Ces deux derniers jours furent très calmes pour vous au niveau des films. Nous avions pu voir tout ce qui était important (du moins, c’est ce que l’on pensait…) et ce matin nous attendait le dernier film en compétition internationale, Iron Ministry.

Ce matin furent aussi annoncés les lauréats des divers prix, avec une liste complète à lire plus bas contenant les liens directs vers nos articles correspondants. Le film Mula sa kung ano ang noon (image en bas à droite sur l’image) du réalisateur philippin Lav Diaz (en haut à droite sur l’image) fut primé avec le Pardo d’Oro du meilleur film, et nous l’en félicitons. Malheureusement, de par des contraintes de planification et de nos disponibilités limitées, ni Sven ni moi n’étions capables d’aller voir ce film pour rapporter nos impressions. En effet, aller voir un film d’une durée de 5 heures et 38 minutes nous aurait poussé à sacrifier deux à trois autres films en même temps, ce que nous n’étions pas en mesure de faire.

Quoi qu’il en soit, nous sommes très heureux de notre première expérience à Locarno, et nous espérons que Le Billet y sera représenté l’année prochaine encore!

Ce soir se déroulera la cérémonie de remise des prix, lors de laquelle nous alimenterons les différents réseaux sociaux avec des photos et nouvelles.

Merci de nous avoir suivis, et à bientôt!

Sven et Mark

Panorama Suisse : Montauk (Court-métrage)
Vinz Feller – 2013 – Suisse
Vu et rédigé par Sven Papaux et Mark Kuzmanic

Sven : Le mari d’Elisabeth s’est ôté la vie. Son voeu était de se rendre avec elle une dernière fois à Montauk, là où, grâce au livre de Max Frisch du même nom, ils s’étaient rencontrés 36 ans plus tôt. Elisabeth se met donc en route une dernière fois pour les USA, emportant les cendres de son mari. Un voyage qui va s’avérer bénéfique pour Elisabeth.

Extrêmement touchant, Montauk met en lumière une chose primordiale : le pardon ! Elisabeth ne décolère pas et cette balade lui ouvrir les yeux pour pardonner et se rendre qu’elle est affreusement triste. Un court-métrage émouvant, porteur d’un message. Vinz Feller le réussit avec simplicité et classe.

Mark : Une scène d’ouverture poignante, dont l’issue ne laissait déjà après une minute de film aucun doute, couplée à un message parlant d’une maladie incurable poussent Elisabeth à entreprendre, une dernière fois étant très âgée, le voyage depuis la Suisse vers Montauk, aux Etats-Unis.

Trouvant un équilibre subtil entre la mort et la vie, Montauk réussit à transmettre une dose d’émotions fortes grâce à la situation mise en place et surtout grâce à tout ce qui n’a pas été montré ou dit.

Piazza Grande : Land Ho!
Martha Stephens, Aaron Katz – 2014 – Etats-Unis
Vu et rédigé par Mark Kuzmanic et Sven Papaux

Mark : C’est la très belle histoire de deux amis cherchant à revivre. Mitch et Colin sont à la retraite, furent beaux-frères avant leurs divorces respectifs, et cherchent de l’adrénaline pour redonner un sens à leur vie.

Ayant vécu des années dans un certain ordre, une fois que les changements radicaux s’installent (décès, divorce, retraite) Mitch ne sais plus quoi faire de ses journées. Pensez à La Vie rêvée de Walter Mitty en version séniors, vous verrez ces deux trublions arpenter les boîtes de nuits de Reykjavik, explorer l’île dans sa beauté sauvage et profiter des spas (sans compter trainer avec des femmes ayant le tiers de leur âge!)

Une comédie bienvenue, parfois brouillonne, mais très amusante.

Sven : Ayant perdu toute illusion sur la vie après sa retraite, Mitch, un ancien chirurgien arrogant, convainc son ex beau-frère, le réticent Colin, de passer ses vacances avec lui en Islande. S’ensuit une aventure entre le duo de retraités.

Une sympathique comédie qui, de par son duo, vous fera rire et passer un moment agréable à découvrir les recoins de l’Islande. Entre rire et prise conscience, Land Ho enchante par son côté chaleureux et spontané. Par contre, le film tourne un peu rond et termine même en roue libre. Qu’importe, nos deux retraités nous procurent une bonne bouffée d’air tout droit venue de Reykjavik.

Bande-Annonce :

Panorama Suisse : nebel (le brouillard)
Nicole Vögele – 2014 – Allemagne
Vu et rédigé par Mark Kuzmanic et Sven Papaux

Mark : Un documentaire étrange dans sa conception. Le silence et le calme sont prépondérants. L’isolation complète. Chaque protagoniste est montré dans sa solitude, avec comme thème le brouillard épais recouvrant le tout.

La film est une extension de la vision du monde de la réalisatrice Nicole Vögele, en montrant que le brouillard représente les choses que l’on est incapables de partager avec d’autres personnes. Presque capable de nous mettre d’humeur dépressive, le film réussit à transmettre le message de la réalisatrice : nous sommes seuls, et chacun réagit différemment à cette solitude.

