Internet est formidable. Quelqu’un va au devant de la scène et des milliers d’internautes se chargent de ressortir les vieux dossiers qui, bien entendu, n’ont jamais vraiment disparu.

James Gunn, réalisateur du tant attendu « Les Gardiens de la Galaxie » mais aussi de « Scooby-Doo » histoire de remettre un peu les perspectives en place, s’est amusé à monter un projet avec ses frères Sean et Brian sur internet entre 2008 et 2009. C’était une web-série, nommée « PG: Porn », qui avait pour objectif de tourner du porno mais sans le sexe.

Il décrit ainsi le projet sur son site:

« Combien de fois avez-vous regardé un super film porno – dont vous appréciez vraiment l’histoire, le jeu d’acteur, la réalisation – quand, tout à coup, ils gâchent tout avec DES GENS COUCHANT ENSEMBLE? »

Il rajoute encore:

« C’est de la pornographie que tout le monde peut apprécier, pas seulement les pervers. Vous et votre grand-mère, par exemple, pouvez vous asseoir ensemble et apprécier des cochonneries toutes propres. »

Un grand et beau projet, d’autant plus qu’il a su s’entourer de nombreuses célébrités du petit écran, du cinéma ou du porno dont on peut citer:

Nathan Fillon: Le capitaine du Serenity dans la série « Firefly » ou Richard Castle dans la série « Castle ».
Alan Tudyk: Le pilote du Serenity dans la série « Firefly » ou Tucker dans le film « Tucker  & Dale vs Evil ».
Michael Rosenbaum: Lex Luthor dans « Smallville ».
Craig Robinson: Lui-même dans le film « This Is The End » ou Nick dans le film « Hot Tube Time Machine ».

Aria Giovanni: Elle-même dans le film « Aria’s House of Ecstasy »
Belladonna: Elle-même dans le film  « Belladonna’s Road Trip: Cabin Fever »
Marie Luv: Elle-même dans le film « Marie Luv’s Go Hard or Go Home »
Sasha Grey: Elle-même dans le film « Fifty shades of Grey: The Best of Sasha Grey »

En résumé, il y a quand même un beau casting, des acteurs assez connus et respectés dans leurs milieux.

Dernièrement, c’est une vidéo avec James Gunn et Sasha Grey qui est ressorti sur le net afin de rappeler les différents projets du réalisateur accédant à une plus grande notoriété dans le milieu du cinéma. Une occasion de rigoler sur les scénarios, souvent improbable, des productions pornographiques, « Roadside Ass-Sistance » le démontre de façon impeccable.

PG PORN: Roadside Ass-Sistance

 

On retrouve tous les codes du porno classique américain, des plans de caméra à la musique ringard sans oublier le fameux regard de Sasha ou la fausse naïveté de James.

Mais ce n’est pas ma vidéo préférée, il y en a une autre que j’apprécie particulièrement « Helpful Bus – Uncensored » avec Craig  Robinson, Bree Olson et Marie Luv. Ça a surtout réveillé en moi des souvenirs, il y a un côté très nostalgique.

Bien évidemment cela parodie la société de production « Bangbros », notamment sa série « Bangbus ». Je me souviendrai toujours de l’épisode 5 avec Isabelle, je pourrais vous décrire chaque seconde des 1h 8min 58sec du film. Rien que d’y repenser, j’ai un pincement au cœur, la compagnie existe depuis les années 2000 et cette série a commencé vers 2004. C’était alors l’explosion du porno amateur, des petits jeunes se lançaient plein d’entrain dans la production. Ces gars-là ont fini par percer, j’ai un peu l’impression d’avoir vécu ça à leurs côtés, je suivais leur évolution, les différentes séries, le passage à la HD, etc…

Mais revenons à James Gunn et la vidéo dont il est question maintenant.

PG Porn: Helpful Bus - Uncensored!

 

Assez délirant, ils reprennent le même type de plan, de scénario, d’environnement que l’original sauf qu’ils le détournent en quelque chose d’humoristique moquant l’univers pornographique et ses scénarios souvent bien pauvre.

Ils existent pourtant quelques productions plus poussées mais il faut alors se tourner vers le mouvement féministe et son aile « pro-sexe », Ovidie est l’une des pionnières en France dans ce type de réalisation avec souvent une écriture plus soignée, une plus grande égalité dans les rapports et surtout l’approbation des partenaires dans leurs actes.

Bon, James Gunn parle quand même de son blog Myspace, ce qui est un indicateur concernant l’époque à laquelle ces mini-séries ont été réalisées. Ce qui est amusant, c’est surtout que sur le web, on oublie rien, tout peut ressortir un jour ou l’autre même si c’est vieux.