Déclarant lui-même qu’en réalisant son premier film à quarante ans il avait l’impression d’être en retard, le réalisateur Nicolas Pariser capture en quelque sorte dans Le Grand Jeu cette aura des vingt dernières années en France, où se mêlent politique, évidemment, mais aussi littérature, paranoïa, amour et activisme.

Pierre Blum (Melvil Poupaud) est un romancier dans sa quarantaine dont les meilleures années sont déjà derrière lui. Divorcé de Caroline (Sophie Cattani), son ex-femme qui gère une petite galerie d’art, il est seul dans son rythme d’une certaine vie de Bohème. Un soir, Pierre fait la connaissance de Joseph Paskin (André Dussolier), un homme mystérieux dont la seule certitude est qu’il est influent. Joseph propose très rapidement à Pierre de recommencer à écrire dans un but bien précis, où les deux s’engageraient dans un jeu périlleux. Sur le chemin, Pierre rencontrera la jeune Laura (Clémence Poésy), une jeune militante d’extrême-gauche qui lui rappellera sa jeunesse ainsi que son mariage.

Pendant soixante minutes, Le Grand Jeu est grandiose. Haletant, sombre, machiavélique, manipulateur et sans répit, tout est en place pour le renouveau du genre du thriller politique français, plutôt représenté ces derniers temps par les séries télévisées. Le film exhibe un tempo parfait, coupé de quelques scènes de repos bienvenues. Pendant les quarante dernières minutes par contre, le film devient presque ringard tant par la qualité du jeu d’acteur que le scénario. Le contraste est choquant.

Cinématographiquement, la camera reste la majorité du temps dynamique, en se rapprochant et s’éloignant de personnages plus ou moins bien joués. André Dussolier est impérial, car en plus de son jeu il possède les caractéristiques physionomiques du rôle qu’il joue. Son personnage cherche sans relâche à gravir les échelons du pouvoir, et c’est dans cet air auguste et renfermé que l’on ressent sans faute que c’est un homme qu’il ne faut pas avoir parmi ses ennemis. C’est un parieur, dans plusieurs aspects de sa vie, et quelqu’un qui ne perd pas souvent.

À l’autre bout du spectre figure Clémence Poésy, coupable d’une prestation indifférente dans un rôle qu’elle n’a su rendre intéressant. Coïncidence inopportune ou récit maladroit, Le Grand Jeu s’effrite au fur et à mesure que son personnage prend de plus en plus de temps à l’écran. Dommage.

Dans une machination politique dans la France du XXème siècle, celle où « la liberté d’expression est plus efficace que la censure pour faire taire un message politique », chacun est un pion pour un autre Roi. Porteur de tant de vérité, extrêmement bien écrit et subliment ficelé, malgré les quelques pistes non résolues du film, Le Grand Jeu aurait pu être quelque chose de bien plus grand encore.

Noté : 3.5 / 5

Bande-Annonce

Indisponible

Casting

Melvil Poupaud
André Dussollier
Clémence Poésy
Sophie Cattani
Nicolas Wanczycki
Gavino Dessi
Antoine Chappey
Vanessa Larre

Détails

Date de sortie en Suisse: Inconnu
Réalisateur: Nicolas Pariser
Pays de production: France
Durée du film: 100 minutes
Genre: Thriller / Drame

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleAmerican Ultra
Next articleN.W.A – Straight Outta Compton
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!