Sven : Une gare dans la brume, des rails qui se perdent dans la blancheur. Un homme qui attend. Entre les nappes de brouillard, un renard, le nez au vent. Mugissements, vacillements, puis le silence. Des images de la nature se mêlent à des rencontres fugitives des hommes qui habitent leurs propres mondes : un musicien, un astronome, un éleveur de chevaux. Tous sont animés d’une soif secrète de contacts.

Après un synopsis pareil, notre curiosité était grande. Une immersion étrange dans un univers créé par Nicole Vögele. Un film dont la solitude, le contact, l’envie sont les vecteurs. « Un grondement intérieur » que souhaite transmettre la réalisatrice. Une expérience singulière pour un film abstrait.

Interview Nicole Vögele

Entretien à lire ici.

Piazza Grande : Geronimo
Tony Gatlif – 2014 – France/Turquie
Vu et rédigé par Sven Papaux

Sud de la France, Geronimo, une jeune éducatrice, veille à apaiser les tensions entre les jeunes du quartier Saint-Pierre. Tout bascule quand Nil Terzi, une adolescente d’origine turque, s’échappe de son mariage forcé pour retrouver son amoureux, Lucky Molina, un jeune gitan. Cette fuite met le feux aux poudres entre les deux clans et lorsque l’affrontement éclate en joutes et « battles » musicales, Geronimo va tout tenter pour arrêter la folie qui embrase le quartier.

Entre Sexy dance et Romeo + Juliette, Geronimo se distingue par un rythme de fou furieux entre démonstrations de danses et intimidations. Tony Gatlif ne laisse aucun instant de répit. Un rythme que les protagonistes ne tiennent pas. Si, Céline Sallette s’en sort, les autres en font beaucoup trop.
Bref, un film qui part dans tous les sens mais grâce à cette énergie, Geronimo garde, un minimum, la tête hors de l’eau. Mais bien trop brouillon pour prétendre à quelque chose de sensé.

Concorso Internazionale : The Iron Ministry
J.P. Sniadecki – 2014 – Etats-Unis/Chine
Vu et rédigé par Mark Kuzmanic

Article complet à lire ici.

Concorso Internazionale

Pardo d’oro

MULA SA KUNG ANO ANG NOON (From What Is Before) de Lav Diaz, Philippines

Premio speciale della giuria

LISTEN UP PHILIP de Alex Ross Perry, États-Unis

Pardo per la miglior regia

PEDRO COSTA pour CAVALO DINHEIRO, Portugal

Pardo per la miglior interpretazione femminile

ARIANE LABED pour FIDELIO, L’ODYSSÉE D’ALICE de Lucie Borleteau, France

Pardo per la miglior interpretazione maschile

ARTEM BYSTROV pour DURAK (The Fool) de Yury Bykov, Russie

Mentions spéciales

VENTOS DE AGOSTO de Gabriel Mascaro, Brésil

Concorso Cineasti del presente

Pardo d’oro Cineasti del presente – Premio Nescens

NAVAJAZO de Ricardo Silva, Mexique

Premio speciale della giuria Ciné+ Cineasti del presente

LOS HONGOS de Oscar Ruiz Navia, Colombie/France/Argentine/Allemagne

Premio per il miglior regista emergente

LA CREAZIONE DI SIGNIFICATO de Simone Rapisarda Casanova, Canada/Italie

Mention spéciale

UN JEUNE POETE de Damien Manivel, France

Opera Prima

Pardo per la migliore opera prima

SONGS FROM THE NORTH de Soon-mi YOO États-Unis /Corée du Sud/Portugal

Mention spéciale

PAROLE DE KAMIKAZE de SAWADA Masa, France

Pardi di domani
Concorso internazionale

Pardino d’oro per il miglior cortometraggio internazionale – Premio SRG SSR

ABANDONED GOODS de Pia Borg et Edward Lawrenson, Royaume-Uni

Pardino d’argento SRG SSR per il Concorso internazionale

SHIPWRECK de Morgan Knibbe, Pays-Bas

Nomination di Locarno agli European Film Awards – Premio Pianifica

SHIPWRECK de Morgan Knibbe, Pays-Bas

Premio Film und Video Untertitelung

HOLE de Martin Edralin, Canada

Mention spéciale

MUERTE BLANCA de Roberto Collío, Chili

Concorso nazionale
Pardino d’oro per il miglior cortometraggio svizzero – Premio SwissLife

TOTEMS de Sarah Arnold, France

Pardino d’argento Swiss Life per il Concorso nazionale

PETIT HOMME de Jean-Guillaume Sonnier, Suisse

Premio Action Light per la miglior speranza svizzera

ABSEITS DER AUTOBAHN de Rhona Mühlebach, Suisse

Prix du Public UBS

SCHWEIZER HELDEN de Peter Luisi, Suisse

Variety Piazza Grande Award

MARIE HEURTIN de Jean-Pierre Améris, France

Félicitations aux vainqueurs, et rendez-vous à Venise dans deux semaines!

SHARE
Previous articleEntretien exclusif : Fernand Melgar
Next articleThe Fault in Our Stars (Nos étoiles contraires)
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!