Visions du Réel 2015 : Retour sur une Illusion

Les réalisateurs helvètes Elena Hazanov et Claudio Recupero continuent leur travail pédagogique et moral, avec un témoignage du survivant d’un des régimes les plus funestes de l’Histoire.

0
170
Retour sur une Illusion, par Elena Hazanov et Claudio Recupero
Image droits réservés.

Le Billet entame sa première couverture des Visions du Réel par un film hybride, chroniquant tout autant le temps passé avec Ong et Bounnie, un couple de Cambodgiens ayant vécu à travers la dictature des Khmers Rouges durant les années 1970, que la formation de six jeunes étudiants en cinéma qui participent activement à la réalisation de ce documentaire saisissant.

Retour sur une Illusion est dans le même registre que Laci Bàcsi, le film précédent réalisé par le duo et produit par l’équipe adéquatement nommée des Façonneurs de Mémoire. En effet, ils nous content la vie et les témoignages indispensables de survivants des régimes brutaux du XXème siècle, des témoignages qui ne semblent toujours pas internalisés par l’esprit collectif de la race humaine de nos jours.

L’histoire ici prend ses racines dans le colonialisme de l’Asie du sud-est, dans la lutte pour l’indépendance de l’Indochine française, et dans les idéologies communistes qui ont embrasé le monde à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En l’occurrence, le parti communiste du Kampuchéa, mené par Pol Pot, prit le pouvoir au Cambodge en 1975. Suivant leur idéologie et leurs plans, les Khmers Rouges (nom donné aux adhérents du parti), réussirent à exterminer environ 2 millions de leurs compatriotes jusqu’en 1979, ce qui équivalait au quart de la population cambodgienne.

Ong Thong Hoeung et sa femme Bounnie étudièrent à Paris dans leurs années universitaires et, emplis d’espoir, décidèrent de retourner au Cambodge lorsque le changement de pouvoir se produisit en 1975. Considérés comme des « intellectuels », ils furent emprisonnés et placés dans un camp de prisonniers dès leur arrivée par ceux qu’Ong qualifia plus tard de « stalinistes nationalistes ».

Autant le thème est universel et récurrent des régimes communistes, que ce fut la Yougoslavie, l’Allemagne de l’Est, la Hongrie, le Chili, l’Argentine ou encore certains pays aujourd’hui, la façon de l’aborder dans Retour sur une Illusion met au centre de l’objectif la transmission de mémoire aux générations futures. Au centre, et même tout autour.

En effet, les deux aspects du film, l’éducation cinématographique des élèves (caméra, son, prises d’angles, interviews, cadrage en motion, etc.) et le témoignage des deux sujets dans différents lieux du génocide, sont aisément intégrés et liés.

Le point fort de Retour sur une Illusion est indéniablement la force transmise par cet homme à travers la caméra, l’authenticité palpable lorsqu’il déconstruit et reconstruit rationnellement sa réalité. De voir à quel point, des années après, perdure une sorte de « culpabilité du survivant » poussant Ong à poursuivre son œuvre en dépit de sacrifices personnels reste une sensation auguste et imposante.

Fascinant et poignant, Retour sur une Illusion perd de son tempo et rythme en s’éternisant sur les plans et des questions secondaires, mais les thèmes soulevés de responsabilité, d’idéologie et de liberté tant physique qu’émotionnelle sont adroitement mis en exergue.

Noté : 4 / 5

Bande-Annonce

Indisponible actuellement

Détails

Date de sortie en Suisse: –
Réalisateur: Elena Hazanov et Claudio Recupero
Pays de production: Suisse
Durée du film: 72 minutes
Genre: Documentaire

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleLa fantastique bande-annonce de Fantastic Four
Next articleAllô maman, ici Tidal
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!