Venise 2015 – L’Hermine

En compétition internationale à la Mostra di Venezia, "L’Hermine" de Christian Vincent est une œuvre sobre et touchante. Loin des mises en scène spectaculaires, le long-métrage offre une narration humble mais sincère sublimée par une interprétation brillante de Fabrice Luchini.

2
129
L'Hermine, par Christian Vincent
Image © Asac - la Biennale di Venezia

Surnommé « Le Président à deux chiffres », Xavier Racine est un président de la cour d’assises. « Avec lui, on prend toujours pour plus de dix ans », selon ses collègues. Personnage frustré et malheureux, Monsieur Racine retrouve son amour secret, Ditte Lorense-Coteret, dans un procès d’infanticide qu’il préside.

L’Hermine est un exercice d’écriture réussi composé d’une narration à plusieurs niveaux et d’une variété de personnages bien construits. Christian Vincent traite du sujet des classes sociales avec habilité comme l’illustre la scène réunissant tous les jurés du procès autour d’un repas de midi. Le récit fait interagir différents niveaux de narration; l’histoire entre Xavier Racine et Ditte Lorense-Coteret, le procès d’un homme accusé d’avoir tué son enfant de 7 mois, mais aussi la relation entre les jurés. En arrière fond, on devine une réflexion, très humaine et subjective, sur la justice et ses décisions. Une réflexion amenée sans jugement moral ni mise en scène dramatique. Christian Vincent pose un regard neutre, tendre parfois, sur ses personnages, quelques soient leurs caractéristiques.

L'Hermine
Image © Asac – la Biennale di Venezia

Le personnage de Xavier Racine, brillamment interprété par Fabrice Luchini, vacille entre frustration, hypocondrie et nécessité de prendre de la distance avec la dimension humaines des procès présidés. Sidse Babett Knudsen, remplie de classe et de tendresse, semble être faire pour les rôles de femme déterminée et intègre. L’actrice danoise est notamment connue pour son interprétation de Birgitte Nyborg, Première ministre danoise, dans la série Borgen. Une bande originale, mince mais belle, est signée par la chanteuse française Claire Denamur. La photographie de L’Hermine, austère mais probablement de façon voulue, ne prend pas d’importance et laisse la narration et les dialogues au centre de l’attention.

Via son écriture, Christian Vincent souhaite exprimer la réalité en la traitant de façon simple et non prétentieuse. Malgré cela, le métrage manque tout de même d’originalité. Le scénario peut déranger dans sa simplicité et sa banalité.

Fiche technique :
Réalisateur : Christian Vincent
Date de sortie : –
Durée : 1h38
Nationalité : Français
Scénario : Christian Vincent
Photographie : Laurent Dailland
Production : Albertine Productions, Cinéfrance 1888 et France 2 Cinéma

Casting :
Sidse Babett Knudsen
Fabrice Luchini
Michaël Abiteboul
Miss Ming

REVIEW OVERVIEW
Note
SHARE
Previous articleVenise 2015 – El Clan
Next articleJulia Holter – Feel You
Diplômée en Etudes du développement international, je rejoins l'équipe du Billet en janvier 2015. Films engagés, indépendants, je suis à la recherche d'un cinéma qui perturbe le sens commun et heurte la banalité. Parallèlement, je travaille sur différentes recherches académiques sur le cinéma et la mémoire ainsi qu'au sein du bureau du festival Cully Jazz.