlinale. What could have happened is that we show this film once in the little cinemas at my school, and nobody else would want to see it. You submit it to festivals and they could all just think it’s crazy. So we didn’t expect such a big thing with nebel, and what we were most proud of is that we never tried to make a film that goes to large festivals. We tried to make a film that is the truth that we see.

It was also overwhelming because the cinemas were sold out for our film. You do this crazy film and three days before the screening they tell you that they can’t give out more tickets because it’s already sold out. We couldn’t believe it and were wondering: “Who is coming to that film?!” (laughs). We had amazing times, as we had full cinemas twice in the evening and a great audience. We didn’t expect it at all and it was a really enriching experience. We were armed and ready for all the difficult questions, the backlash and were in a defensive state of mind. But then at the end of it, people started hugging us, so that wasn’t expected!

LB – After the movie, we heard you talk about your inspiration for nebel, and how it originally started as a joke between you and your father regarding the weather in Switzerland. During the film, you see what the fog means for everyone, this kind of loneliness. We were wondering what does the fog mean for you?

NV – It took a while to find out what it really means for me. It is a symbol for the question: “How much of us, as a human being, is able to connect with other human beings?” If you are in the fog, it’s possible that someone is there but you don’t see him. That’s why I feel it has much to do with the relationships we build. And I don’t mean in particular “love” relationships, but any relationship. So for me, the big question at the moment is: “Which part of us can we share, and which part we can’t?”

LB – So do we have an influence on the fog? Can we control it?

NV – I think there is a certain part we can’t control. I believe it’s an illusion to say that you can share with others everything about yourself, as a person. If you want to put it in a sad way, we come in this world alone and we leave this world alone, and we also dream alone. That was a really important thing to realise. There are three things we will never be able to share with others: our birth, our death and our dreams. You will never be able to take somebody in your dreams. You can tell them, describe them, but they won’t be able to relive it. For me it was really important to get as close as possible to this feeling that you will never be able to put into words.

« There are three things we will never be able to share with others: our birth, our death and our dreams. »

LB – Is that what you mean by “inner hum”, which is written in the synopsis of your film?

NV – Yes, exactly! The “inner hum” is my attempt to put that feeling into words, that “unconnectable” feeling that there is always something vibrating in us that we will never be able to share.

LB – How much time did you spend working on nebel?

NV – We started in October and we finished in February one year later, so one and a half years. We were shooting for five months all over Germany, so we spent much of the time travelling.

LB – In the credits, we saw a large “Thank you” section for the crowdfunders. How did it feel to get people you sometimes don’t even know involved into such a personal project?

NV – Actually, all of them are friends! The person I know the least is my sister’s teacher, whom I’ve never met, but he’s still related to me somehow. It was a difficult experience, because when you do a film, especially this sort of film, you’re not sure of the outcome. You tell people about what you would like to do, but you never know the final outcome. So I think that most of the people who supported us wanted to support me as a person, in my way of making films. They may think that it’s not important how the film comes out, because my film will never be a large blockbuster or on television, but they are helping people like me who are on a difficult path, and it means a lot to me.

For me it was really amazing to know that at some point, you have people behind you saying: “It’s important that you do this.” But on the other hand it adds pressure on you, since you imagine those same people playing the DVD of my movie at home and seeing the screen white for the first three minutes. I don’t know if they will think I’m crazy. So I really had to learn how to not think about that, and my producer, Elsa Kremser, helped me a lot with that.

When there were crisis situations when we didn’t know how to go on, I started to panic slightly by thinking about all those people and the money they gave me. I was feeling that I was wasting their money by filming fog, but Elsa kept reassuring me that those people gave money to support me, and not any given film.

« I think that most of the people who supported us wanted to support me as a person, in my way of making films. […] They are helping people like me who are on a difficult path, and it means a lot to me. »

LB – Do your experiences in Berlin and Locarno encourage you to make more movies?

NV – I think that the most important thing is to be at a large festival, where you have a “normal” audience as well. Getting all these positive responses gives you strength to go on doing these films, and not trying to do something “normal”.

LB – So what lies in your future now, are you working on some projects?

NV – My diploma is coming up at the Filmakademie in Baden-Württemberg, and since I’ve just finished nebel, I haven’t written anything down for the next project. I’m traveling with nebel for a bit and I will start writing for my next film in the following months.

LB – Thank you very much!

LB – Pouvez-vous partager avec nous vos impressions de la projection de nebel?

