Venise 2015 – Marguerite

Quand chanter faux devient un art.

0
112
Marguerite de Xavier Giannoli - Image droits réservés © Larry Horricks

Paris, dans les années 20. Marguerite Dumont (Catherine Frot) est une femme fortunée passionnée de musique et d’opéra. Se produisant régulièrement devant un cercle d’habitués, Marguerite chante affreusement faux…mais personne n’ose lui dire le contraire. Face cette angoisse, son mari et ses proches l’entretiennent dans ses illusions. Persuadée d’être douée, Marguerite se met en tête de chanter devant un vrai public. Le scénario catastrophe pour son mari…

Oui, cette histoire est en grande partie vraie. Au lieu de s’appeler Marguerite Dumont, c’est sous le nom de Florence Foster Jenkins que cet étonnant personnage était connu. Une étrange histoire qui puise sa force dans un équilibre entre la comédie et la méchanceté. Un mélange abrasif qui nous expose toute l’hypocrisie d’une société bourgeoise et coincée.

En premier lieu, le rôle principal (Catherine Frot) tenait une part prépondérante dans le bon déroulement du film de Xavier Giannoli. Fort heureusement, Frot s’en sort parfaitement dans cette prestation de chanteuse ridicule. Un rôle compliqué qui a valu à Catherine Frot, une préparation intensive – aidée, il est vrai, par une doublure – pour interpréter cette délicate performance. Mais à n’en pas douter, Marguerite aurait été de moins bonne facture sans ses seconds rôles. À commencer par Sylvain Dieuaide, l’interprète de Lucien Beaumont qui détonne comme journaliste guindé aux envies de révolution, accompagné de Kyril Von Priest – joué par Aubert Fenoy -, un poète anarchiste. Ajoutons aussi les rôles de Michel Fau – à mourir de rire en coach vocal – et celui de Denis Mpunga qui campe Madelbos, un étrange majordome dévoué à la cause de Marguerite.

Ce qui frappe avant tout dans Marguerite, c’est cette qualité photographique. Magnifié par cette lumière épurée – rappelons que le film a été tourné avec des objectifs des années 50 -, Marguerite est un pur délice visuel. Une photographie soignée digne d’éloge qui laisse transparaître une image plutôt sombre qui colle à la perfection au récit. Un bel hommage, si on peut dire, à Florence Foster Jenkins.

Bande-annonce :






Fiche technique :

Réalisé par : Xavier Giannoli
Date de sortie : 16 septembre 2015
Durée : 2h07min
Genre : Drame
Scénario : Xavier Giannoli, Marcia Romano
Photographie : Glynn Speeckaert
Nationalité : Français, belge, tchèque
Musique : Ronan Maillard

Casting :

Catherine Frot
André Marcon
Michel Fau
Christa Théret
Denis Mpunga
Sylvain Dieuaide
Aubert Fenoy
Théo Cholbi

REVIEW OVERVIEW
Note :
SHARE
Previous articleVenise 2015 – Beasts of No Nation
Next articleVenise 2015 – Lolo
Journaliste culturel. Ex Italic Magazine et ravagé de l'écran.