Relatos Salvajes est ce qu’on peut appeler un immense « pétage de plomb ». Un film à sketchs qui dépeint plusieurs aspects de notre ère. L’inégalité, l’injustice, la dépression et la colère sont les vecteurs communs d’une comédie furieusement intense.

Découpé en six sketchs, Relatos Salvajes débute en douceur pour grimper en intensité par des histoires loufoques mais diablement efficaces. Energique, acide par instant, Damian Szifron nous enthousiasme par des sketchs peu banals mais dont l’humour (des fois douteux) permet de se fendre la poire à gros éclats de rire.

Damian Szifron, protégé de Pedro Almodovar, s’en donne à coeur joie avec une comédie décapante et, parfois, moraliste. L’argentin pointe du doigt une sorte d’inégalité des classes à Buenos Aires tout en tablant sur un genre de comédie à deux vitesses, le cinéaste insuffle une énergie débordante avec une suite de séquences habilement ficelées. Notons que le dernier sketch est une petite merveille d’absurdité. Pour faire court, nous retrouvons un couple lors de leur mariage mais la tromperie dont a été victime la mariée va mettre le feu aux poudres pour donner lieu à une empoignade mémorable qui clôture parfaitement cette suite de sketchs complètement allumés.

Même si la qualité de l’œuvre est indéniable, plusieurs points négatifs sont à souligner. Trop long, certains sketchs traînent sur la longueur. Jouer sur un humour absurde peut donner lieu à des largesses scénaristiques qui peuvent surprendre dans le mauvais sens.

Pour conclure, Szifron réussit parfaitement la délicate épreuve du film à sketchs. Colérique, cruel, injuste, Relatos Salvajes s’inscrit comme une oeuvre réussie sans être un chef d’oeuvre. L’exercice est atteint voire même dépassé, comme le prouve ce dernier sketch aux allures de bouquet final.

Note : 3/5

 

Bande-annonce :

 

Fiche technique :

Réalisé par : Damian Szifron
Date de sortie : 14 janvier 2015
Durée : 2h02min
Genre : Comédie, Drame, Thriller
Nationalité : Argentin, Espagnol

Casting :

Ricardo Darin
Oscar Martinez
Leonardo Sbaraglia
Erica Rivas
Dario Grandinetti
Rita Cortese
Maria Marull
Julieta Zylberberg

REVIEW OVERVIEW
Note
SHARE
Previous articleLes Souvenirs
Next articleLes croquettes du lundi
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.