Web: Wanderers de Erik Wernquist

0
88
droits réservés

L’espace est incroyable, la conquête spatiale n’a peut-être plus l’engouement d’antan et certains pourraient se demander pourquoi investir de l’argent là-dedans alors qu’on en manque cruellement ailleurs. Mais c’est oublier tout ce que ces découvertes nous apportent sur la compréhension du monde dans lequel on vit.

La sonde New Horizons devrait survoler Pluton le 14 juillet, la NASA a un projet de drone pour survoler la planète Mars afin de repérer le lieu d’un éventuel atterrissage pour une mission habitée ou encore Philae qui tient le coup.

Sans compter les musiques d’avenir comme la fin de notre système solaire ou l’exploration des exoplanètes.

Même si actuellement la probabilité d’une troisième guerre mondiale est plus grande que celle de la colonisation de la Lune ou de Mars.

Tout cela pour vous parler d’un court-métrage de Erik Wernquist, un animateur et graphiste, qui nous propose de visualiser un possible futur dans les étoiles.

Le film est narré par feu Carl Sagan connu notamment pour avoir vulgariser l’astrophysique au travers de son émission phare Cosmos ou son travail actif au projet des sondes Voyager I et II auprès de la NASA.

Il existe un remake produit par Seth McFarlane, créateur des Griffins, et présenté Neil DeGrasse Tyson, la seconde venue de Carl sagan, qui est assez bon.

Une seconde saison de Cosmos a été annoncée.

Un point bleu pâle

À noter que la bande audio vient de la présentation du fameux point bleu pâle par Carl Sagan, ce petit point au milieu de l’univers qui est notre planète terre, le seul endroit que nous ayons pour l’instant, un lieu où s’est déroulé toute l’histoire de l’humanité ainsi que celle de tout ceux qui y ont vécu un jour.

Tout cela sur un petit point bleu pâle.

Bref ce court-métrage a le mérite de nous faire rêver quelques minutes et de se dire qu’un jour les générations futures habiteront dans l’espace et que leur arrière arrière arrière … grand-père sera très fier d’eux.

Je vous laisse avec le commentaire de Pourpaya:

« L’espace est comme le Nebraska. Il n’y a pas de raison immédiate et claire d’y aller et ce n’est pas très plaisant. Mais, éventuellement, des gens vivront là-haut. »