Top 10 du Festival International de Films de Fribourg 2015

Ascenseur émotionnel lors de la 29ème édition du Festival international de Films de Fribourg. De l’absurdité de Quentin Dupieux à l’émotion transmise par Oussama Mohamed, le FIFF a fait passer du rire aux larmes les 40 000 spectateurs de cette édition 2015. Loin des paillettes, les réalisateurs présents à Fribourg ont offert une semaine durant des moments qui resteront précieusement rangés dans un tiroir de nos mémoires. Dix instants, parfois surréalistes, toujours marquants, qui parmi tant d’autres, ont fait le FIFF 2015.

0
330

1. Le remerciement de Hoang Diep Nguyen en chanson

La réalisatrice de « Flapping in the middle of nowhere », primé trois fois lors de la cérémonie de clôture, a remercié le public en dévoilant ses talents de chanteuse. Moment émouvant où la réalisatrice vietnamienne remercie Thierry Jobin, et raconte lui avoir promis, il y a trois ans, de réaliser ce même long métrage.

2. L’énergie surréaliste et l’élégance d’Alanis Obomsawin

La grande cinéaste Alanis Obomsawin, réalisatrice de nombreux documentaires sur la culture amérindienne, âgée de 82 ans, a transmis à tous les jeunes un message d’espoir en transférant son énergie et son élégance hors-normes. Présidente du Jury international, la cinéaste a épaté le public de Fri-son en suivant les plus jeunes jusqu’au au bout de la nuit. Un exemple pour tous.

3. Le silence après le projection de « Silvered Water » de Oussama Mohammed

Probablement la claque de cette semaine, le documentaire syrien « Silvered Water » a été projeté en présence des autorités fribourgeoises. Oussama Mohammed, Wiam Simav Bedirxan, et « 1001 Syriens », sont les trois réalisateurs de cet autoportrait de la Syrie actuelle. Le silence suivant la projection incarne probablement la prise de conscience provoquée par ces images paraissant irréelles.

4. Les scoops révélés par le Jury international lors de la rencontre avec le public

Alix Delaporte avoue être en retard aux projections et devoir rattraper son retard dans des petites salles exiguës du festival tandis que Ursula Meier dévoile l’épidémie de gastro qui a circulé dans le Jury pendant la semaine. Quoi qu’on en dise, les cinéastes sont des humains.

5. Les nombreux remerciements pour « All that cheese » lors de la cérémonie de clôture

La fondue dégustée lors de la « course d’école » des invités au Moléson aura ravi les invités de cette édition à tel point que plusieurs d’entre eux l’ont mentionnée dans leur discours de remerciement.

6. Le doux moment où mes camarades parlent football avec Alvaro Brechner

Réalisateur du film d’ouverture « Mr. Kaplan », Alvaro Brechner est semblerait-il fan de Manchester United (Le Billet tient un scoop non négligeable). « Mr. Kaplan » est l’histoire d’un vieux monsieur âgé de 76 ans en pleine crise identitaire, qui décide de rendre justice à sa famille juive en séquestrant un pseudo « nazi » qui se serait réfugié en Uruguay.

7. La visite surprise de Geraldine Chaplin

Visite inattendue de l’actrice Geraldine Chaplin venue présenter son film « Sand Dollars », dans lequel elle incarne une Française partie vivre sa retraite en République Dominicaine, amoureuse d’une jeune prostituée.

8. La performance de percussion improvisée par l’acteur Ricardo Toribio

Ricardo Toribio a offert au public une performance de percussion avec un instrument trouvé dans l’urgence. Venu présenter le film « Sand Dollars » accompagné de Geraldine Chaplin, le jeune acteur dominicain a surpris le public à l’issue de la projection du film.

9. La casquette « Star Wars » de  Man-dae Bong, réalisateur de « Playboy Bong »

Lorsque le réalisateur apprend que son film est programmé à Fribourg, il saute dans un avion. Venu de Corée du Sud pour présenter « Playboy Bong », satire érotique mettant en scène une équipe de tournage ayant pour objectif de tourner un film d’« horreur – érotique », Man-dae Bong a enchanté le public avec son humour et son décalage.

10. La déclaration d’amour de Thierry Jobin aux réalisateurs lors de la cérémonie de clôture

« Vous serez, ici, toujours chez vous ». Ainsi se termine la déclaration de Thierry Jobin aux réalisateurs présents lors de cette 29ème édition du FIFF. Phrase s’adressant en particulier aux réalisateurs menacés par des gouvernements loin d’être démocratiques, souvent forcés à l’exil pour créer.

Les bras et l’esprit ouvert, cette édition du Festival International de Films de Fribourg aura réuni sous le signe de la diversité.

SHARE
Previous articleA Girl Walks Home Alone at Night
Next articleHome (En Route!)
Diplômée en Etudes du développement international, je rejoins l'équipe du Billet en janvier 2015. Films engagés, indépendants, je suis à la recherche d'un cinéma qui perturbe le sens commun et heurte la banalité. Parallèlement, je travaille sur différentes recherches académiques sur le cinéma et la mémoire ainsi qu'au sein du bureau du festival Cully Jazz.