NV – Je pense que cela s’est bien passé. Comme vous avez pu le voir, il s’agit d’un film très paisible et tranquille, du coup parfois les spectateurs deviennent agités en s’attendant à davantage de choses. Nous avions des projections géniales où tout le public est resté très calme et nous avions même eu une projection où le public se mettait à rire fortement lorsqu’est venue la scène avec les caniches! C’est donc à chaque fois quelque chose de différent. Je m’attendais à plus d’agitation aujourd’hui car c’est une si grande salle, alors j’étais un peu inquiète. Le tout me paraissait amusant.

LB – Votre film a été projeté pour la première fois au festival du film de Berlin plus tôt dans l’année. Pouvez-vous nous décrire ce qui est différent pour vous entre Locarno et Berlin?

NV – Ici à Locarno, je suis aussi membre du jury pour la catégorie des Pardi di domani. Donc demain soir j’irai avec Rutger [Hauer] sur la scène pour présenter le prix, et je suis très excité à l’idée. Ce sera la plus grande scène sur laquelle j’aurai mis les pieds !

À Berlin, il n’y a pas cette place centrale aussi grande que la Piazza Grande. Il y a de grandes salles de cinéma, mais c’est tout à l’intérieur car le festival se déroule durant l’hiver. Donc il y a de grandes salles, mais rien comme ici. L’Auditoire FEVI est pour l’instant la plus grande salle dans laquelle fut projeté un de mes films.

Avec ce genre de films, vous ne vous attendez pas à être projeté dans des salles énormes et pour nous c’est très important d’avoir un système sonore adéquat, ce qui fut le cas au FEVI. Sans système sonore adéquat, le film paraît…enfin, nous avons de nombreux caissons de basse, que l’on ressent avec les vibrations dans votre poitrine et que l’on n’entend pas. Donc avec un mauvais système sonore, l’écran commencerait à vibrer et tout le monde le ressentirait, mais on n’entendrait rien. C’était vraiment génial d’avoir un système sonore aussi parfait.

Puisque c’est mon premier long-métrage, nous étions légèrement submergés par le fait d’aller à la Berlinale. Ce qui aurait pu se passer c’est que nous montrions ce film une fois dans les petits cinémas de mon école, et personne d’autre ne veuille le voir. Vous le soumettez aux festivals et ils pourraient tous penser que c’est un film complétement insensé. Donc nous ne nous attendions pas à de si grandes choses avec nebel, et ce qui nous rend le plus fier c’est que nous n’avons jamais essayé de faire un film taillé pour les grands festivals. Nous avons essayé de faire un film qui représente la vérité que nous voyons.

Nous étions aussi submergés du fait que toutes les places furent vendues pour les projections. Vous réalisez ce film un peu fou et trois jours avant la projection on vous dit que vous ne pouvez plus avoir plus de billets car tout est vendu. Nous n’arrivions pas à y croire et l’on se demandait : « Mais qui va bien venir voir ce film ?! » (rires). Nous avons vécu des moments incroyables, et nous avions fait salle comble deux fois en soirée avec un public génial. Nous ne nous attendions pas du tout à ça et ce fut une expérience très enrichissante. Nous étions un peu armés et prêts pour toutes les questions difficiles, pour le contrecoup, nous étions dans un état d’esprit défensif. Mais à la fin, les gens commençaient à nous prendre dans leurs bras, donc c’était inattendu!

LB – Après la séance, vous avez mentionné votre inspiration pour nebel et comment cela a débuté en tant que blague entre vous et votre père à propos de la météo en Suisse. Durant le film, on découvre ce que le brouillard signifie pour tout le monde, cette sorte de solitude. Nous aimerions savoir ce que le brouillard signifie pour vous?

NV – Cela m’a pris du temps de découvrir ce que cela représente vraiment pour moi. C’est un symbole pour la question : « Combien de notre personne, en tant qu’être humain, peut-on partager avec d’autres êtres humains? » Si vous êtes dans le brouillard, il est possible que quelqu’un soit là mais que vous ne le voyez pas. C’est pour cela que je crois que ça a beaucoup à voir avec les relations que l’on forge. Et je ne pense pas particulièrement aux relations amoureuses, mais à n’importe quelle relation. Donc pour moi, la grande question du moment est : « Quelle partie de nous-même sommes-nous capables de partager, et quelle partie sommes-nous incapables? »

LB – Est-ce que l’on a une influence sur le brouillard ? Pouvons-nous le contrôler ?

