Si l’animation Marvel est placée en introduction du film, c’est bien une production Fox à laquelle nous avons droit. Comme pour The Amazing Spiderman, qui fut distribué par Columbia, nous vivons une remise à zéro de la franchise avec Les 4 Fantastiques.

Reed Richards (Miles Teller), dès son enfance, avait un rêve: il souhaitait devenir le premier être humain à se téléporter. À ses heures perdues, il réussit même à construire son invention en utilisant des pièces recyclées d’autres machines. Avec son ami de classe Ben Grimm (Jamie Bell), il réussit même à le compléter et attire l’attention du docteur Franklin Storm (Reg E. Cathey) et de sa fille Sue Storm (Kate Mara). Ces derniers proposent à Reed de lui donner les moyens de réaliser son rêve, et en même temps recrutent le fils de Storm, Johnny (Michael B. Jordan), ainsi que son ancien protégé Victor von Doom (Toby Kebbell) pour terminer le projet. Le moment venu de tester la téléportation, l’impatience de certains aura des conséquences pour le monde entier.

Les 4 Fantastiques se veut à l’image de son casting jeune et dynamique. Pourtant, lorsque est apparu le logo des fantastiques à l’écran pour l’annonce du générique de fin, je m’attendais enfin à ce que le film passe la seconde. Que nenni. Ce premier opus ne réussit que deux choses, et ce à moindre effet; il annonce une suite (prévue pour le 9 juin 2017 très précisément) et il explique (maladroitement) l’origine des pouvoirs de chacun en dressant le portrait psychologique des protagonistes.

Du point de vue de l’action, rien d’excitant ne se passe vraiment jusqu’à l’apparition du Docteur Fatalis. L’histoire de l’origine de leurs pouvoirs est facile à souhait et n’explique absolument pas comment Mister Fantastique et La Femme Invisible ont obtenu les leurs.

Il faut se rappeler que la saga et le concept des 4 Fantastiques, la toute première équipe de superhéros, furent crées dans les années 1960. Nés du génie de Stan Lee et Jack Kirby, ce sont des héros qui, à mon avis, n’avaient jamais eu pour destin de finir au cinéma. Et pour cause, ils devaient être divertissants! Mister Fantastique a un pouvoir au final risible, presque drôle et qui rappelle un autre protagoniste mondialement connu. La femme invisible est…invisible, ce qui d’un point de vue du dynamisme, de l’immersion et du mouvement est assez contraignant. La Chose est plus ou moins rocailleuse selon les adaptations, mais ne dispose d’aucun pouvoir cinématographiquement spectaculaire. Clairement, la Torche Humaine a le plus grand potentiel dans ce département, et le film le montre avec joie. Certaines utilisations du pouvoir élastique de Reed sont tout autant innovantes.

À la fin de la journée, tant que le box-office et la marchandise ramène de l’argent aux studios, des suites, des reboots et des remakes vont continuer à inonder le marché, et des nouveaux filons, même improbables verront le jour. Pour les 4 Fantastiques, c’est le matériel source qui est sévèrement limité car l’effort, le soin et l’ambition de l’équipe technique sont palpables, mais aboutissent à quelque chose de fantasque plutôt que fantastique.

Noté : 2.5 / 5

Bande-Annonce

Casting

Miles Teller
Michael B. Jordan
Kate Mara
Jamie Bell
Toby Kebbell
Reg E. Cathey
Tim Blake Nelson
Dan Castellaneta
Owen Judge
Evan Hannemann

Détails

Date de sortie en Suisse: 05.08.2015
Réalisateur: Josh Trank
Pays de production: Etats-Unis
Durée du film: 106 minutes
Genre: Science-Fiction / Action

(Images droits réservés)

REVIEW OVERVIEW
Noté
SHARE
Previous articleLe Billet en escapade festivalière | Épisode 14/16 | Sonorama Aranda
Next articleLa Belle Saison
J’ai obtenu en septembre 2013 mon Master de HEC Lausanne et je m'occupe ainsi de la majorité de l'aspect commercial et partenariats du webzine. C’est avec enthousiasme que j’ai rejoint David, Hervé et Sven en mai 2014 pour créer Le Billet, et je me réjouis d'y contribuer dans la durée!