Pas vraiment une découverte, mais vraiment une surprise. A la base, pour moi, Jack Garratt c’est une sorte de James Blake revisité, un nouveau songwriter, très bon.

Le concert de Brighton me montrera l’étendue de mon erreur: seul sur scène, Garratt commence effectivement de façon assez classique, puis viennent les basses et les beats. En fait, il y a du Massive Attack dans son live, encore jeune, certes, mais quand même. Et en même temps, ça repart sur du rock, du blues par moment. C’est beau.

La grosse grosse baffe de ce Great Escape, à aller voir absolument au Montreux Jazz en juillet !