Greg, un lycéen dont l’envie de passer inaperçu est presque devenue un art. Employant l’autodérision avec une certaine finesse, Greg souhaite passer sa dernière année de lycée comme il l’a commencée : discrètement. Accompagné de son collègue et ami Earl, le discret lycéen va devoir changer certaines de ses habitudes. En effet, sa mère l’oblige à aller prendre des nouvelles de Rachel, une ancienne amie de la maternelle atteinte d’une leucémie.

Le drame adolescent a le vent en poupe ces derniers temps. Me and Earl and the Dying Girl ne déroge pas à la règle. Placé sous le signe de la maladie, le long-métrage n’est pas un remake de The Fault in Our Stars, mais bien un contre-pied. Comme il est souvent rappelé durant le film : This is not a love story. D’ailleurs, le titre français reprend cette phrase…

Entre une vie lycéenne étrange, un pote tout aussi étrange et une nouvelle amie mourante, la vie de Greg prend des airs de conte morbide et drôle en même temps. La trame dramatique est constante, de par l’ombre de la maladie qui plombe souvent une ambiance enjouée. Malgré le spectre de la mort, l’humour est bien présent, même dans les moments délicats. En témoigne cette scène tordante, où Greg – prestation convaincante de Thomas Mann – se lance dans une imitation de Werner Herzog alors qu’en face de lui, Rachel – Olivia Cooke y joue un rôle touchant – est en pleine chimio, et semble très affaiblie. Cet aspect du drame mélangé à la comédie reste l’un des points intéressants du métrage. Outre ce mélange intéressant, nous pouvons citer le bon casting et le travail photographique (Chung-hoon Chung) d’une qualité indéniable.

ME AND EARL AND THE DYING GIRL - 2015 FILM STILL - Pictured:  Olivia Cooke as "Rachel" and Thomas Mann as "Greg"  - Photo Credit:  Anne Marie Fox     © 2015 Twentieth Century Fox Film Corporation All Rights Reserved
ME AND EARL AND THE DYING GIRL – 2015 FILM STILL – Pictured: Olivia Cooke as « Rachel » and Thomas Mann as « Greg » – Photo Credit: Anne Marie Fox
© 2015 Twentieth Century Fox Film Corporation All Rights Reserved

Hormis ces points positifs, Me and Earl and the Dying Girl ne convainc pas. De mon côté, je n’ai jamais réussi à rentrer totalement dans le récit, restant insensible à l’émotion qui en ressortait. Plus nous avançons dans la maladie de Rachel, plus je paraissais hors du récit. Le nombre incalculable de références et les dialogues incessants sont la cause de mon manque d’attention. Cette abondance de détails et de clins d’oeil agaçants donnent l’impression de s’immiscer dans un échange entre ados qui ne rime à rien.

L’oeuvre d’Alfonso Gomez-Rejon, adaptée du roman de Jesse Andrews, verse dans une sobriété négative. À force d’être continuellement modeste, on en devient fatigué par le manque de profondeur du traitement. L’histoire plutôt forte tragiquement parlant, reste dans un développement convenu. Nous devons attendre la scène finale pour sentir (enfin) un petit pincement au coeur…

Bande-annonce :





Fiche technique :

Réalisé par : Alfonso Gomez-Rejon
Date de sortie :
Durée : 1h45min
Genre : Comédie, Drame
Nationalité : Américain
Photographie : Chung-hoon Chung
Scénario : Jesse Andrews

Casting :

Thomas Mann
Olivia Cooke
RJ Cyler
Nick Offerman
Jon Bernthal
Molly Shannon
Connie Britton
Matt Bennett

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleInterview : Phlippe Le Guay
Next articleConcours | CLUB PARADIS en avant-première
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.