NV – Je pense qu’il y a une certaine partie que l’on ne peut pas contrôler. Je crois que c’est une illusion de dire qu’il est possible de partager avec des autres tout à propos de soi, en tant que personne. Si on voulait le dire d’une façon triste, nous venons dans ce monde seul et nous quittons ce monde seul, et en plus nous rêvons seul. Ce fut une chose très importante à réaliser. Il y a trois choses que nous ne serons jamais capables de partager avec d’autres : notre naissance, notre mort et nos rêves. Nous ne serons jamais capables d’emmener quelqu’un dans nos rêves. On peut leur raconter, leur décrire, mais ne seront pas capable de le revivre. Il était très important pour moi de me rapprocher le plus possible de ce sentiment qui est impossible à décrire.

« Il y a trois choses que nous ne serons jamais capables de partager avec d’autres : notre naissance, notre mort et nos rêves. »

LB – Est-ce ce que vous voulez dire par le « grondement intérieur », qui est mentionné dans le synopsis de votre film ?

NV – Oui, c’est exactement ça! Le “bourdonnement intérieur” est ma tentative de transposer ce sentiment en mots, ce sentiment inqualifiable qu’il y a quelque chose qui vibre à l’intérieur de nous que l’on ne pourra jamais partager.

LB – Combien de temps avez-vous passé sur nebel?

NV – Nous avons débuté en octobre et avons terminé en février de l’année suivante, donc une année et demie. Le tournage s’effectuait cinq mois durant à travers toute l’Allemagne, du coup nous avons passé beaucoup de temps dans les déplacements.

LB – Dans le générique, nous avons vu une grande section de remerciements aux personnes ayant participé au financement (crowdfunding). Comment était-ce d’avoir des personnes que vous ne connaissez parfois même pas impliquées dans un projet autant personnel?

NV – En fait, tous sont des amis! La personne que je connais le moins et que je n’ai jamais rencontrée est l’enseignant de ma sœur, mais il reste lié à moi d’une certaine façon. Ce fut une expérience difficile, car lorsque vous faites un film, particulièrement un film de ce genre, vous n’êtes pas certain de l’issue. Vous dites ce que vous aimeriez faire, mais vous ne savez jamais ce qui adviendra. Du coup je pense que la majorité des personnes qui ont apporté leur soutien voulaient me soutenir en tant que personne, dans ma manière de faire des films. Ils peuvent penser que ce n’est pas important de quoi le film aura l’air, car mon film ne fera pas un carton au box-office ou ne sera pas diffusé à la télévision, mais ils aident des gens comme moi qui sont sur un chemin ardu, et ça me touche beaucoup.

Ce fut vraiment fabuleux pour moi de savoir qu’à un certain moment, vous avez des personnes derrière vous qui vous disent : « Il est important que tu fasses ceci. » Mais d’un autre côté, ça vous rajoute de la pression, puisque vous imaginez ces mêmes personnes en train de regarder le DVD de mon film à la maison et voir l’écran totalement blanc pendant les premières trois minutes. Je ne sais pas si elles penseront que je suis folle. Du coup je devais apprendre comment ne pas penser comme ça, et ma productrice, Elsa Kremser, m’a grandement aidé avec cela.

Lors des situations de crise où l’on ne savait pas comment aller de l’avant, en léger sentiment de panique m’envahissait en pensant à toutes ces personnes et à l’argent qu’ils m’ont confié. J’avais le sentiment que je gaspillais leur argent en filmant du brouillard, mais Elsa me rassurait continuellement que ces personnes ont donné de leur argent pour moi, et non pour un film quelconque.

« Je pense que la majorité des personnes qui ont apporté leur soutien voulaient me soutenir en tant que personne, dans ma manière de faire des films. […] Ils aident des gens comme moi qui sont sur un chemin ardu, et ça me touche beaucoup. »

LB – Est-ce que vos expériences à Berlin et à Locarno vous donnent envie de faire d’autres films?

NV – Je pense que la chose la plus importante est d’être dans un grand festival, où vous avez aussi un public « normal ». De recevoir tous ces retours positifs vous donne la force de continuer à faire ces films, et non de se conformer à quelque chose de « normal ».

LB – Qu’y a-t-il dans votre avenir à présent, avez-vous des projets en cours?

NV – Je vais obtenir mon diplôme de la Filmakademie à Baden-Württemberg, et puisque je viens de terminer nebel, je n’ai encore rien écrit pour la suite. Je voyagerai et ferai de la promotion pour nebel pendant un moment et je commencerai à écrire pour mon prochain projet dans les mois à venir.

LB – Merci beaucoup!

Voici un lien vers le site du film nebel, contant toutes les informations liés à la production.