N’étant pas un grand connaisseur du cinéma suisse, c’est avec quelques regrets que je n’ai pas pu profiter plus souvent de notre première expérience aux Journées de Soleure. C’est alors avec grande joie que j’ai découvert le film Schweizer Helden (Héros Sans Papiers, lit. Héros Suisses) de Peter Luisi, qui nous avait échappé à Locarno.

Cela étant dit, je comprends parfaitement qu’il y ait obtenu le Prix du Public de la Piazza Grande.

Projeté dans le cadre de la catégorie Panorama à Soleure, Schweizer Helden a ému le public grâce à son éventail d’émotions, son casting d’ensemble parfait et son histoire profondément suisse. Schweizer Helden accorde parfaitement la plus ancienne des histoires suisses (Guillaume Tell) avec l’histoire contemporaine des requérants d’asile.

Le film est une fiction basée sur une histoire vraie ; c’est une expérience personnelle qui inspira la création de cette œuvre nous confia le réalisateur Peter Luisi. Nous suivons la vie de Sabine (Esther Gemsch), une mère de famille uranaise séparée de son époux qui se retrouve seule durant la période de Noël. Par une rencontre fortuite, elle arrive en contact avec le centre de requérants d’asile de la région. Dans sa solitude, Sabine se propose pour mettre sur pied une activité pour les requérants durant la période des fêtes. Pendant leurs premières intéractions, Sabine raconte la légende de Guillaume Tell. Les requérants, pour diverses raisons, s’identifient au personnage et à l’histoire de Tell et de là nait l’envie de jouer la pièce de théâtre rédigée par Friedrich Schiller, malgré les nombreuses difficultés et oppositions à tous les niveaux.

Très suisse de par son humour, ses thèmes et son contexte ou encore son ambiance, Schweizer Helden laissera une impression différente à travers le pays. En fonction de l’opinion que chacun a vis-à-vis du sujet, le film résonnera de manière différente, et c’est exactement cette versatilité qui est sa force majeure. Au sein même de notre histoire, nous avons divers obstacles. Les obstacles artistiques en premier, car la majorité des requérants ne parlent pas allemand. Il y a ensuite un souci d’intégration, puisque cette activité est montée dans un souci de rapprocher les requérants de la communauté locale, alors que leur situation légale reste précaire. Finalement, le problème de la situation personnelle de chaque individu (et pas seulement des requérants) et des personnalités conflictuelles reste tangible, et c’est grâce à cet aspect que le film évolue.

En effet, la perception d’autrui est aussi un thème central, ce qui rend énormément touchant les problèmes de chacun des protagonistes, mêlés à cette envie humaine de venir en aide. La compassion est ici face à un système et un processus brutal, dans une petite société fermée.

Malgré les stéréotypes mis en exergue parfois abondamment, le film évite de tourner l’intrigue en cirque (comme c’est le cas avec la pièce de Tell) et communique une bonne et chaleureuse ambiance. Il ne devient pas « lourd » et trouve un subtil équilibre. Malgré les nombreuses questions laissées sans réponse, Schweizer Helden est bien ficelé mais parfois hâté.

Indéniablement, les acteurs sont phénoménaux, si naturels, si forts. Un mélange d’acteurs établis du cinéma, du théâtre ainsi que d’amateurs et d’anciens requérants d’asile place le film vers les sommets du cinéma suisse.

Noté : 4 / 5

Bande-Annonce

Casting

Esther Gemsch
Komi Mizrajim Togbonou
Karim Rahoma
Elvis Clausen
Newroz Baz
Klaus Wildbolz
Aylin Maurer
Uygar Tamer
Ersoy Yildirim
Fahran Abdi
Carine Kapinga
Tsering Bokong
Leo Pinkus
Alejandra Cardona
Kamil Krejci

Détails

Date de sortie en Suisse: 25.02.2015
Réalisateur: Peter Luisi
Pays de production: Suisse
Durée du film: 94 minutes
Genre: Comédie / Drame

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleBerlin 2015 : Taxi
Next articleBerlin 2015 : Journal d’une femme de chambre
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!